Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
  
 
  
 

Travaux du tunnel Aragnouet-Bielsa : voyons-nous le bout du tunnel ?

vendredi 31 mai 2013 par Rédaction

Si la circulation dans les deux sens sous le tunnel n’est pas pour demain, le Consorcio http://www.bielsa-aragnouet.org/ travaille sur des solutions techniques de pointe afin d’améliorer la situation.

Le point sur les travaux

Hier, sous la présidence de Michel Pélieu, président du Conseil Général, le comité de suivi du Consorcio s’est réuni en présence de Rafael Fernandez de Alarcon, ministre régional des Travaux Publics, de l’Urbanisme, du Logement et des Transports du gouvernement d’Aragon. Le sujet n’était pas la TCP chère aux Aragonais et de moins en moins probable du fait des restrictions budgétaires, mais l’état des travaux du tunnel de Aragnouet-Bielsa qui n’en finissent plus.
Si par le passé, une simple voûte brute de rocher dégoulinant d’eau et sans éclairage était normale, aujourd’hui, malgré l’absence d’accidents significatifs, les contraintes sécuritaires ont imposé 20 millions d’Euros d’aménagements pris en charge à 65 % par l’Union Européenne, le reste étant partagé entre l’Aragon et les Hautes-Pyrénées. Aujourd’hui, plus de 95 % des travaux sont réalisés.

Objectif : la bidirectionnalité des véhicules légers

Aujourd’hui il existe un système de circulation alternée afin d’éviter des croisements avec des poids lourds et des autocars. Pas très agréable lorsqu’il faut attendre, surtout l’hiver à l’entrée française sous la menace d’une avalanche. Hormis la voûte en béton qui a été réalisée, c’est l’ensemble des réseaux enterrés qui a été refait, les bâtiments techniques de tête de tunnels ainsi que la direction à l’entrée sud, des systèmes d’évacuation des gaz, des fumées pour le cas d’éventuels incendies, etc…

Mais, mieux que tous ces matériels, c’est la mise au point d’un logiciel de détection des véhicules de plus de 3,40m (aux essieux) afin de stopper la bidirection le temps du passage du véhicule à priori poids lourd ou autobus. Il faut également s’assurer d’une permanence de secours, notamment de sapeurs-pompiers, de 6h à 22h, période de bidirection, alors que le reste du temps, ce sera le régime de l’alternance qui sera assuré.

Les travaux devraient être terminés fin juin. La date de mise en service bidirectionnelle dépendra du Préfet et de ses services. A ce moment-là, le bout du tunnel sera plus proche.

Louis Dollo