Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
    
 
  
 

"Tarbes pour tous" et la solidarité

mercredi 15 mai 2013 par Rédaction

Lors de son nouveau point-presse, Pierre Lagonelle et son équipe de « Tarbes pour tous » ont abordé les problèmes de solidarité. Des constats ont été dressés et des propositions avancées.

normal'>L’intervention de
Pierre Lagonelle

Le centre communal d’action sociale (CCAS) est l’outil de la
Mairie en matière de solidarité. Il rassemble une centaine d’employés et
propose des services variés. Il doit être un lieu d’accueil, d’écoute,
d’information, d’accompagnement, de coordination des structures publiques et
associatives. Notre volonté est que le CCAS aide les Tarbais en difficulté à
conserver une dignité, une autonomie, à faire en sorte que chacun redevienne
acteur de sa vie. Le CCAS doit nouer différents partenariats pour mieux cibler
les véritables préoccupations des Tarbais et n’oublier personne.

Le CCAS de Tarbes déploie une activité très diversifiée que
nous approuvons pour l’essentiel et qui permet de faire face à la plupart des
cas urgents. Le défi est de taille car
une partie de la population tarbaise est en souffrance. Une enquête de fin 2011
montre qu’à Tarbes la monoparentalité, les faibles revenus, le vieillissement
de la population et le nombre de jeunes sans ressources ont de quoi inquiéter.
Le phénomène de familles monoparentales est particulièrement élevé à Tarbes
avec un taux de 40% des familles. C’est deux fois plus que la moyenne
nationale. Difficile d’expliquer cette spécificité tarbaise. Cela concerne 2176
familles. Il ne s’agit pas de condamner cet état de fait qui peut parfois être
un choix de vie mais il est clair que la monoparentalité induit un risque de
pauvreté et de précarité relationnelle. Autre spécificité tarbaise, le
vieillissement de la population : les plus de 75 ans représentent à Tarbes 14%
de la population contre 8% en moyenne nationale. Ces réalités doivent orienter
l’organisation et les interventions du CCAS pour les prochaines années car les
projections prévoient que le nombre d’habitants de plus de 85 ans va doubler
d’ici 2020 !

Une question importante doit être posée dès maintenant :
quel sera demain le champ de la
politique de la ville qui est désormais structurée par les contrats urbains de
cohésion sociale (CUCS) alors que tout le monde sait que l’Etat diminue ou
supprime des enveloppes financières ? Par exemple l’Etat affiche une diminution
importante de 45% pour 2013 ! Les contrats déjà prolongés arriveront à leur
terme en décembre 2014. Leur survie dépendra après décembre 2014 de la bonne
volonté et des moyens de la ville, du département et de l’ensemble des
partenaires locaux. Mais que seront ces moyens demain
 ? Le CUCS, avec une enveloppe (hors fonctionnement) de 760.000 euros a pour
mission de soutenir l’action des opérateurs associatifs et d’impulser lui-même
des dynamiques locales. CUCS ou pas CUCS il faudra bien demain continuer à
soutenir les associations œuvrant dans le champ de la solidarité et notamment
dans nos quartiers prioritaires comme Laubadère, Mouysset, Solazur, Ormeau Bel
Air. Sinon quel mépris pour tous ces travailleurs sociaux et ces bénévoles ! Il
convient d’être très vigilant lors des prochains mois sur les (dés class=GramE>)engagements de l’Etat et la volonté des partenaires locaux.

normal'>LES PROPOSITIONS DE
"TARBES POUR TOUS" en matière de SOLIDARITE

1/Elargir/ les
horaires d’ouverture des crèches

Le coût de fonctionnement des crèches est pris en charge par
la CAF, la Mairie et les familles concernées. Aujourd’hui la ville de Tarbes
gère quatre crèches qui totalisent 162 places. Les remontées de terrain que
nous avons laissent à penser que la demande de places est presque satisfaite,
sachant qu’il existe une "soupape de sécurité" avec la crèche
"Arc en soleil" gérée directement par la CAF et la crèche associative
"Gribouille", sans compter les nombreuses assistantes maternelles. A
ce jour nous recueillons plutôt des réclamations sur les horaires d’ouverture.
Mise à part la crèche "Les Poussins du Marché", les horaires des
trois autres crèches vont de 7h30 à 18h30. Cela met en difficulté de nombreux
parents qui commencent le travail tôt ou qui finissent vers 19h. En
concertation avec le personnel et dans le respect des budgets, il serait utile
à de nombreux parents d’essayer d’élargir les horaires actuels sur une tranche
7h-19h. Cela ne représente qu’une heure par jour mais peut soulager bien des
parents.

