Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Tarbes-Oloron, samedi à 18h30 à Trélut

jeudi 12 mars 2020 par Rédaction

Entrées limitées à moins de mille personnes

Dans le cadre des mesures nationales contre l’épidémie du Coronavirus, le nombre de spectateurs sera limité à moins de mille personnes, indique le club de Tarbes. Les entrées se feront uniquement aux guichets nord, côté Marie-Curie.

Respecter le jeu et l’adversaire

Les Tarbais, qui restent sur une contreperformance à Trélut, contre Mauléon, se doivent de se racheter devant leurs supporters, même s’ils se sont bien repris en allant chercher la victoire à Bagnères dans les arrêts de jeu. Tarbes n’est plus dans l’obligation de courir après Blagnac en cherchant à tout prix à gagner avec un bonus offensif. Seul impératif, conserver sa troisième place, synonyme de jouer les huitièmes et les quarts retours du Du Manoir à Trélut. Les Tarbais se devront de respecter le jeu et leurs adversaires en tapant les pénalités bien placées. Ils devront oublier qu’ils se sont largement imposés 0-34 avec le bonus offensif au match Aller, face à des Béarnais qui ont eu du mal à digérer cette humiliation. Ils devront d’abord construire leur victoire en conquête et prendre des points sur leurs temps forts. Après, ils pourront songer à prendre un bonus offensif…

Oloron n’est pas à sa place

Certes Oloron 32 points, pointe à la dixième place avec seulement cinq victoires à domicile contre Saint-Sulpice (24-16), Fleurance (21-18), Lavaur (13-3), Pamiers (19-9) et Graulhet (30-10). Le calendrier fait que les Béarnais ont reçu les trois « pro » et qu’ils ont perdu contre Albi (12-24), Tarbes (0-34) et Blagnac (13-24), plus une quatrième défaite contre Lannemezan, lors de la journée précédente. Les Oloronais ont plus ou moins bien voyagé en ramenant des bonus défensifs de Pamiers (27-23), de Lannemezan (24-19), de Mauléon (17-11) et de Saint-Sulpice (20-13). Ils se sont honorablement inclinés à Graulhet (18-10), à Bagnères (20-10) et à Fleurance (16-6) et ont, plus ou moins lourdement subi, à Albi (61-10) et à Blagnac (48-19). A priori, le FCO devrait se maintenir car il compte cinq points d’avance et l’avantage aux points terrain (5-4) et au goal-average (+6) contre Pamiers et treize points sur Graulhet (- 1 match) avec les points terrains (5-4) et le goal-average (+12). Après leur déplacement en Bigorre, les Béarnais recevront Bagnères et Mauléon et iront à Lavaur. Les Oloronais viennent à Tarbes sans pression mais l’esprit revanchard après la lourde défaite du match Aller qui a fait très mal moralement et physiquement. Un sentiment de revanche envers eux-mêmes qui les poussera à offrir un meilleur visage qu’au match Aller et à mettre beaucoup de combat. Même si leur saison se jouera à Saint-Pée contre Bagnères et contre Mauléon, le moindre point ramené de Bigorre serait des plus précieux. A l’exemple de leurs voisins basques, ils viendront d’abord pour gêner les Tarbais, afin d’éviter de prendre une valise de points. Une défaite honorable leur permettrait de retrouver de la confiance après la déception contre Lannemezan. Et pourquoi pas, s’ils sont dans les clous en fin de match, ne pas essayer de ramener un bonus vital ou mieux.

Stéphane Zampar :

