Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

LFB J 17 - TGB-Bourges, Dimanche au Quai de l’Adour à 15h00

jeudi 9 février 2017 par Rédaction

La fête au Quai

La venue de Bourges, c’est un peu la fête au Quai de l’Adour, avec la réception de la meilleure équipe française de l’histoire du Basket Féminin (13 titres et 23 finales, 6 Coupe de France et 11 finales), entraînée par la coach de l’équipe de France Valérie Garnier et forte de 11 internationales !

Le TGB sans pression excessive

La réception de Bourges se fera sans pression excessive, même si le TGB a échoué à Nantes où une victoire aurait fait le plus grand bien au classement et au moral. Car Bourges, malgré ses déboires actuels, est la meilleure équipe française de ces vingt dernières années (treize titres de Champion de France et vingt-trois finales, six Coupe de France et onze finales, plus trois Euroligue, une Ronchetti et une Eurocup au plan européen). Une victoire contre une telle équipe relèvera donc de l’exploit et une défaite de l’anecdotique. Les Tarbaises abordent toutefois ce match avec une relative confiance par rapport à leur prestation du match Aller, où Dabo était absente et où Bjorklund n’était pas arrivée. Les Tarbaises ont mené sur le parquet du Prado jusqu’au début de la seconde mi-temps 35-36 (23ème). Bourges a fait la différence dans les trois dernière minutes de la troisième période alors que le score était à 43-42 (27ème). Le TGB a explosé sous les missiles à 3 points qui ont fait la différence au cours de ce troisième quart-temps, perdu de treize points (27-14). Loin de s’écrouler les Tarbaises, épuisées par le manque de rotations, ont tenu tête à Bourges dans le dernier quart-temps. Au delà de la fierté d’avoir tenu tête à Bourges pendant 37 minutes, c’est la déception qui prédominait chez François Gomez et ses joueuses. L’impression d’être passées à côté d’un exploit à cause d’un trou d’air de trois minutes en fin de troisième quart-temps...

Bourges privé de Leedham et de Tchatchouang

D’autant plus que Bourges reste sur une série de six défaites, dont deux à domicile, pour une seule victoire. De plus Valérie Garnier va avoir deux rotations de moins qu’au match Aller, en l’absence de Leedham (rupture de l’aponévrose du pied droit) et de Tchatchouang (rupture des ligaments croisés du genou droit). Si la saison de Diandra Tchatchouang est terminée, la rentrée de Johannah Leedham est programmé après la première quinzaine de février. Le retour en compétition de l’Anglaise empêche la venue d’un joker médical pour remplacer Tchatchouang, comme l’a confirmé le Président Fosset au Berry Républicain « On a déjà dans le groupe quatre étrangères, dont deux extra-communautaires. Jo Leedham devrait être de retour entre le 15 et le 28 février. Si on prenait un joker, on aurait été obligé de la remercier à la fin février, ça ne vaut pas le coup. Une fois les formalités administratives remplies, il serait resté à peine un mois, c’est trop peu, ne serait-ce que pour s’intégrer. »

Bourges s’appuie sur onze internationales

Pour compenser les départs de Dumerc, de Ciak, de Murphy, de Page et de Hodge, Bourges, qui a conservé Chevaugeon, Philip (ex-Cata-Chitiga), Tanqueray, Salagnac, Tchatchouang et Leedham, a recruté du lourd avec l’ailière internationale française Johannes, la meneuse internationale serbe Bojovic, l’intérieure internationale canadienne Alexander et l’internationale brésilienne Dos Santos, avec en prime la jeune Chartereau internationale U18. Valérie Garnier possède onze internationales dans son effectif. Ce qui lui permet de faire tourner au maximum ses joueuses, sans perdre d’efficacité, au contraire de François Gomez qui ne peut s’appuyer que sur six joueuses, avec le retour de Sylvie Gruszczynski. Les Tarbaises devront être chacune à leur meilleur niveau pour venir à bout d’une équipe qui ne peut plus se permettre de perdre compte tenu de son standing. Une équipe humiliée par sa défaite contre le Hainaut au Prado lors de la journée précédente face à une équipe relégable. Une défaite chez un autre relégable pourrait entraîner une crise au sein du club. Si les ’’Tango’’ ont renoué le week-end dernier avec la victoire en Coupe de France contre Mondeville, elles restent sur un échec en Euroligue à Orenburg ce mercredi.

