Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Le budget Hollande ou le traité d’austérité en pratique !

samedi 29 septembre 2012 par Rédaction

Hollande se vante d’imposer « l’effort le plus important depuis 30 ans », de trouver 36, 9 milliards d’euros pour réduire le déficit public à 3 % du PIB.

Jean-Marc Ayrault le présente comme "un budget de combat pour la justice sociale ». Il voudrait faire croire que les 24 milliards d’augmentation d’impôts sont synonymes de justice fiscale. Il n’en est rien. Ce n’est pas parce que les plus riches et les patrons crient le plus fort qu’ils sont les plus touchés. La fameuse taxe à 75 % sur les revenus supérieurs à 1 million ne prendra pas en compte les revenus du capital. Elle ne concernera que 1500 personnes. Beaucoup de bruit pour rien ! L’ISF revient à la hauteur qu’il avait avant que Sarkozy ne fasse cadeau de sa réduction aux grandes fortunes. Mais en contrepartie le bouclier fiscal est rétabli : personne ne paiera plus de 75 % de ses revenus. En revanche le gel du barème de l’impôt sur le revenu, qui signifie que la base de calcul des impôts n’est plus revalorisée du montant de l’inflation, pénalise durement celles et ceux qui n’étaient jusqu’alors pas imposables, qui le deviennent et perdent en même temps toute une série d’avantages sociaux.

Du côté des baisses de dépenses, le gouvernement lui même explique que le gel des crédits des ministères maintient l’effort imposé par François Fillon. Les créations d’emplois dans les secteurs jugés prioritaires comme l’Education seront "strictement compensées", ce qui implique que les suppressions d’emplois dans les autres secteurs seront encore plus sévères.

A quoi sert d’avoir viré la droite si c’est pour continuer et aggraver la misère et les destructions d’emplois dans les services publics ?

Hollande prétend qu’il n’y a pas le choix, mais chaque année l’Etat verse 50 milliards aux banques et aux riches au titre des seuls intérêts de la dette publique. Faire la lumière sur le contenu et l’illégitimité de la dette et arrêter de payer ou accepter de plus en plus d’austérité comme l’exige le traité européen et sa règle d’or, il faut choisir !

Après les manifestations des 29 et 30 septembre, le NPA appelle à amplifier le combat unitaire contre l’austérité, notamment le 9 octobre !

Le NPA65