Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Le Front de Gauche affronte la gauche sur la santé et l’hôpital public

mercredi 30 mai 2012 par Rédaction

"Times New Roman","serif"'>Hier après-midi, la diversité des idées et des
actions de la gauche des Hautes-Pyrénées s’est manifestée au sujet de la santé
et de l’hôpital public. Marie-Pierre Vieu entourée de Pierre Montoya,
Claude Martin et plusieurs syndicalistes hospitaliers notamment de la CGT, ne
cachaient pas leur opposition au projet de nouvel hôpital unanimement et/ou
consensuellement accepté par le Parti Socialiste, notamment Josette Durrieu,
Sénatrice et vice-présidente du Conseil Général, le PRG et la droite UMP avec
Gérard Trémége, maire de Tarbes, et Jean-Pierre Artiganave, maire de Lourdes.

"Times New Roman","serif"'>Pour le Front de Gauche, les projets engagés <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>« devront être gelés ». Il
constate qu’après les élections présidentielles sur le thème <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>« le changement maintenant »,
« les projets se poursuivent »…. »C’est que Chastel à des
gages » selon Marie-Pierre Vieu. Situation inquiétante de voir <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>« que le changement de majorité ne
change pas les projets ». Mais
le pire pour cette tendance de gauche c’est « qu’il
y a consensus et unanimité »
avec les deux députés de gauche, Jean
Glavany et Chantal Robin-Rodrigo et la droite. Situation embarrassante….

<span
style='font-size:14.0pt;line-height:115%;font-family:"Times New Roman","serif"'>Des
positions affirmées.

"Times New Roman","serif"'>Le Front de gauche reste droit dans ses bottes et
réclame :

  • 12.0pt;line-height:115%;font-family:"Times New Roman","serif"'>Le retrait
    de la loi Bachelot pour revenir à la situation antérieure alors que la
    Ministre actuelle ne prévoit qu’un
    aménagement.
  • 12.0pt;line-height:115%;font-family:"Times New Roman","serif"'>Un Grenelle
    global de la santé.

"Times New Roman","serif"'>Le projet de l’ARS n’est pas satisfaisant. Il faut <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>« remettre à plat ce projet »
nous disent les candidats et syndicalistes. Et de préciser que Jean Buron,
Conseiller Général de Bordères, a obtenu un moratoire sur les <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>« besoins de santé ». Selon le
Front de Gauche, « les médecins
seraient opposés au nouveau plan de l’ARS ».
Et de préciser que 40
emplois sont supprimés à l’hôpital de de Tarbes alors que des personnes font de
100 à 150 heures supplémentaires par an non récupérables et non payées.

<span
style='font-size:14.0pt;line-height:115%;font-family:"Times New Roman","serif"'>Il
peut ne pas y avoir unanimité

"Times New Roman","serif"'>S’il y a actuellement unanimité de point de vue de
la part des élus, il est rappelé que « si
Marie-Pierre Vieu et Claude Martin sont élus il n’y aura plus unanimité ».
Et de s’interroger : « Va-t-on
réduire les moyens alors que les besoins progressent ? Le système est fait
pour que les copains se fassent de la tune »
en passant tout au privé
au détriment du public. « On nous
propose un autre système de PPP (Partenariat Public Privé) dans la santé »
nous dit Pierre Montoya. Et il
précise que « pendant la période
estivale on ferme des lits par manque de personnel ».
Le cas des
urgences de Bagnères de Bigorre est évoqué : fermeture 4 jours par mois.
Souhaitons ne pas être accidenté un de ces 4 jours….

<span
style='font-size:14.0pt;line-height:115%;font-family:"Times New Roman","serif"'>Il
faut un débat démocratique et un référendum

"Times New Roman","serif"'>Pour Marie-Pierre Vieu, il faut normal'>« que le débat démocratique revienne entre les mains des habitants
des Hautes-Pyrénées ».
Et elle rappelle que normal'>« des parlementaires ont fait délibérer des communes de montagne
pour l’hôpital de Lanne… »
Et c’est un autre projet qu’ils soutiennent
maintenant « car le privé ne veut
pas se déplacer à Lanne, donc c’est le public qui vient au privé à
Tarbes ».
Marie Pierre Vieu précise que le Front de Gauche <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>« est pour un référendum d’initiative
populaire ». Pour elle, il faut tout revoir normal'>« dans un cadre hors logique libérale ». Elle demande <i
style='mso-bidi-font-style:normal'>« l’arrêt de tout ce qui va se faire….
Tous les élus de l’hôpital sont de gauche ». Le problème est que sur
cette affaire la gauche ne semble pas unie.

<span
style='font-size:14.0pt;line-height:115%;font-family:"Times New Roman","serif"'>Les
grands silences de tous….

"Times New Roman","serif"'>Sauf erreur de ma part, nous sommes entrés depuis 12
ans dans le 21ème siècle avec un développement impressionnant de
technologies de communication nouvelles. Même évolution des technologies en
matière chirurgicale, médicale, radiologie, etc… Mais personne n’en parle. Tout
se fait et se raisonne comme en 1945. « Tout
mettre à plat »
consiste aussi à prendre en compte ces éléments qui
n’arrêteront pas d’évoluer.

"Times New Roman","serif"'>Personne non plus ne parle des patients. On parle
des habitants, des élus, mais les patients qui ont eu affaire au service des
établissements hospitaliers ont peut-être aussi un avis à donner.

"Times New Roman","serif"'>Et puis que dire des erreurs médicales, de diagnostics
et les conséquences de maladies nosocomiales à répétition qui encombrent
inutilement des lits d’hôpitaux ? Le « manque
de personnel »
et la traditionnelle normal'>« surcharge de travail » ne justifient pas tout. Est-il
envisageable de remettre en cause des méthodes de travail ? Tout est-il
figé pour l’éternité ? Forme-t-on assez d’infirmières et de
médecins ? Qui a réduit le numérus clausus à une certaine époque ? Personne
n’aborde ces sujets. Et puis, existe-t-il des mesures de comparaison public,
privé, libéral ? Silence à tous les postes !

"Times New Roman","serif"'>Au-delà des palabres électoralistes et corporatistes
traditionnels, il faudra bien un jour analyser le fond des sujets pour avancer en
crevant l’omerta institutionnelle qui existe dans le milieu médical.

<span
style='font-size:12.0pt;line-height:115%;font-family:"Times New Roman","serif"'>Louis
Dollo

"Times New Roman","serif"'>