nouveau code fin nouveau code
Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
     

« Guillaume Pepy communiquait des chiffres bidons pour justifier le démantèlement des trains de nuit »(Communiqué "Oui au train de nuit" )

lundi 4 novembre 2019 par Rédaction

À l’occasion du changement de PDG de la SNCF, le 1er novembre 2019, le collectif « Oui au train de nuit » est allé à la rencontre des voyageurs. Le PDG sortant M. Guillaume Pepy avait déclaré que « la moyenne d’âge des voyageurs des trains de nuit est passé de 40, à 45, puis à 50, puis 55, puis à 60, puis à 65 ans. C’est-à-dire que le produit n’était pas le produit que les jeunes attendent. » Il s’agissait donc de demander l’âge des usagers du train de nuit. Près de 400 voyageurs ont contribué, avec un résultat surprenant : contrairement à l’affirmation de M. Pepy, l’âge moyen observé est de 34 ans. 49 % des voyageurs ont moins de 30 ans et seulement 10 % ont plus de 65 ans !

Le collectif dénonce depuis 3 ans que les trains de nuit ont été démantelés sur des chiffres bidons. Pepy a ainsi pu laisser entendre que les trains de nuit étaient "vides" : « il n’y avait pas énormément de monde dedans, sauf les vendredis et dimanches ». Et la SNCF refusait de communiquer les données complètes. En 2019, suite à la demande des 2 sénatrices du 65, l’Autorité de Régulation des Transports (ART) a enfin publié ces chiffres : « en 2015, le taux d’occupation des trains de nuit (47 %) était près de 10 points au-dessus de la moyenne de l’activité Intercités. ». On s’aperçoit donc aujourd’hui que les taux d’occupation étaient très honorables l’année même où les trains de nuit ont été démantelés.

Face à la manipulation des chiffres et aux pratiques obscures de la SNCF, le député LREM des Hautes-Alpes Joël Giraud, lui aussi défenseur des trains de nuit, avait depuis longtemps averti « il faut changer les gens à la tête de la SNCF ». Alors le départ de Pepy amènera-t-il un changement d’attitude ?