Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

L’école s’invite au Conseil Général

vendredi 3 février 2012 par Rédaction

La première réunion de l’année du Conseil Général offrait une tribune politique aux élus du département pour se positionner par rapport à la fermeture de classes dans les écoles primaires du département présentées récemment par l’Inspecteur Académique.

Face à la suppression de postes dans les écoles primaires, la majorité départementale (PRG-PS-Front de Gauche/PC) a présenté une « motion contre la suppression des postes dans l’Education Nationale  » (pdf ci-dessous) :

PDF - 232 ko

Pour le Parti Socialiste, Jean-Claude Palmade estime que ces suppressions d’emploi sont faites pour « des raisons idéologiques  ». Il s’agit pour lui de l’application d’une « règle aveugle du Président de la République » qui constitue « une saignée pour notre département  ». Et de citer les écoles touchées par cette mesure : Clarens, Trie, Lourdes, Bagnères, Soulom-Pierrefitte..... Soit « 17 écoles concernées ». Il reconnait que l’Inspecteur d’Académie « comprend que pour les élus c’est un déchirement. Mais au bout du compte il lui faut bien trouver les postes à supprimer »…

Chantal Robin-Rodrigo pour le PRG rappelle que l’on fait toujours référence au fait que le « département est mieux doté qu’ailleurs » mais « en remontant à René Billère  » qui fut Ministre de l’Education Nationale il y a déjà longtemps. Toujours combative, elle rappelle que : « Chaque année nous manifestons. Il faut continuer en espérant qu’il y ait un printemps pour changer ». Elle précise le cas des écoles de montagne pour lesquelles les conséquences sont « encore plus préjudiciables ». Elle rappelle que l’ANEM a pu obtenir une circulaire obligeant à prendre les mesures d’impact.

José Marthe, pour l’opposition « ne rallie pas la majorité » pour « cette motion qui est électoraliste  » en faisant allusion aux prochaines échéances électorales. « Vous vous servez de la tribune offerte ce matin pour remettre sur le tapis un débat national  » dit-il à l’adresse de la majorité départementale. José Marthe constate que cette motion « rejoint un communiqué du PS » qui espère « la victoire de François Hollande...  ». « On peut toujours rêver  » dit-il, « puisque c’est le souhait de François Hollande.... Alors rêvons encore quelques semaines..... Et nous nous retrouverons ici pour constater qu’il y a une différence entre le rêve et la réalité  ». Il rappelle que c’est un socialiste qui a parlé de « dégraisser le mammouth » et au lieu de faire des références aux réductions de postes et de fermetures d’école depuis 2007, il faudrait partir de 1981. Il cite notamment les écoles de son canton qui ont fermé : Viger, Ségus, Castelloubon…. « Ce n’est pas quelque chose de nouveau » dit-il. D’autant qu’il n’y a « pas de conséquences pour les lycées et collèges »… « C’est un réajustement sur la démographie dans le primaire ». Il termine en qualifiant cette motion de : «  Purement démagogique » pour conclure : «  Je ne voterai pas cette motion ».

Le groupe de l’Entente Républicaine se manifestant par sa mésentente, Roland Castells, contrairement à José Marthe et Jacques Béhague, votera la motion en rappelant la situation sur Bagnères avec deux fermetures sur deux années consécutives. Il précise également que Bagnères et Campan sont en zone de revitalisation rurale et en zone de montagne.

Jean Buron pour le Parti Communiste s’associe à la motion en restant dans la logique de son opposition à la RGPP. « C’est aller vers un enseignement au rabais qui ne prépare pas les citoyens de demain » dit-il. « Je serai dans la rue lundi plutôt qu’à la Préfecture, instance en trompe l’œil. Il faut être dans la rue  »

Résultat du vote : 2 contre (Jacques Béhague et José Marthe) et 32 pour dont Roland Castells avec les élus de la majorité départementale de gauche.

Louis Dollo

Réduction de postes dans les Ecoles primaires : Jacques Béhague réagit à la motion

Jacques Béhague est un des deux élus UMP au sein de l’assemblée départementale. Elu du Pays Toy où l’école de Barèges a été maintenue malgré les menaces qui pesaient sur elle. Situation qui laisse à penser qu’elle est inconfortable face aux suppressions de postes dans les écoles. Il nous a fait la déclaration suivante :

« Je souhaite expliquer mon vote contre la motion déposée par la majorité départementale sur la suppression de postes dans l’Education Nationale.

« La gauche est souvent amnésique et trop réductrice sur les responsabilités des uns et des autres quant à la réalité des choses en partant curieusement de 2007 alors que dans les années 80 le Pays Toy a perdu 5 écoles. A cette époque, la mobilisation avait été très faible pour ne pas dire inexistante pour défendre les écoles. D’autres, dans le département, avaient fait les frais de ce « dégraissage ».
« J’ai toujours défendu le service public mais cette motion est trop politique en cette période électorale.

« J’ai défendu l’école de Barèges et d’Esterre face à des risques de fermetures et si nos vallées du canton de Luz ont été épargnées c’est une bonne chose par rapport aux difficultés que rencontrent les zones de montagne qui doivent être protégées par rapport aux baisses démographiques si préjudiciables au service public.

« Il y a des arbitrages de l’inspection académique que nous ne pouvons accepter. Une concertation est nécessaire avant toutes décisions ».

Propos recueillis par Louis Dollo