Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
    
  
   
 

Fédérale 1 : Poule d’Accession 21ème journée

mercredi 4 avril 2018 par Rédaction

Une journée décisive

A deux journées de la fin, le suspense est total, entre Aix et Albi pour la montée directe en Pro D2. Les Tarnais, qui ont pris un point bonus à Aubenas dans un match à rejouer, sont revenus à six points des Provençaux. Aix, qui a vu fondre son avance comme neige au soleil, est exempté ce week-end et Albi, qui reçoit Rouen, pourrait revenir à un point en cas de succès bonifié. Tout se décidera dont lors de l’ultime journée où tous les clubs joueront le vendredi 20 avril à 20h45* au lieu du dimanche à 15h00. Les deux clubs jouent à l’extérieur, Albi à Strasbourg et Aix à Romans, deux équipes qui jouent pour l’honneur. Si Aix l’emporte et si Albi aligne deux succès bonifiés, les deux équipes seront à égalité et c’est Aix qui montera au point-average (8-1) particulier, puisque les Provençaux ont gagné à Albi 28-36 et chez eux 24-21. Limoges et Aubenas luttent aussi pour éviter la dernière place, synonyme d’éventuelle descente, dans une poule qui réunira tous les derniers des poules 1, 2, 3 et 4 de Fédérale 1. Les Limougeauds comptent un point d’avance mais ils sont exemptés de la dernière journée. Ils joueront leur va tout ce week-end contre Chambéry. Aubenas, qui doit recevoir Romans et aller à Bourgoin, a les cartes en main pour se sauver, si la correction contre Albi n’a pas laissé des traces indélébiles. Les Ardéchois, en cas d’égalité, laisseraient la dernière place à Limoges qui a perdu les deux matchs 26-28 chez lui et 22-19 en Ardèche. Tarbes, déjà qualifié, cherchera à terminer devant Rouen qu’il rencontrera en Normandie lors de la dernière journée. Les Tarbais, qui comptent neuf points de retard devront s’imposer deux fois. D’abord ce week-end contre Bourgoin, avec un bonus offensif, à condition que Rouen revienne bredouille d’Albi. Tout se jouera alors lors de la dernière journée où le vainqueur évitera Aix ou Albi en demi-finale.

*Dernière Journée : Tous les matchs le vendredi 20 avril à 20h45

Dans le cadre de la télédiffusion de la 1ère Division Fédérale, la chaîne l’Equipe a sollicité la Fédération Française de Rugby afin de pouvoir retransmettre une rencontre de la poule d’accession de la dernière journée de championnat (R11), le vendredi 20 avril 2018 à 20h45. Afin de permettre cette télédiffusion tout en respectant l’article 311-5 des règlements généraux de la F.F.R., qui prévoit que « Le coup d’envoi des matches de la dernière journée d’une phase préliminaire ou qualificative devra être impérativement donné le même jour à la même heure », faisant suite aux échanges entre le Département Marketing-Commercial et les clubs concernés, et, sur proposition du Président de la Commission des Epreuves Fédérales, toutes les rencontres de la journée R11 de la poule d’accession du championnat de 1ère Division Fédérale, programmées initialement le dimanche 22 avril 2018 à 15h00, auront lieu le vendredi 20 avril 2018 à 20h45.

Tarbes-Bourgoin, samedi 7 avril à 18h00 à Trélut

Retrouver le goût de la victoire

Malgré deux belles sorties à Romans et à Chambéry, les Tarbais restent sur deux défaites et ils se doivent de retrouver le goût de la victoire avant la trêve. Une victoire bonifiée est indispensable si le TPR veut terminer troisième des équipes qualifiées, pour éviter Aix ou Albi en demi-finale et prendre plutôt Bourg-en-Bresse. La troisième place se jouerait alors chez l’autre postulent Rouen le 20 avril à 20h45. Le TPR devra se méfier d’une équipe berjalienne au caractère bien trempé qui est mathématiquement sauvée et qui viendra à Trélut sans aucune pression. Les Tarbais devront prendre le match par le bon bout et construire d’abord la victoire avant de penser au bonus offensif. Ce qui, compte tenu des conditions météo annoncées, ne sera pas facile face à une équipe qui n’entend rien lâcher.