Bourges un ton en dessous

Mais cette année Bourges, pour la première fois depuis des décennies, est à la peine en Euroligue (6 victoires, 6 défaites) et en Championnat (9 victoires, 7 défaites). En Euroligue Bourges est en passe de se qualifier pour les quarts de finale en occupant la quatrième et dernière place qualificative de sa poule. Quatrième avec six victoires, dont deux contre Villeneuve d’Ascq (74-81 et 63-42) et Polkewice (65-60 et 59-65), Hatay (68-55) et Sopron (80-59) et six défaites, dont deux contre Ekaterinburg (81-66 et 63-93) et Orenburg (58-60 et 69-61), une à Sopron (77-69) et une à Salamanque (63-50). En Championnat Bourges occupe la cinquième place* avec 25 points (9 victoires, 7 défaites) à un point de Villeneuve d’Ascq et à trois points du trio de tête Basket-Landes, Montpellier, Charleville-Mézières. Un début de Championnat réussi avec huit victoires, Charleville-Mézières (68-50), Mondeville (70-49), Tarbes (71-60), Lyon (74-60), Nantes (83-72) dont trois à l’extérieur à Angers (62-65), au Hainaut (58-69) et à Villeneuve d’Ascq (62-68), pour une seule lors de la quatrième journée à Montpellier (61-54). Puis Bourges s’est effondré et reste sur six défaites contre Basket-Landes(66-59), Nice (77-70), Charleville-Mézières (71-70), Mondeville (64-59) dont deux à domicile contre Montpellier (64-70) et surtout contre le Hainaut (65-69), pour une seule victoire contre Angers (72-59). Des mauvais résultats qui peuvent s’expliquer par l’absence de Leedham (non remplacée) depuis la neuvième journée et de Tchatchouang qui n’a pas joué contre le Hainaut et Mondeville.

Tous les postes doublés

Mais Bourges avec son effectif de joueuses de haut niveau reste redoutable à tous les postes, qui sont de plus doublés. Les Berrichones sont redoutables dans tous les secteurs de jeu et possède sept joueuses capables de marquer à 3 points.

A la mène avec  :

Miljana Bojovic, 7,6 points, 4,9 passes décisives, (record 21 points, 3/4 à 3 points, 9 passes décisives

Ingrid Tanqueray, 3,6 points, 3,25 passes décisives, (records 14 points, 4/5 à 3 points, 2 x 6 passes décisives)

A l’extérieur avec  :

Johannah Leedham, 8,9 points, (record 14 points, 6 passes décisives)

Marine Johannes, 7,6 points, 2,6 passes décisives (records 16 points, 4/5 à 3 points, 9 passes décisives)

Driandra Tchatchouang 6,4 points, (records 15 points)

Paoline Salagnac, 5,7 points (records 16 points, 2/2 à 3 points)

A l’intérieur avec :

Kayla Alexander, 9,75 points et 7 rebonds de moyenne (record 2 x 16 points, 17 rebonds, dont 9 double et 4 double-double)

Clarissa Dos Santos 13,30 points et 7,6 rebonds de moyenne (record 33* points et 12 rebonds contre Nantes, 11 double et 5 double-double.

*Sans tir à 3 points (14/18 à 2 points)

Ana-Maria Filip (ex Cata-Chitiga), 5,7 points, 3,9 rebonds (record 11 points, 9 rebonds)

Alexia Chartereau, 6,75 points et 3,10 rebonds, (record 19 points, 3/4 à 3 points et 7 rebonds)

Bourges

N° 14 : Kayla Alexander  : Poste 4-5, 25 ans, 1, 93 m, internationale canadienne

N° 15 : Miljana Bojovic : Poste 1, 29 ans, 1,81 m, internationale serbe

N° 12 : Alexia Chartereau : Poste 5, 18 ans, 1,91 m, internationale U18

N° 10 : Sara Chevaugeon : Poste 3, 23 ans, 1,75 m, internationale

N° 11 : Clarissa Dos Santos : Poste 4-5, 28 ans, 1,88 m, internationale brésilienne

N° 20 : Ana-Maria Filip : Poste 5, 27 ans, 1,95 m, internationale

N° 8 : Marine Johannes : Poste 1-2, 21 ans, 1,77 m, internationale

N° 13 : Johannah Leedham : Poste 2, 29 ans, 1,76 m, internationale anglaise

N° 5 : Paoline Salagnac : Poste 2, 32 ans, 1,76 m, internationale

N° 7 : Ingrid Tanqueray : Poste 1, 28 ans, 1,66 m, internationale

N° 93 : Diandra Tchatchouang : Poste 3, 25 ans, 1,89 m, internationale

Tarbes

N° 4 : Abby Bishop : Poste 4, 28 ans, 1,91 m, internationale australienne

N° 5 : Shauna Beaubrun : Poste 3, 1,78 m, 19 ans

N° 6 : Lucie Carlier : Poste 3, 26 ans, 1,87 m

N° 7 : Bintou Dieme-Marizy : Poste 1, 32 ans, 1,64 m, Internationale camerounaise

N° 8 : Awa Trasi : Poste 3-4, 17 ans, 1,82 m

N° 9 : Moina Le Beherec : Poste 4, 18 ans, 1,85 m

N° 10 : Sylvie Gruszczynski : Poste 1-2, 30 ans, 1,73 m, Internationale Espoir

N° 11 : Adja Konteh : Poste 1-2, 24 ans, 1,78 m, Internationale Junior

N° 12 : Léa Deconinck : Poste 1, 19 ans, 1,60 m

N° 13 : Angie Bjorklund : Poste 2-3, 1,83 m, 28 ans, ex-internationale américaine U19

N° 14 : Elodie Bertal-Christmann : Poste 4, 32 ans, 1,90 m, Internationale

N° 19 : Astan Dabo : Poste 5, 24 ans, 2,03 m, Internationale malienne

Jean-Jacques Lasserre