Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

Bagnères-Tarbes, dimanche 6 avril au Stade Cazenave

jeudi 4 avril 2019 par Rédaction

Un derby décisif

Bagnères, qui a pris zéro point dans les trois premiers derbys, perdus 38-17 et 7-21 contre Lannemezan et 29-13 contre Tarbes, se doit de l’emporter pour se maintenir. Les Bagnérais qui ont pris un bol d’air en s’imposant à Tyrosse lors de la dernière journée, restent sous la menace de Valence d’Agen qui est à 3 points, d’Oloron à 4 points et de Nafarroa à 6 points. Une victoire serait synonyme de maintien puisque Oloron et Valence d’Agen se rencontrent dans le même temps. Les Tarbais eux, ont besoin d’un succès pour assurer leur qualification en Du Manoir. Une qualification qui n’est pas mathématiquement acquise compte tenu des huit points de pénalités qui vont leur être retirés le 30 avril.

Quatre défaites à domicile pour trois succès à l’extérieur

Les Bagnérais, hormis sur les derbys bigourdans, ont réalisé une bonne saison avec trois victoires en déplacement à Valence d’Agen (27-36), à Anglet (11-18) où Tarbes a perdu, et dernièrement à Tyrosse (14-16), tout comme Tarbes. Malheureusement, Bagnères s’est incliné quatre fois à domicile contre Saint-Jean-de-Luz (12-20), contre Tyrosse (15-22), contre Lannemezan (7-21) et contre Albi (5-47). Par contre Oloron (22-16), Anglet (23-16), Nafarroa (23-20), Valence d’Agen (25-10), Marmande (17-13) et Lavaur (18-12), ont chuté à Cazenave. Les autres défaites ont été concédées en déplacement à Lannemezan (38-17), à Marmande (12-9), à Albi (45-14), à Lavaur (18-6), à Tarbes (29-13), à Oloron (47-6) et à Saint-Jean-de-Luz (26-16). Avant ce derby crucial, les Bagnérais se sont mis en confiance puisque depuis Lannemezan, ils ont battu Marmande et Lavaur à Cazenave et ont été gagner à Anglet, où toutes les équipes y compris Tarbes, Albi et Saint-Jean-de-Luz, sont tombées et à Tyrosse, face à une équipe à la recherche de points. 

Indiscipline, manque de réalisme, absences et arbitrage

Tout comme Tarbes, Bagnères a souvent péché par indiscipline et par manque de réalisme mais a aussi subi parfois un arbitrage un peu trop laxiste pour l’adversaire, notamment sur les mêlées fermées. Ce qui a coûté plusieurs victoires aux bagnérais. De plus le Stade Bagnérais, qui dispose d’un effectif limité, a été plusieurs fois handicapé par les blessures et les suspensions.* Christophe Cazaux est le premier à reconnaître  : « Le Groupe est de qualité mais limité en joueurs cette saison et à un moment donné, on s’est affaibli. » Hormis contre Albi, « une équipe au dessus » et le match manqué contre Lannemezan. « On a fait un non match. Peut-être le derby ? On était dans une mauvaise passe, on avait perdu sévèrement à Oloron et on n’était pas bien. On a subi ce derby au lieu de le vivre. » Bagnères aurait dû l’emporter contre Saint-Jean-de-Luz et Tyrosse à Cazenave. A l’extérieur, les Bagnérais peuvent aussi avoir des regrets à Marmande, à Lavaur et même à Saint-Jean-de Luz. L’entraîneur confirme : « On fait un très bon match, on loupe deux occasions d’essais et eux en mettent deux à zéro passe, qu’on leur donne plus ou moins. C’est peut-être notre meilleur match à l’extérieur. Malheureusement, on prend zéro point alors qu’on aurait mérité un point, voire même plus. » Honnêtement Christophe Cazaux reconnait : « A Tyrosse, on a eu le facteur chance avec nous et à la fin, ça a fait la différence. 

