Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

« STOP AUX EXPULSIONS ET AU MAL LOGEMENT »

mercredi 14 mars 2012 par Rédaction

Qu’il fasse froid ou non, aucun être humain ne devrait avoir à dormir
dehors. Malheureusement, la réalité est tout autre puisque le 15 mars
marque la reprise légale des expulsions locatives, avec cette année une consonance particulière du fait de la campagne électorale.
Jamais le logement, 1er poste de dépenses des ménages, n’a été aussi cher et disproportionné au regard des revenus de la grande majorité de la population.

Dans ce contexte de logement cher, de baisse des revenus et de développement de la précarité, les expulsions ont atteint un niveau record : près de 107 000 décisions d’expulsion sont en moyenne rendues par an dont environ 15000 sont effectuées avec le concours de la force publique. Il s’agit dans bien des cas d’une aberration économique car il revient plus cher à la collectivité de reloger les locataires en difficulté que de les aider à se maintenir dans le logement.

Plus que jamais ce 15 mars 2012, nous devons exiger tous ensemble :

- l’arrêt des expulsions avec l’application effective de la loi DALO
et si besoin est de la loi de réquisition pour obtenir l’obligation
d’accueil inconditionnel des sans logis et des mal logés jusqu’au
relogement

- la baisse des loyers et de l’énergie avec un encadrement et un
plafonnement de tous les loyers y compris en logement social, la
revalorisation des aides au logement, la taxation de la spéculation
immobilière et la suppression des cadeaux fiscaux

- la réalisation massive de logements sociaux à des prix accessibles et
conformes aux normes environnementales grâce au renforcement du livret A, au retour à un vrai 1% logement, à la vulgarisation du droit de
préemption dans les communes tout cela piloté dans le cadre d’un
Service Public du Logement ; ce dernier, autorité régulatrice, associant
bailleurs, associations de locataires, acteurs privés et opérateurs
publics, permettrait de mieux répondre aux besoins de chaque territoire, via la création d’un réseau d’observatoires locaux.

Tout comme l’emploi, le logement doit redevenir une priorité
nationale.

N’oublions jamais qu’avoir un toit est un droit, qu’il nous faut
sans cesse revendiquer pour qu’il devienne enfin effectif !

Anne Marie BERGEYRE – UD CSF 65 (Confédération Syndicale des
Familles)

Yolande GUINLE – UD CGT 65