Il faut veiller aussi à favoriser les actions avec les
institutionnels (CAF, PMI, associations) sur les questions de parentalité en
direction des parents et des professionnels de la petite enfance.

2/ Amplifier le
microcrédit social

De plus en plus de Tarbais ont des difficultés pour accéder
à un prêt bancaire classique. Le microcrédit social doit être amplifié pour
soutenir des travailleurs précaires, des personnes rencontrant une difficulté
momentanée liée à un divorce ou à une perte d’emploi. Ces prêts doivent avoir
une finalité positive (et non simplement consommatrice) en servant l’insertion
sociale et professionnelle, par exemple acheter un véhicule pour aller
travailler, de l’électroménager de base, le financement du permis de conduire.

3/ Améliorer les
animations pour les seniors
 :

Tarbes voit sa population vieillir. Il faut créer une vraie
dynamique autour des seniors, pour cela un partenariat important doit être créé
entre les associations et le CCAS pour organiser des séances de gymnastique,
des ateliers mémoires, des réunions santé, des animations culturelles, des
goûters dansants, des formations à l’informatique.

Beaucoup d’actions d’animations ont été mises en place par
la ville (goûters, spectacles, excursions) mais elles concernent très souvent
la première tranche des seniors de 65 à 75 ans environ. Il faut faire attention
à ne pas oublier les plus anciens qui sont en difficulté dans la foule, le
bruit, la station debout, et qui pourtant ont le plus besoin que le lien social
soit maintenu et amené au plus près de chez eux car ils ne peuvent plus aller
le chercher comme leurs "benjamins". Ce sont eux qui ont le plus
besoin de distractions, de liens sociaux pour ne pas sombrer dans l’oubli et la
dépression.

4/Développer les
services aux seniors

"Tarbes Pour Tous" veut permettre aux seniors de
rester à leur domicile, dans un environnement familier, dans les meilleures
conditions. Pour cela, il faut veiller par une meilleure information à :

-Augmenter le nombre de livraisons de repas à domicile, de
manière régulière ou pour faire face à des périodes spéciales (convalescence
après maladie ou hospitalisation, mobilité momentanément réduite)

-Accroître le parc de téléalarmes (petites télécommandes que
l’on porte sur soi et qui permet à tout moment un contact pour une aide
extérieure)

-Mieux aider dans les démarches administratives (dossier de
retraite, demande d’aides diverses)

-Développer les partenariats avec les associations d’aides
aux personnes et mettre en place des animateurs accompagnants de quartier.

-Une proposition : favoriser la reconversion du Quartier
Foix Lescun en EHPAD ou en "village
résidence" pour personnes âgées isolées, et qui offrirait aussi des
logements pour des familles monoparentales isolées afin de favoriser le lien
social et affectif.

5/Quelques actions
transversales

-Nous sommes favorables à la mise en place de chantiers
éducatifs saisonniers pour des jeunes en instabilité sociale qui sont
volontaires pour travailler contre rémunération par exemple sur des travaux
d’entretien du patrimoine bâti ou naturel, des travaux de peinture sur les
équipements sportifs et scolaires

-Il faut maintenir les soutiens dans les quartiers définis
prioritaires mais ne pas oublier que le centre ville accueille de plus en plus
de familles en grande difficulté et qu’il s’y développe un phénomène de
paupérisation des personnes les plus âgées.

-Accroitre les logements d’urgence et les logements
passerelle en colocation

-Créer des jardins solidaires aux abords de la ville, lieux
d’échanges intergénérationnels

-Création d’une épicerie sociale mobile

6/Être plus attentif
aux personnes handicapées

Les personnes handicapées sont désireuses de vivre comme
tout le monde. Il faut prendre en compte trois points importants :

- Veiller à l’accessibilité des lieux publics et de la
voirie (l’accessibilité devient grande cause nationale en 2014 avec le rapport
Campion), travailler avec les personnes handicapées et les associations pour
définir avec elles des parcours et des pictogrammes pour tous les types de
handicaps sensoriels et moteurs.

- Favoriser les rencontres et les animations

- Assurer une formation spécifique aux personnels des ALAE
pour accueillir les enfants handicapés.