Trois cartons rouge et huit suspensions d’un match pour deux cartons jaunes consécutifs

Bagnères, un ex-grand de Bigorre

Les Bagnérais ont longtemps fait partie de l’Elite rugbystique avec deux finales perdues en 1979 et 1981 contre Narbonne et Béziers. De nombreux internationaux, comme Roland Bertranne, Jean-Michel Aguirre, Jean Gachassin, Jean-François Gourdon, Albert Cigagna, Gérard Bouguyon ou Roland Crancée, ont porté les couleurs noir et blanc, ainsi que des joueurs emblématiques comme François Labazuy, Pierre Rispal, Michel Dancla, Omar Derghali, Gérard Ara, Antranik Torossian ou Gérard Chevalier. Après des années galères et une descente en Fédérale 3, au début des années 2000, Bagnères a remonté la pente et tient sa place en Fédérale 1. La saison dernière le Stade Bagnérais a terminé huitième de sa poule devant Saint-Sulpice, Graulhet et Lombez-Samatan. Cette année encore les Bagnérais, pillés à l’inter-saison, espèrent s’en sortir et ça passe d’abord par une victoire contre Tarbes.

Un nouveau staff

Cette saison, les Bagnérais ont perdu leurs entraîneurs Patrick Bentayou et David Fourtané, remplacés par Christophe Cazaux, l’entraîneur des Espoirs du club et Samuel Bréthous, venu des cadets de Pau. Les Bagnérais ont perdu le pilier Martial Lambrot (Langon), les seconde ligne Sébastien Pettigiani (Lannemezan) et Romain Miro (Coarraze-Nay), les troisième ligne Dany Cazorla (Lannemezan) et Guillaume Viau, les demi d’ouverture Dorian Baqué (Baronnies) et Jérémy Laharrague (Aureilhan). Des départs qui ont été compensés par les arrivées des piliers Galou Reyes (Lourdes) et Anthony Alvarez (Espoirs Bayonne), des centres Latisnères-Palacin (Tarbes) et Francisco De La Fuente (Barcelone, ex-Auch), du deuxième ligne Julien Dupont (Lourdes) et en cours de saison du pilier Maumus parti dans la police en région parisienne.

Effectif 2018-2019

Un effectif composé de joueurs expérimentés, comme le capitaine Pujo (38 ans), Szabo et, Bonan (35 ans) Dupont (34 ans), Urbaitis, Geledan et Seite (32 ans), Bourhis et De la Fuente (30 ans), Pambrun, Lisbani, Arnauné et Dubarry (29 ans, ), Reyes, Dutrey, Cayrolles et Vincent (28 ans) et de jeunes comme Acosta et Dulucq (22 ans), Alvarez, Fuxan et Gayri (23 ans), Brau, Lassalle et Garlat (24 ans), Barats, Ibos et Latisnères-Palacin (26 ans), Cabannes, et Matier (27 ans)…, dont un tiers est issu de la formation tarbaise. Depuis le match Aller Degrave (27 ans), Saubie, Garcia et Moreau (22 ans), Danos et Domecq (20 ans), ont intégré le Groupe de l’équipe Une. Le staff a utilisé 38 joueurs, dont 10 Espoirs.

Pilier

Damien Acosta : 22 ans, 1,78 m, (14 matchs, 5 titulaires)

Anthony Alvarez : 23 ans, 1,82 m, 132 kg, (19 matchs, 11 titulaires) 1 essai

Paul Pambrun : 29 ans, 1,82 m, 102 kg, (10 matchs, 8 titulaires)

Xavier Lisbani : 29 ans, 1,83 m, 135 kg, (17 matchs, 12 titulaires), joue aussi en seconde ligne

Mathieu Maumus : 32 ans, 1,86 m, 110 kg, ex-Tarbes (3 matchs, 1 titulaire), parti à Suresnes

Gaston Szabo : 35 ans, 1,90 m, 114 kg, international Uruguay, (8 matchs, 4 titulaire)

Gaël Reyes : 28 ans, 1,81 m, 107 kg, (16 matchs, 10 titulaires)

Juan Peduto : 26 ans, 1,86, 113 kg (4 remplacements)

