Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
     

Communiqué de la DDFIP 65

jeudi 14 novembre 2019 par Rédaction

L’élaboration du nouveau réseau de proximité de l’administration fiscale dans les territoires a donné lieu au plan national à une vaste concertation avec les agents de la Direction Générale des Finances Publiques, les élus locaux et les organisations syndicales.

 

Cette initiative s’inscrit, à la suite du Grand Débat, dans l’esprit des annonces du Président de la République. Avec l’objectif d’augmenter de 30% les points d’accueil au public, cette réforme répond à l’ambition du Gouvernement d’assurer une meilleure accessibilité des services publics à la population et une meilleure relation de proximité entre les agents et les usagers, notamment dans les territoires où le sentiment d’une insuffisance de la présence de l’État se développe.

 

Afin d’éclairer les concertations qui doivent se poursuivre dans les prochains mois, un sondage national d’opinion a été réalisé du 16 au 27 septembre avec l’institut BVA pour recueillir l’avis et les attentes des usagers, résidant dans des communes de moins de 35 000 habitants, pour leurs services fiscaux.

 

Les principaux enseignements de ce sondage sont les suivants :

 

- Dans les petites unités urbaines Internet arrive en tête pour toutes les démarches : poser une question (41%), déclarer ses revenus (62%), payer ses impôts (45%), obtenir un document (53%) ou faire une réclamation (37%). Les usagers souhaitent qu’à l’avenir ce mode de contact se développe.

 

- 53 % des usagers ne se déplacent jamais dans un centre des finances publiques et 47 % au moins une fois par an, avec une moyenne de 1 fois / an pour leurs démarches. La principale motivation pour les usagers qui se déplacent (67%) est d’ « avoir un interlocuteur en face de soi » (et non pour la technicité du savoir des agents).

 

- 74 % des personnes interrogées pensent que la DGFiP peut améliorer sa manière de renseigner les contribuables. Les principales améliorations souhaitées sont, dans l’ordre : le temps d’attente, les horaires d’ouverture, la localisation des services / distance du domicile et, loin derrière, les informations qu’ils peuvent obtenir sur leur situation fiscale.

 

- Les guichets communs à plusieurs administrations, tenus par des agents polyvalents, séduisent : 4 sondés sur 5 les plébiscitent, l’accueil en mairie arrive en tête. La proximité est également un enjeu important, le temps de trajet moyen acceptable est de 19 minutes.

 

- 89 % des usagers DGFIP qui se sont rendus dans une Maison de services au public (MSAP) ont été satisfaits ou très satisfaits de la réponse apportée. 90% sont favorables à leur montée en puissance. L’ouverture le samedi pour certaines d’entre elles est perçue positivement ( 61 %).

 

- 66 % des personnes interrogées adhèrent à l’idée que, pour baisser les impôts, il faut moderniser / réformer le réseau des centres des finances publiques.

 

- Enfin, 63 % pensent que la possibilité qui est offerte de pouvoir payer ses impôts / factures publiques chez un buraliste est une bonne initiative.