Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Le Parti socialiste tarbais réagit sur le sujet de l’abattoir de Tarbes

vendredi 3 juin 2011 par Rédaction

Vincent Ricarrère, responsable de la section PS de Tarbes, entouré de Sylvie Verdier, Julien Gaillard, Francis Carpentier, Dominique Arberet et Josette Tulet, a tenu mercredi soir une conférence de presse « afin d’aborder un sujet brûlant d’actualité tarbaise, à savoir celui de l’abattoir public de Tarbes ».

Après avoir déclaré qu’il s’agissait d’ « un sujet éminemment politique qui intéresse les Tarbais comme on va le voir en allant à leur contact pour en discuter avec eux », Vincent Ricarrère a regretté que le projet de délibération sur la privatisation de l’abattoir ne soit arrivé qu’en 35ème point de l’ordre du jour du dernier conseil municipal : « Il aurait pu être avancé et même passer avant le frelon asiatique ! » a-t- il estimé. Et d’ajouter : « Tout a été fait pour que les débats sur un problème qui aura une influence sur la vie des Tarbais soient réduits à une demi-heure ! », avant de revenir sur le groupe Arcadie et ses accointances politiques ainsi que sur « le déshabillage » d’Auch au profit de Tarbes et Bagnères, qui est en fait une délocalisation mettant en concurrence des territoires au lieu de les coordonner : Nous, en tant que socialistes, nous sommes attachés aux services publics et ne sommes jamais satisfaits quand il y en a un qui disparait au profit d’un intérêt privé ! Certes la délibération est prise, la majorité municipale s’est exprimée mais on n’est pas au bout du processus… »

Selon Vincent Ricarrère, deux logiques s’affrontent : « On est sur des choix politiques, dans un clivage clair entre une politique de droite menée par une municipalité UMP qui préfère le privé, et nous socialistes pour qui l’abattoir doit relever d’une compétence publique pour des questions de traçabilité et d’hygiène, et aussi de préférence pour les circuits courts et locaux. Nous allons aller vers les Tarbais pour faire de la pédagogie populaire ; nous irons par exemple les rencontrer sur les marchés et leur donner des éléments d’information sur le projet de l’abattoir. Quant à la Chambre d’agriculture départementale et régionale, elle n’est pas intervenue, on ne connait pas leur avis, il faudra les rencontrer. Enfin en ce qui concerne l’abattage rituel qu’en fait-on ? Y aurait-il là un déclassement social ?... Le service public est là pour donner à tous le droit d’agir et d’exister. »

Pour Julien Gaillard, « Gérard Trémège sacrifie les services publics et l’intérêt commun. Les élus du Grand Tarbes n’ont pas été sollicités…. On ne va pas nous faire croire que le groupe Arcadie est philanthrope ! Il recherche plutôt un monopole ! Trémège vend les bijoux de famille : à la rentrée ce sera l’eau et l’assainissement, l’hôpital, et bientôt les petits producteurs de la halle Brauhauban vont disparaitre et la grande distribution gagnera. Et si on considère les investissements de la ville, il y a de quoi s’inquiéter : au lieu de faire des dépenses somptuaires comme mettre des palmiers partout, il y aurait autre chose à faire ! Nous on parle de long terme et si nous reprenons la mairie on fera autre chose que de l’embellissement ! »

Vincent Ricarrère de conclure : « Le PS a voté récemment son projet pour 2012 ; il y est question d’une agriculture raisonnée et raisonnable …Nous allons nous servir d’un projet local pour montrer que dans le projet socialiste pour 2012 nous avons des choses à dire au monde rural ! »

Lire sur le PDF ci- dessous le résumé de cette conférence de presse :

Texte et photos Josiane Perez