Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Contre l’ours, la FNSEA et la FNO montent au créneau : « une provocation supplémentaire ! »

jeudi 26 mai 2011 par Rédaction

Il fallait s’y attendre. Les deux principaux syndicats agricoles du pays ne sont pas restés les bras croisés. Après une décision, en janvier, de ne plus participer aux groupes loups et de ce fait laisser l’État seul face à ses responsabilités sans interlocuteur comme il avait été fait avec le Groupe National Ours, la Fédération Nationale Ovine et la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles prennent une position ferme dans un communiqué diffusé hier soir.

« Ce lâcher d’ours est une provocation supplémentaire pour les agriculteurs qui se mobilisent, particulièrement pour la filière ovine, dans un contexte économique et climatique difficile », soulignent les deux organismes. « Si l’État a quelques crédits pour, à grands frais, réintroduire un ours acheminé de Slovénie, qu’il les consacre à soutenir les éleveurs qui rencontrent aujourd’hui de grandes difficultés plutôt que de leur enfoncer un peu plus la tête sous l’eau. »

La FNSEA et la FNO rappellent également que « les éleveurs contribuent concrètement, grâce à leur activité, au maintien de paysages ouverts riches en biodiversité, particulièrement dans les zones de montagne défavorisées. La présence anarchique des prédateurs remet en cause cet équilibre entre l’activité agricole et le milieu naturel patiemment construit au fil des ans. Les attaques des troupeaux par les loups s’amplifient entraînant de lourdes pertes économiques chez les éleveurs victimes de ces prédations. »

Alors que dans les Pyrénées tout est fait pour remettre en valeur les estives intermédiaires et valoriser les produits de qualité fabriqués dans les vallées tout en favorisant une démarche de circuits courts, nous pouvons nous interroger sur la cohérence des projets : Montagne vivante et riche de sa biodiversité, de ses paysages, de ses savoir faire et de sa vie ou montagne pauvre, sans avenir dédiée à une seule espèce dite « emblématique », l’ours ?

Louis Dollo