Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
 
  
 
  
 

6 nouveaux Meilleurs Ouvriers de France ont reçu leurs récompenses

mercredi 28 mars 2012 par Rédaction

Tout récemment, dans les salons de la préfecture, le COET 65 (Comité d’Organisation aux Epreuves Techniques des Hautes-Pyrénées) présidé par Jean-Jacques Trilhe, commissaire départemental des « Meilleurs Ouvriers de France » a décerné les diplômes aux 6 lauréats du concours des Meilleurs Ouvriers de France, en présence de Philippe Marsais, directeur de cabinet du préfet Jean-Régis Borius ; Jean-Marie Panazol , inspecteur général, Eric Marie de Ficquelmont, président du COET national et plusieurs membres du COET 65.

En préambule, Jean-Jacques Trilhe a rappelé que depuis sa première distribution en 1925, le titre de Meilleur Ouvrier de France avait été décerné à 8100 candidats. 2500 sont aujourd’hui en activité. Dans notre département, on a célébré cette année le 24e concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France ».

« Nous sommes quatre responsables pour le département, relevait J-J Trilhe, : Robert Cadéac, MOF ; Belmir Dos Reis, MOF ;, Jean-Pierre Saint-Martin, maître cuisinier de France, et moi-même, finaliste du concours « Cuisine ». Avec mes collaborateurs et nos candidats. nous défendons des valeurs, une éthique, une excellence difficile, ingrate, où les satisfactions sont rares. C’est le prix à payer pour accéder à la reconnaissance nationale qu’est le titre de MOF ».

Lire ci-dessous le discours intégral de Jean-Jacques Trilhe :

PDF - 684.3 ko

Monsieur l’Inspecteur général, Président du jury général du concours MOF

Monsieur le président national du comité d’organisation des expositions du travail MOF,

Monsieur le directeur des services départementaux de l’éducation nationale

Monsieur le commissaire départemental du comité d’organisation des expositions du travail

Mesdames, messieurs,

Chers lauréats,

C’est avec honneur et beaucoup de fierté que je reçois cet après-midi, à la préfecture, la communauté des meilleurs ouvriers de France des Hautes-Pyrénées, accompagnée des six personnes récemment médaillées aux dernières olympiades des métiers qui se sont tenues l’an passé et qui avaient récompensé 229 lauréats répartis sur l’ensemble de la France.

Je note avec plaisir et satisfaction que les Hautes-Pyrénées se sont distinguées et ont obtenu de très bons résultats puisqu’elles se placent bien au dessus de la moyenne départementale qui est de 2,3. Ce chiffre démontre à lui seul la très grande qualité des actions de formation au sein de l’artisanat local qui s’inscrit ainsi comme l’un des moteurs les plus puissants de l’excellence bigourdane.

Ouverte aux meilleurs ouvriers des domaines industriels et tertiaires, cette compétition est organisée autour de 180 métiers et constitue, pour les candidats, une occasion exceptionnelle de faire la démonstration de leurs talents, d’obtenir un diplôme de niveau III (bac+2) et de porter un col aux couleurs de la France, symbole de la reconnaissance de la Nation toute entière.

Le concours des meilleurs ouvriers de France démontre que l’excellence s’exprime partout dans notre pays et représente un message d’espoir pour tous les jeunes ; s’ils font preuve de rigueur, d’enthousiasme et de persévérance, ils pourront trouver une voie vers le succès correspondant à leurs talents et à leurs mérites.

Je félicite donc les six lauréats du prix de meilleur ouvrier de France que connaît le département, lauréats du 24ème concours organisé depuis la création de cette récompense qui remonte à 1924 : il s’agit de mesdames Véronique Bahurlet et Corinne Pécoste (nettoyage-apprêtage) et de messieurs Dominique Bouchait (fromager), Pascal Gambin (plâtrerie-gypserie), David Gomez Poissonnier-écailler et Jamal Nsiri (ferronnier d’art).

Nous avons le plaisir de pouvoir admirer ici vos magnifiques réalisations exposées dans cette salle j’en conviens un peu étroite et je vous en remercie beaucoup.