Un nouvel investisseur

 Les Berjalliens n’ont rien lâché, alors que le club était dans le rouge, et ce n’est pas maintenant que le club a retrouvé un repreneur, qu’ils vont céder. Début mars Bourgoin-Jallieu, menacé de relégation administrative, pouvait respirer avec l’annonce de l’arrivée d’un des plus gros entrepreneurs de l’Ain. Henri Guillaume Gueydan, (le patron du groupe Albatros*), à la tête d’une holding de sept entrepreneurs régionaux, au capital de départ de 300 000 €, rejoignait le CS Bourgoin-Jallieu. Le CSBJ, qui doit faire face à des difficultés financières pour boucler son budget de la saison 2017-2018, a annoncé le 6 mars qu’il avait retiré le dossier présenté devant le Tribunal de Grande Instance de Bourgoin-Jallieu, saisi par les dirigeants de l’Association CSBJ par mesure préventive. Le président de l’Association-CSBJ, Dario Lodola, a reconnu : "Il est vrai qu’on a eu des difficultés de trésorerie. Mais on a pris nos responsabilités. On a assumé tous les salaires de tous nos salariés. Notre priorité, c’est de pérenniser le club. Il a besoin de se structurer, avec des renforts organisationnels." Une arrivée officialisée depuis le 30 mars par le Comité Directeur qui a approuvé à l’unanimité l’arrivée d’Henri-Guillaume Gueydan comme Président de l’Association-CSBJ. Il succède à Dario Lodola, en poste depuis novembre 2015.

* Le groupe Albatros (60 millions de CA pour 550 collaborateurs) est un groupe familial, créé il y a quarante ans. L’ascension commence par la création de la SIGEDI, pour répondre aux besoins de la construction de la Centrale Nucléaire du Bugey. Une société spécialisée et structurée pour répondre aux différents domaines métallurgiques et mécaniques de l’industrie en général, du nucléaire en particulier et pour les installations classées SEVESO. Henri Guillaume Gueydan, qui a succédé à son père, dirige aujourd’hui le groupe Albatros.

Les Berjallien auront donc à cœur de remercier leur sauveur et nouveau Président en faisant une bonne prestation à Trélut. Cette arrivée devrait permettre au CSBJ de rendre ses comptes 2017-2018 à l’équilibre et de monter en puissance avec un budget 2018-2019 en nette augmentation.

Bourgoin sauvé par un bon début de saison

Alors que beaucoup de spécialistes voyaient Bourgoin relégué sportivement en fin de saison, les Berjalliens devancent largement Limoges et Aubenas. Le CSBJ avec 30 points (6 victoires, 1 nul, 6 bonus) a six points d’avance sur Limoges (4 victoires, 8 bonus) et sept points sur Aubenas (5 victoires, 3 bonus). Limoges, qui a un match de moins à jouer, ne peut pas devancer les Berjalliens qui sont assurés du maintien. Jusqu’à la fin des matchs Aller, Bourgoin est resté invaincu à Rajon où sont tombés Aix (22-15), Rouen (21-18), Chambéry (26-21), Bourg-en-Bresse (26-21), Tarbes (20-10). L’annonce des difficultés financières a coïncidé avec la première défaite à Rajon contre l’ennemi romanais (9-19). Strasbourg, sans complexe, s’imposaitt lui aussi à Rajon et les Berjalliens enchainaient six défaites consécutives, avant de se reprendre dès l’annonce de l’arrivée d’un gros investisseur. Ils ont battus Limoges à Rajon (39-35) avant de s’y incliner de peu contre Albi (9-15). A l’extérieur, à l’exception de Romans (13-13), Bourgoin perd de sa superbe avec des défaites plus ou moins lourdes à Strasbourg (26-10), Limoges (40-9), Albi (45-7), Aubenas (16-13), Aix (34-10), Rouen (16-6), Chambéry (27-10). Mais méfiance l’arrivée du nouveau investisseur ouvert l’appétit des Berjalliens en déplacement qui ont failli créer la surprise dernièrement à Bourg-en-Bresse (16-15).

Double retour de l’enfer...

