Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Conférence de Presse du Stado-TPR

samedi 16 novembre 2019 par Rédaction

Gérard Trémège fédère l’union sacrée derrière le Stado-TPR

Cette conférence de Presse, dans la salle de réunion du Stado-TPR, en présence de Gérard Trémège, est la preuve de la reprise de relations cordiales entre le club de rugby historique et la Mairie de Tarbes. Les relations étaient tendues depuis juin dernier et l’annonce d’un déficit de 400 000 euros, dû en partie à une baisse drastique des subventions de l’ensemble des Collectivités. La Municipalité, qui n’était pas particulièrement visée, l’avait mal pris. Au point que la Mairie avait boycotté la traditionnelle photo de présentation de l’Equipe au Stade Trélut, avant de refaire une photo officielle sur les escaliers de la Mairie quelques semaines plus tard. 

Des comptes désormais à l’équilibre et des fonds propres

Depuis de l’eau a passé sous les ponts. La jeune équipe tarbaise a obtenu de bons résultats sportifs mais les dirigeants avaient du mal à combler complètement ce déficit. Mais surtout à apporter les 100 000 euros supplémentaires de Fonds Propres, qui permettront de disputer le Jean-Prat, en cas de qualification sur le plan sportif. Grâce à une nouvelle subvention municipale de 50 000 euros votée ce lundi, qui s’ajoute à la précédente de 45 000 euros votée en juin dernier et à la participation à parts égales, d’Antoine Nunes, de Davy Saint-Laurent et de Lionel Terré, le club a réuni les 200 000 euros nécessaires. Les comptes consolidés, présentés à la DNACG, la semaine dernière, sont donc en équilibre, avec en supplément les fonds propres pour l’éligibilité à la montée en Pro D2. Pour cela Tarbes* doit terminer dans les deux premiers de la Poule, au détriment de Blagnac ou d’Albi, être déclaré éligible à la montée par la DNACG et ensuite se qualifier pour la Finale.

*Actuellement 3ème au classement, Tarbes est 1er au Classement Britannique qui prend en compte tous les bonus et les rencontres perdues à domicile (gagné 0 point, perdu – 4 points) et gagnées l’extérieur (gagné + 4, perdu 0 point) et qui reflète le classement final lorsque toutes les équipes auront disputé le même nombre de déplacements. Pour l’instant Tarbes, en huit rencontres, s’est déplacé cinq fois et n’a reçu que trois fois, tout le contraire d’Albi.

Mairie, partenaires, supporters, tous unis derrière le club

Cette conférence de Presse, qui s’est tenue en présence de Gérard Trémège, de Francis Touya et de Michel Garnier (Mairie), d’Antoine Nunes, de Davy Saint-Laurent (Partenaires), de Lionel Terré et de Michel Ridou (Présidents de la SASP et de l’Association), montre l’union sacrée autour du Stado-TPR. Une union sacrée, conduite par Gérard Trémège qui a mis ses compétences, de fédérateur de projets, au service du rugby tarbais. C’est naturellement lui qui a pris la parole en premier pour dire son attachement et celui de la Mairie au club de rugby. Le Maire, après avoir rencontré Lionel Terré et Bruno Larroux, qui l’ont alerté sur la situation financière du club, a décidé d’intervenir pour sauver le club d’une éventuelle mesure de relégation administrative en fin de saison. « Il était nécessaire qu’un engagement supplémentaire de 200 000 euros, avec les principaux partenaires, soit réalisé pour que le club soit en situation de disputer les phases finales », a rappelé le Maire. Lionel Terré, a pris ensuite la parole pour remercier Gérard Trémège de son engagement et s’est « excusé » que ses propos aient été mal interprétés. « Il y a six mois la réunion était plus tendue compte tenu des difficultés que nous avions. Je suis souvent maladroit et tellement passionné par ce sport et par ce club en particulier, que quand j’ai tiré la sonnette d’alarme, à l’époque, je n’ai sans doute pas mis la bonne forme et je m’en excuse… » Gérard Trémège le coupe amicalement, en lui posant la main sur le bras, « J’ai beaucoup de défauts mais je ne suis pas rancunier…, je m’excuse de vous avoir coupé… » Le Président du Stado reprend. « Je veux louer l’esprit fédérateur de M. le Maire et l’enthousiasme qu’il a su insuffler pour mobiliser les partenaires principaux. » Lionel Terré a rappelé le nom des autres partenaires qui sont intervenus, chacun avec leurs moyens depuis le mois de juin, pour tenter de combler le déficit : Transports Barcos, SOGEP, Grillages Lacave, Oxygène, Lafforgue-Matériaux, BigMat, Entreprise Vignes… Le Président a aussi tenu à souligner l’investissement des supporters avec des abonnements qui ont doublé en nombre, passant de 150 à plus de 300. « Ce qui prouve bien que les Tarbais sont attachés à ce club et je tiens à les en remercier. » Lionel Terré a souligné l’importance de l’entente des deux entités juridiques, la SASP, qui porte la structure et l’Association, qui détient le N° d’Affiliation à la FFR. C’est l’Association qui porte la Formation (Ecole de Rugby, Centre d’Entraînement labellisé), qui forme les joueurs qui évoluent ensuite à haut niveau à Tarbes ou dans d’autres clubs du Département. Cette année, l’effectif tarbais est composé, par moitié, de joueurs issus de la Formation Tarbaise. L’objectif est d’arriver aux deux-tiers mais, comme le dit avec humour, Lionel Terré  : « Il ne faut pas se faire d’illusion, les grands de 2,00 m et de 125 kg, qu’on trouve à foison en Afrique du Sud, en Bigorre, on ne les a pas. »