 

Talonneur

Clément Brau : 24 ans, 1,80 m, 92 kg, (14 matchs, 4 titulaires)

Olivier Pujo : 38 ans, 1,70 m, 92 kg, (15 matchs, 12 titulaires)

 

Deuxième ligne

Julien Dupont : 34 ans, 1,93 m, 108 kg, ex-Périgueux, Lourdes, (10 matchs, 5 titulaire)

Yohan Bourhis : 30 ans, 1,88 m, 119 kg, ex-Strasbourg et Bobigny, (17 matchs, 13 titulaires)

Denis Dutrey : 28 ans, 1,93 m, 93 kg, (8 matchs, 5 titulaires)

Tomas Urbaitis : 32 ans, 1,96 m, 108 kg, international espagnol, ex-Saint-Jean-de-Luz, (17 matchs, 13 titulaires)

 

Troisième ligne

Anibal Bonan : 35 ans, 1,90 m, 111 kg, international espagnol, (17 matchs, 17 titulaires), 1 essai

Guillaume Gélédan : 32 ans, 1,90 m, 102 kg, ex Lannemezan, Lourdes, (12 matchs, 11 titulaires)

Nicolas Fuxan : 23 ans, 1,87 m, 102 kg, (11 matchs, 4 titulaires)

Quentin Gayri : 23 ans, 1,82 m, 90 kg, (18 matchs, 13 titulaires)

Thomas Seite : 32 ans, 1,86 m, 101 kg, (10 matchs, 8 titulaires)

Mickaël Degrave : 27 ans, 1,86 m, 100kg, (8 matchs, 6 titulaires)

Aubin Domecq : 20 ans, 1,83 m, 82 kg (3 remplacements)

Florian Garcia : 22 ans, 1,91 m, 85 kg, (2 remplacements)

 

Charnière

Benjamin Arnauné (m) : 29 ans, 1,72 m, 70 kg, (17 matchs, 10 titulaires), 1 essai

Yann Cayrolles (m) : 28 ans, 1,76 m, 73 kg, (18 matchs, 9 titulaires)

Arnaud Dubarry (o) : 29 ans, 1,75 m, 73 kg, (14 matchs, 12 titulaires), 1 essai

Maxime Lassalle (o) : 24 ans, 1,80 m, 78 kg, (13 matchs, 11 titulaires) 2 essais

Théo Danos (m) : 22 ans, 1,72 m, 74 kg (3 matchs, 1 titularisation), 1 essai

 

Trois-quarts

Bastien Barats : 26 ans, 1,80 m, 82 kg, (16 matchs, 13 titulaires), 1 essai

Jérôme Cabanne : 27 ans, 1,83 m, 87 kg, ex-Tarbes, (14 matchs, 12 titulaires), 1 essai

Francisco de la Fuente : 31 ans, 1,82 m, 90 kg, international Chilien, ex-Auch, (10 matchs, 8 titulaires), 1 essai

Romain Dulucq : 22 ans, 1,77 m, 74 kg, (13 matchs, 6 titulaires), 2 essais

Benoit Ibos : 26 ans, 1,76 m, 72 kg, (18 matchs, 12 titulaires), 1 essai

Hugo Garlat : 24 ans, 1,70 m, 75 kg, (17 matchs, 15 titulaires), 4 essais

Julien Latisnères-Palacin : 25 ans, 1,80 m, 103 kg, ex-Tarbes, (16 matchs, 13 titulaires), 3 essais

Jordan Matier  : 27 ans, 1,86 m, 85 kg, ex-Lavaur, Tarbes, Pau (20 matchs, 13 titulaires), 2 essais

Jérôme Vincent : 27 ans, 1,86 m, 88 kg, ex-Tarbes (blessé pubalgie)

Tristan Moreau : 22 ans, 1,79 m, 77 kg (1 titulaire contre Tyrosse)

Romain Saubié : 22 ans, 1,70 m, 92 kg (4 matchs, 4 titulaires)

Jean-Jacques Lasserre