Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 

La "récolte du siècle" sous protection de l’EUFOR

vendredi 16 janvier 2009

- INFO EUFOR - La "récolte du siècle" sous protection de l’EUFOR(Communiqué) -
Suite à une saison des pluies particulièrement clémente, les agriculteurs de l’Est du Tchad situés dans la zone de responsabilité du bataillon multinational centre (BMN-C) ont connu une récolte exceptionnelle. Paradoxalement, cette situation à suscité l’inquiétude : avec le retour de la saison sèche, les villageois craignaient qu’un tel butin attire la convoitise des bandits…

L’Est du Tchad peut sembler quasi-désertique aux yeux d’un occidental. Pourtant ici la grande majorité des ethnies vivent de l’agriculture car elles ont appris à domestiquer ce climat aride. Bien que peu pluvieuse, la zone sahélienne où opère le BMN-C est en réalité subdésertique et connait une saison des pluies de juillet à septembre qui permet la culture de céréales comme le mil et le sorgho.

La population a connu une saison exceptionnelle grâce à des pluies abondantes et des criquets moins nombreux. La transhumance des dromadaires, souvent source de destructions dans les cultures, a également été bien appréhendée par les agriculteurs qui avaient confectionné des enclos à l’aide de branches d’épineux. La coopération de l’EUFOR avec les gendarmes tchadiens a aussi incité les éleveurs à respecter, plus que de coutume, les couloirs de transhumance qui leurs sont réservés, ce qui a permis d’apaiser les tensions qui surviennent chaque année entre agriculteurs et nomades.

Les patrouilles quotidiennes des soldats européens dans la zone de responsabilité du BMN-C ont grandement contribué à cette saison hors du commun. Ainsi, de nombreuses zones cultivables, situées à proximité de la frontière soudanaise et désertées du fait des combats du Darfour, sont désormais à nouveau cultivées grâce à l’amélioration de la situation sécuritaire. Les populations tchadiennes déplacées, du fait de cette sécurité retrouvée, ont conservé leurs récoltes sur place. Le recensement de décembre 2008 de l’UNHCR confirme que nombre d’entre eux sont restés dans les villages, ramenant petit à petit de la vie dans ces régions frontalières.

La stabilisation de cette région par l’EUFOR a permis à cette "récolte du siècle" de s’achever sans incidents. En effet, grâce à la présence de la force européenne, les bandits qui viennent habituellement piller le fruit du labeur des cultivateurs sont, cette année, restés à l’écart des zones protégées par les parachutistes du BMN-C.

_ [bleu]Mis en ligne samedi 17 janvier 2008[/bleu]