Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
    
  
   
 

LFB. Bourges-Tarbes, samedi 27 janvier à 20h00 au Prado

jeudi 25 janvier 2018 par Rédaction

Le TGB au révélateur de Bourges

Le TGB, impressionne de plus en plus par ses résultats mais aussi par l’impression qu’il dégage sur les parquets. D’aucuns, se prennent à rêver d’une épopée fantastique qui le mènerait au moins en finale, comme en 1993 pour ses débuts dans la cour des grands. Cette année là, le TGB, tout juste promu de NF1, avait poussé le double Champion de France Challes-les-Eaux au bout des trois manches. Les Tarbaises avaient remporté le premier match 66-58 avant de s’incliner 64-60 et 80-75 en Savoie. Mais François Gomez, écarte tout de suite pareille hypothèse et ne veut même pas en entendre parler en comparaison avec des équipes comme le champion en titre Villeneuve d’Ascq, Charleville-Mézières, le dernier finaliste et le grand Bourges. Un Bourges justement que les Tarbaises vont affronter ce samedi 27 janvier au Prado et qui sera un véritable révélateur face à une équipe de plus très revancharde. D’autant que Bourges ne sera pas diminué par son match de semaine d’Euroligue, puisqu’il affrontait au Prado, Villeneuve d’Ascq. Mais les Tarbaises, qui viennent d’affronter deux équipe européennes et qui viennent de livrer contre Lyon, en terme d’intensité, d’agressivité et de vitesse, un match de niveau européen, semblent prêtes physiquement au combat. Pour la quatrième fois en suivant, Aby Gaye va se trouver confrontée à des intérieures de haut niveau, avec l’expérimentée Elodie Godin, la jeune et talentueuse Alexia Chartereau et les 1,98 m de l’internationale canadienne Ruth Hamblin.

Bourges remonté et revanchard

Un Bourges qui sera dans la même disposition d’esprit que les Tarbaises l’étaient contre Lyon. C’est à dire remontées et revanchardes après leur première défaite au Quai de l’Adour. Trop en confiance après les vingt points passés aux Tarbaises en Finale du Pré-Open 88-68, Bourges s’était fait surprendre. Une défaite sans appel, par dix points d’écart (71-61) qui est restée en travers de la gorge d’Olivier Lafargue et de ses joueuses, qui venaient de remporter largement le Match des Champions* contre Villeneuve d’Ascq 71-48. Une revanche qui est depuis inscrite en lettre rouge dans tous les esprits berrichons, qui auront à coeur de se racheter. Depuis Bourges a repris sa domination sans partage sur le basket féminin français en alignant neuf victoires consécutives. Après un petit accroc à Charleville-Mézières, les Tangos ont repris leur marche en s’imposant à Villeneuve d’Ascq. Des Nordistes qu’elles ont retrouvé en match de poule d’Euroligue où Bourges après avoir perdu le match aller s’est imposé ce mercredi de justesse.

*Le match des champions oppose à l’Open de Paris le champion de France au vainqueur de la Coupe de France.

Bourges meilleure attaque et meilleure défense

Bourges est impressionnant avec un différentiel de 271 points, soit près de 23 points d’écart de moyenne par rencontre. En moyenne Bourges marque près de 80 points par match et en encaisse 56 ! C’est la seule équipe à avoir inscrit cent points en LFB, un record qui remonte au grand Bourges de Kapranov. Bourges surfe cette année sur d’autres records comme les 62 points d’écart sur le parquet du Hainaut et les 48 points d’écart sur celui de Nantes. Bourges, c’est une énorme défense (56 points de moyenne) qui a laissé le Hainaut à 32 points, Nantes à 45 points et Villeneuve d’Ascq à 46 points, dans leurs salles. Pas difficile de mieux comprendre qu’Olivier Lafargue n’ait pas apprécié d’encaisser 71 points à Tarbes en n’en rendant que 61.

Bourges seul leader

A l’issue de la douzième journée, la première des matchs Retour, Bourges occupe seul la première place avec 22 points (12 victoires et 2 défaites). Deux défaites à Tarbes 71-61 et à Charleville-Mézières 75-70 entrecoupées de neuf victoires, cinq au Prado contre Mondeville 84-56, Basket-Landes 73-51, Villeneuve d’Ascq 62-43, Nice 100-63, Lyon 69-43 et quatre en déplacement à Nantes 45-93, au Hainaut 32-94, à Montpellier 55-86, à Roche-Vendée 83-92 (Ap. Prol.). Après sa seconde défaite, Bourges s’est largement imposé à Villeneuve d’Ascq 46-60 et attend en pleine confiance le TGB. Certainement, non pas méprisées, mais pas prises au sérieux lors du match Aller, compte tenu de leur déculottée à l’Open contre Lyon, les Tarbaises seront cette fois accueillies avec respect, de par leurs résultats. Olivier Lafargue leur rappellera les défaillances du match Aller et pointera que Tarbes avait battu Charleville-Mézières huit jours avant que celui-ci ne batte les Berruyères.

Touché par les blessures

Une défaite à Charleville-Mézières qui peut s’expliquer par les absences sur blessures de Cristina Ouvina, de Sarah Michel et de Katherine Plouffe. Si Katherine Plouffe (cheville) devrait être absente quelques semaines encore, Johannes, après deux matchs sans jouer, a fait son retour contre Villeneuve d’Ascq. Bourges a fait appel a deux joker médicaux, la meneuse de l’équipe d’Espagne Laia Palau et Ruth Hamblin, l’intérieure internationale canadienne (23 ans, 1,98 m). Après Sharp, absente lors des 6ème et 7ème journées, Bourges a été handicapé par les absences combinées d’Ouvina (10ème, 11ème, 12ème journées), de Michel (10ème, 11ème journées) et de Plouffe (11ème, 12ème journées). Des blessures qui n’ont pas désorganisé le jeu berruyer malgré l’absence des rotations chères à Olivier Lafargue. En effet, ce qui frappe en regardant les feuilles de matchs de Bourges, c’est l’équilibre des temps de jeu bien répartis entre les neuf joueuses.

