Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Parachutes dorés, stock-options (Communiqué de Chantal Robin-Rodrigo)

dimanche 29 mars 2009

Parachutes dorés, stock-options : de la communication et des promesses !
Manque de démocratie. Chantal Robin Rodrigo attend toujours les réponses à ses questions écrites …

La Députée a interrogé Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi sur l’attitude scandaleuse de certains grands patrons. On entend que le gouvernement veut légiférer sur les rémunérations patronales après la polémique sur les stock-options auxquelles quatre hauts dirigeants de la Société Générale ont dû renoncer (320.000 stock-options). Or ce mode de rémunération fait débat depuis des mois dans notre pays. Le Président de la République s’était engagé pendant sa campagne électorale de 2007 à moraliser la pratique des stocks options et des parachutes dorés. Il a préféré s’en remettre au MEDEF qui, opposé à une législation sur le sujet, a proposé un code de bonne gouvernance. On voit aujourd’hui ce que les patrons des entreprises cotées en bourse et aidées par l’Etat en font en période de crise économique. Il leur faut des menaces et l’indignation de tous pour qu’ils renoncent à ces juteux avantages. Elle lui demande s’il est dans ses intentions de légiférer rapidement sur les attributions de stock options et des parachutes dorés mais surtout de mettre fin à la Loi TEPA sur les cadeaux fiscaux faits aux plus riches. Ils sont détaillés sur le blog : http://chantalrobinrodrigo.hautetfort.com/

Ce gouvernement aurait-il vraiment l’intention de légiférer sur le sujet ? Il semble que non. Lors de son discours à Saint Quentin, N. SARKOZY n’a pas souhaité répondre aux Français sur les questions qui les préoccupent. Non, il a versé une fois de plus dans l’autosatisfaction sur les bienfaits du bouclier fiscal et n’a apporté aucune réponse sur les rémunérations des dirigeants. Nous sommes en mars 2009, les exemples se multiplient et l’inaction est toujours là. Ce sont les bénéfices pour quelques uns et les sacrifices pour les autres. Si l’indignation de M. SARKOZY est sincère, alors qu’attend-il pour voter une loi pour moraliser les rémunérations des grands patrons.

Chantal ROBIN-RODRIGO

[bleu]Mis en ligne dimanche 29 mars 2009[/bleu]