Bravo à ces six personnes qui font honneur à leur profession en incarnant l’excellence française.

Pour en arriver là, je sais que vous avez travaillé dur et fait des sacrifices. Vous avez démontré que seuls le travail et la persévérance permettent de passer d’un projet à un chef-d’œuvre et d’un chef-d’œuvre à l’excellence. En obtenant ce diplôme, vous êtes la preuve vivante de l’immense satisfaction que produit le dépassement de soi par le travail et cela dans différents domaines de l’activité humaine. Grâce à vous, la France bénéficie à l’étranger d’une image exceptionnelle, à la fois de tradition et d’innovation.

A l’heure d’une mondialisation qui tend à unifier, à standardiser, votre travail met en valeur la richesse et la diversité du savoir faire français que nous voulons préserver, une culture faite de talent, d’amour du travail bien fait, de patience dans l’acte et le geste de création et d’efforts.

A l’heure du zapping, du jetable, de l’éphémère, du facile.... vos métiers évoquent l’exceptionnel, l’unique et l’authentique et suscitent l’admiration, le respect et l’estime de tous.

Vos métiers sont nobles et vous devez en être fiers. Cette cérémonie est l’occasion d’honorer les valeurs que vous incarnez : le travail, l’effort, le dépassement de soi, et la transmission des savoir-faire, valeur sur laquelle je souhaiterais m’arrêter un peu. Je sais que vous êtes venus pour certain d’entre vous accompagnés de vos tuteurs et de 13 meilleurs ouvriers de France : je veux, ici, les remercier car ils vous ont transmis leurs compétences comme je l’espère vous le ferez à votre tour.

Il y a parmi vous également quatre autres jeunes que je n’oublie pas, même s’ils n’ont pas eu la même réussite que leur collègues, ils n’ont pas démérité pour autant ; ils ont été finalistes au dernier concours et n’ont pas eu la chance d’obtenir le diplôme de meilleurs ouvriers de France.

A vous, je voudrais vous exprimer toute ma reconnaissance et vous dire combien je vous encourage à poursuivre votre travail et votre passion et, pourquoi pas, à vous présenter à nouveau aux prochaines épreuves pour atteindre cette fois-ci la plus haute marche et cette suprême récompense de meilleur ouvrier de France. N’oubliez pas que l’une des valeurs que vous incarnez est la persévérance et le travail. Alors, je vous encourage à poursuivre vos efforts.

Je souhaiterais insister sur le fait que l’Etat a bien conscience du gâchis qui a consisté, pendant longtemps, à privilégier la seule voie académique considérée à tort comme la seule voie de l’excellence. L’Etat a donc mis un terme à cette vision étroite de l’excellence et à cette injustice en donnant une nouvelle impulsion à l’apprentissage par la revalorisation de son image.

Il faut bien insister sur le fait que l’apprentissage est un véritable passeport pour l’emploi : 8 jeunes sur 10 qui s’engagent dans l’apprentissage trouvent à l’issue de leur formation un emploi. De plus, dans vos métiers, quand on commence apprenti, on peut devenir chef d’entreprise. 80 % des créateurs d’entreprises artisanales sont passés par la voie de l’apprentissage.

Pour conclure, être un meilleur ouvrier de France aujourd’hui, c’est avoir la chance d’exercer le métier que vous avez choisi, c’est vivre sa passion et vivre de sa passion. Nous devons reconnaître toute leur valeur culturelle, mais aussi économique et sociale de ces métiers auxquels vous conférez toute leur noblesse et sans lesquels la France ne serait pas ce qu’elle est.

Vous êtes les artisans de la beauté qui forge l’identité de notre pays.

Je vous remercie".

Dans le département, 31 candidats se sont présentés pour le concours "Un des Meilleurs Ouvriers de France". 19 ont été sélectionnés. Sur les 10 finalistes, 6 ont été récompensés. Voici donc ci-dessous les lauréats :

PDF - 145.8 ko