L’entraîneur béarnais reconnait que son équipe a fait l’essentiel en assurant contre ses concurrents directs. « Je pense qu’on a fait les matchs qu’il fallait. Il fallait gagner contre nos concurrents directs et on l’a fait. Après notre défaite contre Tarbes, on a enchaîné par des victoires à domicile contre Lavaur, Pamiers et Graulhet. Après la trêve, ça a été un petit peu compliqué avec le déplacement à Albi. Après, on a su prendre un bonus défensif à Saint-Sulpice mais on n’a pas su enchaîner contre Blagnac où on a perdu à domicile. Il nous a manqué un peu de réussite et un peu d’agressivité pour vraiment bousculer cette équipe de Blagnac. On a enchaîné derrière par une défaite à Fleurance où on a bien joué mais sans prendre de points. » Le match à Saint-Sulpice laisse des regrets et un peu de frustration. « C’est vrai qu’à Saint-Sulpice, il y avait moyen de faire mieux, mais on a été arbitré comme une équipe de bas de classement. On a tenu tête pendant soixante minutes et on a eu un trou d’air de vingt minutes, entre la fin de la première mi-temps et le début de la seconde, pendant lesquelles, on a pris des points et des cartons. Mais on a eu les ressources mentales pour aller chercher un point de bonus sur la fin. C’était un bon match à l’extérieur. » L’un des défauts majeurs du FCO, c’est d’avoir du mal à rentrer dans les rencontres et du coup d’être obligé de courir après le score.  « Nos entames de matchs sont effectivement à travailler. On loupe notre entame de match contre Blagnac. On est mené 10-0 à la mi-temps, puis on réagit. Contre Lannemezan, on attend d’être mené 13-0 avant de réagir. Ce sont des choses sur lesquelles on essaie de réagir un petit peu. On essaie de travailler sur notre préparation, car un match démarre dès la première minute, dès le coup de sifflet de l’arbitre. Il ne faut pas laisser l’équipe adverse s’installer trop facilement parce qu’après forcément, c’est compliqué de revenir dans la partie et de courir après le score. »

Une saison noire et compliquée

Oloron joue pour le maintien et joue tous ses matchs à Saint-Pée sous pression avec la peur de perdre qui fait déjouer. L’ancien troisième ligne tente de trouver des solutions pour désinhiber ses joueurs. « Tout le Groupe et le staff, se remet en questions par rapport à ça. On essaie de modifier des choses pour que nos entames soient meilleures. En tout cas, on travaille beaucoup sur ce point là. Effectivement notre classement n’est pas fait pour aider notre situation. On joue, avec un petit peu la peur au ventre, alors qu’on aurait besoin de se lâcher un peu pour éviter de jouer avec le frein à main, ou la peur de mal faire, ou la peur de prendre des pénalités et des points. Il faut qu’on arrête de toujours courir après le score. » De plus les Béarnais ont perdu leur capitaine Paillot, qui peut évoluer à l’ouverture et à la mêlée, et qui est un des cadres de l’équipe. « Oui, Maxime est blessé et on essaie de composer avec. C’est vraiment une saison noire en termes de blessures. On a eu, quasiment à tous les matchs, des blessés et des blessés de longues durées. Quand les uns sont revenus d’autres sont repartis à l’infirmerie. » Le technicien s’interroge sur l’adaptation du Groupe aux exigences nouvelles de cette Fédérale 1 qui monte en puissance avec l’arrivée de clubs « pro ». C’est vraiment une saison très compliquée et on se pose des questions. Peut-être que notre implication à tous, n’est pas au niveau des attentes de la Fédérale 1. Au niveau du contenu des entraînements, de la préparation physique, de la récupération, de l’hygiène de vie et on réfléchit pour essayer d’y remédier pour les matchs qu’il nous reste à faire. » Les Béarnais devront surtout éviter de laisser des points à Saint-Pée contre des équipes de leur niveau. Les trois défaites contre les trois équipes « pro » ne portent pas à conséquences mais celle contre Lannemezan a fait mal au moral et au classement. Une victoire aurait quasiment assuré le maintien. L’ex-Lannemezanais n’a pas apprécié. « On a été cueilli à domicile contre Lannemezan et c’est une vraie désillusion pour nous. C’est une vraie contreperformance parce qu’on avait bien préparé ce match et il s’avère qu’on a complètement loupé notre match. »

Effectif 2019-2020

Staff

Stéphane Zampar (avants), Pierre Chadebech (arrières)

Cette saison, le staff a utilisé 37 joueurs, dont 7 Espoirs, pour pallier aux blessures.

