Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

En 2011, la délinquance a augmenté de 5,22% dans les Hautes-Pyrénées

vendredi 20 janvier 2012 par Rédaction

Cet après-midi, une conférence de presse s’est tenue à la préfecture sous la présidence de Jean-Régis Borius, préfet des Hautes-Pyrénées, en présence de Chantal Firmigier-Michel, procureur de la République, de Brigitte Pommereau, directrice départementale de la sécurité publique ; du colonel Dumez, commandant le groupement de gendarmerie des Hautes-Pyrénées et Philippe Marsais, directeur de cabinet du préfet. Objet : l’évolution de la délinquance et de l’activité des services de police et de gendarmerie dans notre département durant l’année 2011.

« La lutte contre la délinquance est une mission prioritaire de l’Etat, » a relevé Jean-Régis Borius en ouverture de son propos. Sous son autorité, les forces de police et de gendarmerie se sont impliquées fortement dans la lutte contre la délinquance en 2011. Malgré les efforts soutenus, les résultats obtenus demeurent contrastés. La délinquance générale a augmenté en 2011, dans notre département, de 5,22 %.

I - L’analyse des chiffres de la délinquance

a) Les violences contre les personnes sont en hausse

24 faits de plus ont été constatés en 2010 (1121 en 2011 contre 1097 en 2010), soit +2,19%.

Parmi les atteintes volontaires à l’intégrité physique, on note une augmentation du nombre de violences crapuleuses constatées (+ 10 faits) et de violences non crapuleuses (+ 38 faits). Les violences intrafamiliales, qui constituent un phénomène difficile à enrayer, sont en hausse (+11 faits).

Cette hausse peut être mise en corrélation avec la montée en puissance des dispositifs mis en place depuis quelques années et visant à améliorer la prise en charge des victimes (partenariat avec l’Association Bigourdane d’Aide aux Victimes et de Médiation (ABAVEM), existence d’une brigade de protection de la famille) permettant, par là-même, une meilleure révélation des faits et un recours plus important au dépôt de plainte.

Concernant les violences aux personnes, le taux d’élucidation est en hausse et s’élève à 65,74%, soit une amélioration de +3,94% par rapport à l’an dernier.

b) Les atteintes aux biens sont en augmentation

427 faits de plus ont été constatés en 2011 (5924 en 2011 contre 5497 en 2010), soit +7,46%.

Si le nombre de cambriolages de locaux industriels, commerciaux ou financiers a diminué (229 en 2011 contre 239 faits en 2010, soit -4,18%), le nombre de cambriolages de résidences principales et secondaires, à l’instar de la tendance nationale observée, a augmenté (582 faits en 2011 contre 446 faits en 2010, soit +136 faits) de +30,49%.

Le taux d’élucidation progresse de +5,14 %, ce qui reflète le travail de la cellule anti-cambriolages (CAC 65) et de la police technique et scientifique. Deux dispositifs préventifs concourent activement à la lutte contre les cambriolages : les campagnes de sensibilisation des habitants face aux risques de cambriolage (22 actions de communication en 2011 contre 10 en 2010), et l’opération Tranquillité Vacances, qui couvre toutes les vacances scolaires.

c) Les escroqueries et infractions économiques et financières diminuent

113 faits constatés de moins ont été enregistrés en 2011 (1230 en 2011 contre 1343 en 2010), soit - 8,41%. Cette évolution positive résulte notamment de l’effet du dispositif légal concernant les cartes bancaires, qui facilite, pour les victimes, le remboursement des sommes prélevées frauduleusement auprès des établissements bancaires sans recourir au dépôt de plainte.

Les infractions à la législation sur les chèques sont en forte diminution (- 69,74%).

d) L’activité des services (IRAS) progresse

Les infractions révélées par l’activité des services augmentent de 106 faits constatés (746 en 2010 contre 640 en 2010) soit + 16,56 %. Cette évolution positive concerne le trafic et la revente de stupéfiants, soit 20 faits de plus (+ 36,36%).

II - Les services de la police nationale et de la gendarmerie ont travaillé dans le cadre de dispositifs spécifiques et renforcés en 2011.

a) Six plans opérationnels sont mis en œuvre

- Le plan départemental de prévention de la délinquance en 2011 a été actualisé et met l’accent sur le développement de la vidéo-protection à Tarbes et à Lourdes, l’amélioration du fonctionnement des conseils de sécurité et de prévention de la délinquance, le suivi de la prise en charge des victimes et la prévention des addictions à l’alcool et à la drogue.