C’est la seconde fois, en quelques mois, que le CSBJ se sort d’affaire par l’arrivée opportune d’un entrepreneur. En fin de saison dernière, les Berjalliens avaient frôlé le pire après leur dépôt de bilan mais le retour aux affaires de Pierre Martinet avait sauvé le CSBJ de la Fédérale 2.* L’union sacrée s’est faite et Henri Tubert, qui a mené Macon en finale du Jean Prat, est revenu au club. Il a réussi la gageure de bâtir un nouveau groupe après le départ d’une trentaine de joueurs. Les Coux, Kribache, Janaudy, Faure, Gabriel, Vignon, Léandre et Théophile Cotte, Michallet, Normand , Toevalu, Santoni, Roth, Alcacebe, Adamou, Puyo, Saby, Resseguier, Bouillot, Barrière, Price, Silago, Veratau, Fakalelu, Kamea, Perrin, Perez, Romano, Spachuk, Da Silva..., ont quitté le club à l’inter saison. Le CSBJ, qui a surtout gardé ses jeunes, a réalisé un recrutement modéré, composé d’Espoirs et de joueurs de Fédérale comme Turrel, Rguibi (Espoirs USO), Zakashvili (Aix), Demoule (Valence d’Agen), Bezuidenhout, Roux (S-A), Giles, Heinrich, (Saint-Priest), Lombard (Limoges), Milanole (Villeurbanne), Poissard (Vienne), Javaux (Espoirs Castres), Lepage, Tabualevu (Cognac), Campeggia, Roche (Saint-Savin, Isère), Douadou (Romans). Le seul gros coup est le recrutement de l’ex-tarbais Radikedike (Brive), qui restait sur une saison blanche après une grave blessure. Quelques Espoirs ont été intégrés au groupe.

...Réussi

Autour du noyau d’anciens, les nouveaux joueurs se sont parfaitement intégrés et ont pris une part importante dans les résultats qui ont permis d’assurer le maintien. Radikedike a retrouvé son niveau et forme avec le jeune Tabualevu un duo de perforateurs qui fait des dégâts dans toutes les défenses. Le jeune Javaux est aussi une révélation à l’ouverture.

*Le cas de Bourgoin, un des monuments du rugby est réglé : placé en liquidation judiciaire, le club de l’Isère perd sa structure professionnelle. « Suivant nos règlements, suite à ce dépôt de bilan, le club est relégué administrativement de fait en Fédérale 2 », avait indiqué à l’AFP Thierry Murie, vice-président de la FFR, responsable du rugby amateur. (Juin 2017)

Effectif berjallien 2017-2018

Staff : Jean-Henri Tubert et Fabien Boyer

Première ligne

Hugo Demoule : 24 ans, 1,80 m, 120 kg

Nicolas Mirande : 27 ans, 1,90 m, 115 kg, Argentine

Maxime Turrel : 22 ans, 1,80 m, 107 kg

Giorgi Zakashvili : 28 ans, 1,82 m, 122 kg, Georgie

Yilmaz Oktay : 19 ans, 1,80 m, 130 kg

Talonneur

Martin Bezuidenhout : 28 ans, 1,82 m, 103 kg, Afrique du Sud

Gilles Brandon : 23 ans, 1,76 m, 105 kg

Issam Hamel : 20 ans, 1,80 m, 110 kg

Deuxième ligne

Gérard Elgelbrecht :26 ans, 1,90 m, 120 kg, Afrique du Sud

Clément Fontaine : 24 ans, 1,96 m, 120 kg

Martyn Lombard : 31 ans, 1,97 m, 120 kg, Afrique du Sud

Loïc Milanole : 23 ans, 1,93 m, 123 kg

Janse Roux : 20 ans, 2,00 m, 115 kg, Afrique du Sud

Junior Ta’avili : 31 ans, 1,90 m, 120 kg

Clément Poissard : 23 ans, 1,90 m, 107 kg

Troisième ligne

Bogdan Leonte : 31 ans, 1,90 m, 100 kg, international U18, U19 et VII

Théo Lepage : 25 ans, 1,85 m, 108 kg

Mickaël Recordier : 24 ans, 1,86 m, 98 kg

Kevin Rivoire : 23 ans, 1,90 mm, 100 kg

Antoine Vidal : 22 ans, 1,88 m, 97 kg

Mêlée

Mickaël Campeggia : 33 ans, 1,72 m, 78 kg

Florent Campeggia : 22 ans, 1,70 m, 70 kg

Ouverture

Maxime Javaux : 24 ans, 1,82 m, 86 kg

Mathis Viard : 20 ans, 1,78 m, 88 kg

Trois-quarts

Raphaël Eymond : 27 ans, 1,80 m, 77 kg

Malakaï Radikedike : 32 ans, 1,84 m, 90 kg, international fidjien XV et VII

Stéphane Roche : 22 ans, 1,85 m, 88 kg

Akuila Tabualevu : 23 ans, 1,92 m, 95 kg, Fidji

Maelann Perret-Tourlonias : 20 ans, 1,72 m, 70 kg

Lucas Bellavoine-Tournieux : 23 ans, 1,83 m, 84 kg

Florian Pernet-Demoret : 21 ans, 1,82 m, 89 kg

Arrière

Rémy Bouet : 25 ans, 1,80 m, 75 kg

Mathieu Nicolas : 30 ans, 1,88 m, 80 kg

Jean-Jacques Lasserre