Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Communiqué du NPA65 : Prévision sur les retraites, le remake d’un mauvais film...

jeudi 20 décembre 2012 par Rédaction

Le Conseil d’Orientation des Retraites, composé « d’experts », de représentants du patronat et des confédérations syndicales a publié hier son rapport. Il prévoit un déficit des caisses de retraite de 14 milliards en 2011 et de 18,8 milliards d’euros en 2017.

Le MEDEF a réagi rapidement en rappelant ses exigences : un allongement de la durée de cotisations et le départ à 63 ans. Le ministre des finances a répond dans la foulée« oui, il y aura doute sans une réforme ». Sans doute ? F. Hollande évoquait il y a quelques semaines une réforme « systémique, en profondeur des retraites » !

Les retraites complémentaires du privé (ARCOO-AGIRC) sont également menacées : Le MEDEF demande un gel des pensions pendant 3 ans, une sous-indexation d’un point, le durcissement des conditions d’accès...

Le « Haut Conseil du financement de la protection sociale » prépare une réforme de son financement, c’est-à-dire la fiscalisation de la Sécurité sociale

L’objectif du patronat, auquel se soumet le gouvernement est de détruire la Sécurité sociale financée majoritairement par les cotisations sociales, et le système des retraites par répartition.

La question des retraites et la Sécurité sociale n’est pas comme on veut nous le faire croire une question démographique, et d’absence de moyens pour le financement. C’est un choix de société, de répartition des richesses entre le capital et le travail. Leur choix a été d’accorder 20 milliards d’euros au patronat, de préparer la fiscalisation de la Sécu : la généralisation de la CSG, et/ou une TVA « sociale » et/ou une taxe « écologiques »... c’est à dire d’exonérer encore plus les patrons des cotisations sociales.

A l’inverse le NPA propose de donner des moyens à la Sécurité sociale : donner du travail à 6 millions de chômeurs apporterait 80 milliards d’euros à la Sécu ; augmenter les salaires de 300 € : 70 milliards !

Une commission doit formuler au début de l’année prochaine « des pistes de réforme ». Les diagnostics partagés, les concertations et « négociations » ne feront pas reculer le gouvernement.

Le NPA propose à l’ensemble des organisations syndicales, associatives, politiques de préparer ensemble, dès maintenant l’indispensable mobilisation unitaire.

NPA65.