Pilier

Quentin Asserquet : 23 ans, 1,83 m, 112 kg, (7 matchs, 6 titularisations)

Paul Beaudoin : 30 ans, 1,82 m, 103 kg, (18 matchs, 15 titularisations), La Seyne, retour

Evan Leffler : Espoirs (14 matchs, 1 titularisation)

Flavien Moncade : 27 ans, 1,83 m, 98 kg (4 matchs, 3 titularisations)

Nicolas Piot : 25 ans, 1,75 m, 120 kg, (4 remplacements)

Julien Ramirez : 25 ans, 1,77 m, 103 kg (3 remplacements)

Joshua Tomuli : Nouvelle-Zélande/France, 24 ans, 1,80 m 114 kg (14 matchs, 5 titularisations)

Sunia Vola : International U20 fidjien, 27 ans, 1,87 m, 120 kg, (13 matchs, 12 titularisations)

Talonneur

Florent Amans : 31 ans, 1,76 m, 104 kg, (8 matchs, 5 titularisations), retour de blessure

Guillaume Cazot : 23 ans, 1,70 m, 95 kg (1 remplacement à Bagnères)

Thomas Lacorne : 23 ans, 1,78 m, 90 kg (10 matchs, 3 titularisations)

Clément Porte-Laborde : 29 ans, 1,80 m, 100 kg (8 matchs, 4 titularisation), retour de blessure

Deuxième ligne

Pierre Constant : 29 ans, 1,82 m, 95 kg, (12 matchs, 11 titularisations)

Alexandre Hubert : 26 ans, 1,90 m, 115 kg, (18 matchs, 13 titularisations), Albi

Rémi Lapuyade : 24 ans, 1,90 m, 110 kg, (10 matchs, 7 titularisations)

Troisième ligne

Alexis Biscay : 24 ans, 1,75 m, 85 kg, (5 matchs, 3 titularisations), retour de blessure

Thomas Constant : 25 ans, 1,80 m, 88 kg, (14 matchs, 4 titularisations)

David Crampé : Espoirs, (1 remplacement à Albi)

Pierre Crampé : 24 ans, 1,88 m, 94 kg, (18 matchs, 18 titularisations)

Wiehan Jacobs : Afrique du Sud, 25 ans, 1,90 m 102 kg, (11 matchs, 9 titularisations)

Fabien Pinto Da Silva : Espoirs (15 matchs, 13 titularisations)

Henri Santos : Espoirs (5 matchs, 3 titularisations)

Cory-James Whakatihi : Nouvelle-Zélande, 24 ans, 1,92 m, 105 kg, (14 matchs, 9 titularisations)

Demis

Kevin Jully (m) : 23 ans, 1,88 m, 85 kg (18 matchs, 12 titularisations), La Seyne

Christophe Bourdieu (o) : 27 ans, 1,80 m, 78 kg, (18 matchs, 15 titularisations)

Maxime Paillot (m/o) : 27 ans, 1,68 m, 70 kg (14 matchs, 13 titularisations), blessé

Baptiste Tisne Cardeneau (m) : Espoirs (3 remplacements)

Ludovic Trouilh : 28 ans, 1,78 m, 80 kg (1 remplacement à Mauléon)

Trois-quarts

Charles Arroyo : 26 ans, 1,80 m, 82 kg (14 matchs, 12 titularisations)

Emmanuel Bordenave : 24 ans, 1 ,80 m, 90 kg, (10 remplacements)

Mickaël Boucau : 24 ans, 1,75 m, 72 kg, (17 matchs, 17 titularisations)

Angelo Canziani : Espoirs, 1,85 m, 85 kg, (12 matchs, 1 titularisation)

Charly Chantereau : 31 ans, 1,82 m, 86 kg, (18 matchs, 18 titularisations)

Lilian Claverie-Rospide : 28 ans, 1,72 m, 87 kg, (17 matchs, 15 titularisations)

Pierre Monplaisi : 28 ans, 1,73 m, 80 kg (3 matchs, 1 titularisation)

Arnaud Pailhassar : 27 ans, 1,75 m, 75 kg, (10 matchs, 9 titularisations)

Dylan Vaquero : Espoirs, 1,75 m, 72 kg, (18 matchs, 13 titularisations)