- Le plan de lutte contre les cambriolages : la cellule anti-cambriolage, associant le travail partenarial de la sécurité publique et de la gendarmerie, a été mise en place en octobre 2009 dans les Hautes-Pyrénées et permet un échange d’informations et une coordination opérationnelle des actions. Le recours à la police technique et scientifique, qui permet de favoriser l’élucidation des faits, a progressé de + 13,87%.

- le plan départemental de lutte contre les trafics de stupéfiants a été créé le 18 février 2010. Il a pour priorité le trafic de proximité en mobilisant les services de police et de gendarmerie sur ce type de délits, notamment aux abords ou à l’intérieur des établissements scolaires, sur les stations d’altitude et lors d’opérations de sécurité routière avec utilisation croissante des tests salivaires (+ 7,14%).

- Le plan de lutte contre la drogue et la toxicomanie a été mis en place le 18 février 2010. Il s’attache à développer des actions de prévention qui s’adressent à la communauté éducative, aux jeunes dans un cadre scolaire et extrascolaire, mais aussi aux entreprises et aux salariés.

- Le plan de sécurisation des transports a été actualisé. Les principaux opérateurs de transports terrestres (bus urbains, transports scolaires) ont signé, le 10 mai 2011, une convention qui établit notamment une procédure de signalement auprès des services de police et de gendarmerie, afin de permettre à ces derniers de réagir avec diligence sur tous les faits signalés.

Depuis sa mise en œuvre, seulement 3 signalements ont été effectués, ce qui permet de mesurer la faible exposition des Hautes-Pyrénées au phénomène de violences dans les transports.

- Le plan de protection des personnes âgées, ou « plan tranquillité séniors », a été mis en place le 28 juin 2010. Les personnes âgées sont des victimes potentielles considérées comme particulièrement exposées et vulnérables aux faits de délinquance. Il est essentiel que la solidarité du voisinage et des acteurs locaux se mette en place pour assurer une forme de vigilance permanente, complétée par un réflexe de signalement aux services de police de toute situation considérée comme anormale.

Les services de police et gendarmerie ont mené des actions de sensibilisation et de communication auprès des personnes âgées, soit à leur domicile, sur les marchés ou encore lors de séances d’information au sein de clubs du 3ème âge. En 2011, 113 actions (contre 11 en 2010) ont été conduites, visant à informer ce public sur les réflexes de sécurité du quotidien, en cas d’agression, en matière de cambriolages, vols à la fausse qualité, vols de téléphones portables, dangers d’internet, vols à l’arraché des pickpockets, vols au distributeur de billets...

b) Les partenariats visant à lutter contre diverses formes de délinquance se développent

Plusieurs partenariats ont été formalisés, avec pour base commune la mise en place d’une démarche de coopération accrue entre les services de l’Etat et l’opérateur : désignation de référents au sein des services de police et de gendarmerie, dispositifs de signalement d’incident adapté et de dépôt de plainte facilité, conseils en matière de sécurisation.

- Lutte contre les vols et autres actes délictueux sur chantiers : signature, le 11 avril 2011, avec les présidents de la Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics et de la CAPEB, d’une convention visant à lutter plus efficacement contre les vols et atteintes volontaires visant les entreprises du bâtiment.

- Lutte contre le vol et le recel de métaux : signature d’un protocole le 13 décembre 2011 avec la Fédération des Entreprises du Recylage (FEDEREC) s’inscrivant pleinement dans le cadre de la politique offensive de lutte contre les vols de métaux engagée dans le département ; ce protocole prévoit la mise en place d’une politique rigoureuse d’achat au détail par les entreprises adhérentes de la FEDEREC, d’un réseau d’alerte et d’échange d’information permettant une collaboration étroite entre les forces de l’ordre et les entreprises de recyclage.

- Sécurisation des espaces commerciaux : la convention signée le 13 décembre 2011 avec les cinq principaux centres commerciaux du département vise à prévenir et lutter contre toutes les formes de malveillance et de délinquance auxquels ces pôles d’activité économique sont confrontés.

- Amélioration de la sécurité des professionnels de santé : signature d’un protocole le 13 décembre 2011 avec les institutions ordinales départementales, ayant pour objet le renforcement de la coopération entre les professionnels de santé et les services de l’Etat en matière de prévention de la violence et de traitement de la délinquance et ainsi garantir des conditions de travail optimales.

Jean-Régis Borius a félicité les services de gendarmerie et de la police nationale "pour leur professionnalisme et leur détermination au quotidien, qui s’inscrit pleinement dans la démarche nationale visant à améliorer la sécurité de nos concitoyens".