Bourges en quart d’Euroligue

Un Bourges qui effectue aussi un beau parcours en Euroligue à la troisième place du Groupe A, avec 20 points (7 victoires, 6 défaites), derrière Kursk (26 points, 13 victoires), Sopron (22 points, 9 victoires), mais devant Prague (20 points, 7 victoires), Galatasaray (19 points, 6 victoires), Villeneuve d’Ascq (17 points, 4 victoires), Braine (16 points, 3 victoires) et Polkowice (16 points, 3 victoires). Après des débuts compliqués, trois défaites à Prague 64-61, à Polkowice 71-66, à Villeneuve d’Ascq 64-55 et deux défaites à domicile contre Galatasaray 72-74 et Kursk 65-76, pour une victoire à Braine, Bourges a redressé la barre. Les Tangos ont battu Sopron 76-55 et Prague 62-52 au Prado et se sont imposées à Galatasaray 61-79 et ont pris le goal-average sur les Tchèques et les Turques. Des équipes que Bourges devancera en cas d’égalité au classement. Seul Kursk est venu casser la dynamique en s’imposant largement 94-63. Grâce à la victoire de ce mercredi contre Villeneuve d’Ascq 64-60, Bourges a assuré son ticket pour les quarts de finale, à une journée de la fin des matchs de poule.

Le renouveau de Bourges

Pourtant Bourges avait chamboulé tout son effectif à l’inter-saison, avec le départ de Valérie Garnier, remplacée par Olivier Lafargue (Basket-Landes). Bourges a perdu huit joueuses : Leedham, Chevaugeon, Filip, Tanqueray, Salagnac, Dos Santos, Bojovic, Alexander, pour n’en garder que deux Johannes et Tchatchouang, plus les jeunes Chartereau et Monpierre. Olivier Lafargue ’’n’a recruté’’ que six joueuses, mais quelles joueuses ! Sarah Michel et Elodie Godin (Montpellier), Katherine Plouffe (Nantes), Valériane Ayayi (Villeneuve d’Ascq), Kristen Sharp (Mondeville) et la meneuse internationale espagnole Cristina Ouvina (Orenbourg). Une équipe très séduisante sur le papier et impressionnante, dès ses débuts sur les parquets, pour un groupe en complète reconstruction. En matchs amicaux Bourges avait dominé Montpellier 76-61, Lyon 75-59 et au Pré-Open de l’Aube, Nantes 62-72 et Tarbes 88-68 et ridiculisé Villeneuve d’Ascq 71-48 lors du match des Champions de l’Open de Paris. Olivier Lafargue a construit une équipe mobile et agressive, tant en défense qu’en attaque, composée d’une Américaine très expérimentée, de deux internationales canadienne et espagnole, et d’ex-internationales françaises ou en titre. Les jokers médicaux sont du même calibre avec Laia Palau, la capitaine de l’équipe d’Espagne et Ruth Hamblin, l’intérieure internationale canadienne. L’Espagnole, l’icone du basket féminin espagnol, malgré son âge, est un précieux atout pour son expérience et sa science du jeu.

Effectif de Bourges

Meneuses :

Cristina Ouvina : 27 ans, 1,77 m, internationale espagnole, (Moy. 4,6 points, records 11 points, 8 passes décisives). Blessée

Laia Palau : 39 ans, 1,79 m, capitaine de l’équipe d’Espagne, joker médical

Kristen Sharp : 36 ans, 1,75 m, une Américaine qui fait carrière en France depuis onze ans et qui est passée par Aix, Challes, Nice et Mondeville. (Moy., 5,80 points, records 11 points, 2/3 à 3 points, 5 passes décisives)

Océane Monpierre, 17 ans, 1,70 m, internationale U16 et U18, formée à Bourges (Moy., 2,7 points, records, 7 points).

Arrières-Ailières :

Valérianne Ayayi, 23 ans, 1,84 m, internationale (Moy. 11,92 points, records 25 points, 4/6 à 3 points, 7 passes décisives, deux fois 9 rebonds, 8 double)

Driandra Tchatchouang, 26 ans, 1,89 m, internationale (Moy., 9,64 points, records 20 points, 2/3 à 3 points, 5 passes décisives, 9 rebonds, 5 double)

Marine Johannes, 22 ans, 1,77 m, internationale, (Moy., 13 points, records deux fois 20 points, 5/5 à 3 points, 9 rebonds, 5 passes décisives, 10 double)

Sarah Michel, 28 ans, 1,80 m, internationale (Moy., 7,3 points, records, 13 points, 2/2 à 3 points, 8 rebonds, 6 passes décisives, 3 double)

Intérieures :

Katherine Plouffe, 25 ans, 1,91 m, internationale canadienne (Moy., 13,3 points, records 21 points, 9 rebonds, 5 passes décisives, 8 double) blessée

Ruth Hamblin : 24 ans, 1,98 m, internationale canadienne (joker médical)

Elodie Godin, 32 ans, 1,90 m, ex-internationale, (Moy., 7,20 points, records, 14 points, 15 rebonds, 6 passes décisives, 4 double)

Alexia Chartereau, 19 ans, 1,91 m, internationale (Moy., 8,83 points, records 16 points, quatre fois 7 rebonds, 2/3 à 3 points, 4 double)

Jean-Jacques Lasserre