Tarbes, un club formateur au service des jeunes

Il faut rappeler que les subventions municipales exceptionnelles ont été versées à l’Association et non à la SASP. L’occasion aussi de rappeler que Tarbes est le seul club de Fédérale 1 à avoir toutes ses équipes de jeunes qui jouent avec l’Elite Nationale des clubs professionnels de Pro D2 et de Top 14. Une formation de haut niveau qui a un coût et qui ne reçoit plus aucune aide de la LNR, avec des subventions qui ont été revues à la baisse, sans tenir compte de l’exception tarbaise, en termes de Formation. C’est la nécessité de maintenir cette excellence qui a été prise en compte par la Municipalité, en octroyant ces subventions exceptionnelles. Malgré une perte de 200 000 euros d’aides de la LNR, la Formation de joueurs de haut niveau, est soumise aux mêmes contraintes, en termes d’encadrements, d’enseignements et de résultats sportifs et scolaires. Ce qui peut expliquer une partie des difficultés financières rencontrées cette année et le coup de gueule présidentiel contre la baisse des subventions des Collectivités, au nom d’une prétendue équité sportive, entre les trois clubs de Fédérale 1 du Département. En réponse à une question sur ces subventions, le Maire a répondu qu’il « préférait voir les jeunes sur un terrain de sports (380 jeunes licenciés au rugby) que dans les cages d’escaliers. » Après avoir rendu hommage au travail de tous les bénévoles sportifs au service de ces jeunes, Gérard Trémège a souligné. « Il y a des valeurs fondamentales qui sont portées par le sport : Le respect, l’engagement, le travail… Presque des règles, qui malheureusement, sont de moins en moins rappelées dans les écoles et dans les familles. »

Essayer d’impliquer les industriels dans l’avenir

Antoine Nunes (Gallego) et Davy Saint-Laurent (Le Méridien) ont redit leur attachement au club de Tarbes, (confirmé par un apport financier supplémentaire), pour sauver un club qu’ils souhaitent voir évoluer en Pro D2. Le reste de la Conférence de Presse a été consacré à l’absence des groupes industriels implantés sur le territoire et à la nécessité d’avoir un club de Pro D2 à Tarbes. Mais ceci est un autre sujet que nous aborderons plus tard, car cela fait vingt ans que ça dure… Gérard Trémège a conclu : « Je suis très heureux, comme l’a dit le Président, d’avoir fédéré toutes ces énergies pour que le club nous apporte tout le plaisir que nous sommes en droit d’attendre. » La réponse est maintenant du côté du terrain et des joueurs qui doivent se sentir investis et redevables de cette mobilisation conduite par la Mairie.

Jean-Jacques Lasserre