Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

ALSTOM… Qui va payer les pots cassés ? (Communiqué du NPA 65)

mardi 29 avril 2014 par Rédaction

Les salarié-e-s et la population ont de quoi être inquiets. Depuis plusieurs jours les offres de rachats d’ALSTOM, en partie ou en entier, se multiplient. Le grand Monopoly du capitalisme tombe le masque. Les entreprises, même et surtout les plus grandes, ne sont que des marchandises qui peuvent se vendre et s’acheter sur le grand marché mondial de la course aux profits des actionnaires.

Hollande et Montebourg s’agitent pour que l’entreprise ne tombe pas entre des mains « étrangères ». Le gouvernement préférerait une solution européenne. Dans les deux cas, un grand groupe capitaliste empochera la mise. Quelle que soit la « solution » trouvée par les dirigeants, celles et ceux qui risquent de payer cette restructuration capitaliste, se sera à nouveau les salariè-e-s de l’entreprise. Qu’ ALSTOM soit acheté par Général Electric ou par Siemens, la conséquence sera un plan de « baisse de coût du travail », comme ils disent. C’est à dire des suppressions d’emplois, voire des fermetures de sites. Déjà, il y a plusieurs mois, la production de 13% de l’établissement tarbais à été délocalisée en Inde…

Le gouvernement rejette tout projet de nationalisation, même partielle.

Pour le NPA, sauver les emplois passe obligatoirement par la réquisition de l’entreprise, sa socialisation sous contrôle des salariés et de la population.

D’ores et déjà, après la manifestation nationale réussie du 12 avril, ce 1er mai est la prochaine date de mobilisation unitaire qui doit jalonner la montée en puissance d’un grand mouvement de lutte contre les licenciements, contre l’austérité du gouvernement PS-MEDEF !

Car la seule voie, c’est celle de la coordination des luttes !

L’élection européenne du 25 mai sera aussi l’occasion d’exprimer notre refus de cette Union européenne qui est une machine de guerre contre les classes populaires, les salaires, la protection sociale, les services publics et le code du travail, une machine bureaucratique destinée à servir les intérêts des multinationales et de la finance, une machine antidémocratique actionnée par des politiciens qui ne nous représentent pas. Ce sera l’occasion de voter pour une EUROPE DES TRAVAILLEURS ET DES PEUPLES, en choisissant la liste du NPA conduite dans le SUD OUEST par Philippe POUTOU, ouvrier de l’automobile.

Le 1er MAI, rassemblement à la BOURSE du TRAVAIL a 10h30.

Le NPA 65, Tarbes, le 29 avril 2014.