Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

INFO EUFOR : Une vie sauvée

vendredi 16 janvier 2009

- INFO EUFOR
Une vie sauvée (Communiqué Lundi 22 Décembre 2008)-

Le 6 décembre 2008, alors qu’une patrouille du 1er Régiment de Chasseurs Parachutistes (1er RCP) du bataillon multinational centre (BMN-C) de l’EUFOR était en patrouille de longue durée dans la région d’Adjer Hadid, le sang-froid et la réactivité des parachutistes ont permis de sauver la vie d’une fillette.

La petite fille et ses deux frères s’amusaient dans la hutte familiale, ce samedi 6 décembre dans le village d’Arkoum, à l’Est du Tchad, lorsqu’une grenade à fusil, laissée là par un parent permissionnaire de l’armée tchadienne, manipulée par le grand frère, explose. L’enfant décède sur le coup. Le petit frère est indemne, en revanche la sœur de 9 ans est touchée par les éclats : un muscle de la cuisse est sectionné et, plus grave, un fragment de sa boite crânienne est arrachée.

Moins d’une heure après l’explosion, une patrouille du BMN-C arrive sur les lieux. Les deux auxiliaires sanitaires prennent immédiatement la jeune fille en charge et appliquent des pansements compressifs sur les plaies. La patrouille alerte par radio le médecin du 1er Régiment de Hussards Parachutistes (1er RHP), alors situé à Adjer Hadid, à deux heures de là. A son arrivée celui-ci découvre le groupe au chevet de l’enfant : un parachutiste français du BMN-C sert d’interprète et occupe la fillette en la faisant parler, compter et chanter.

Constatant que l’enfant n’a aucun déficit neurologique, le médecin de l’EUFOR s’assure que la petite fille n’aura ni faim, ni soif, ni froid, ni mal durant la nuit. Le lendemain la fillette est dans un état stable mais le médecin parachutiste sait qu’il faut absolument agir vite et évacuer l’enfant.

Le médecin des hussards parachutistes prend alors contact avec l’ONG "Première Urgence" ainsi qu’avec le Comité International de la Croix Rouge (CICR). Des médecins d’ONG sont joints par téléphone satellite à Abéché, N’Djamena et Genève. Finalement, les deux chaines de commandement, celle de l’EUFOR et celle des ONG se rejoignent et trouvent une solution : La fillette et son père seront conduits sous escorte EUFOR par la MINURCAT jusqu’à Arkoum où un hélicoptère de l’ONU les transportera jusqu’à l’hôpital d’Abéché. De là, le CICR prendra l’hospitalisation et les soins médicaux de l’enfant en charge. Les parachutistes du BMN-C ont depuis pris des nouvelles de l’enfant qui, près de 15 jours après l’accident, se porte bien, en grande partie grâce à leur réactivité.
[bleu]Mis en ligne samedi 17 janvier 2009[/bleu]