Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Reprise difficile pour le TPR

vendredi 9 janvier 2009

 Reprise difficile pour le TPR

A Tarbes : La Rochelle bat Tarbes 12-10
MT 7-10
Arbitre : M. Valin assisté de Mrs Bart et Quintin.
3500 spectateurs environ
Pour La Rochelle : 2 E Vaquin (8e), Fior (63e) 1 T Durcan (8e)
Pour Tarbes : 1 E Domolaïlaï (2e), 1 T Apanui, 1 P Apanui (40e)
Cartons jaunes : Vaquin 28e) pour La Rochelle, André (58e) pour Tarbes

TPR : Etcheverria (Teague 16e) ; Bourgeois, Worthington, Siale, Caujolle (Duhen 45e) ; (o) Apanui (cap), (m) Lacrampe (Labarthe 68e) ; André, Lasserre, Fourcade ; Karele (Bernad 52e), Domolaïlaï (Santoni 10e) ; Toetu (Jambaque 54e, Toetu 71e), Mavrodin (Dupuy 78e), Magrakvelidze (Hurou 54e).

La Rochelle ; Boboul (Dambielle 68e) ; Durcan (Morel 61e), Fior, Roux, Ninard ; (o) Tales, (m) Ferrou (Neveu 50e) ; Carmignani, Soucaze, Vaquin (Jacob 76e) ; Grobler, Mc Gowan (Mohr 47e) ; Leupolu (Garcia 32e), Pani (Brindel 76e), Bares.

Christian Martinez et Philippe Bérot en convenaient tous les deux : "La trêve ne nous pas été favorable, elle a cassé notre belle dynamique". Il est vrai que l’on a pas retrouvé le TPR conquérant qui était allé inqiéter les Palois chez eux pour la dernière journée de 2008. La faute peut-être aussi à une équipe de La Rochelle toujours bien organisée, rugueuse et sachant bonifier chaque conquête.

Pourtant les hostilités ne pouvaient mieux commencer pour les Tarbais qu’avec cet essai de Domolaïlaï dès la deuxième minute. Une série de "pick and go" menée avec un bel engagement envoyait le grand seconde ligne derrière la ligne. Hélas dans ce mouvement, en marquant, il se blessait au genou et devait cèder sa place quelques instants plus tard à Santoni. Un changement forcé qui allait interdire toute forme de coaching. La transformation d’ Apanui donnait un bel élan au match (7-0, 2e). Un avantage qui allait fondre plus vite que la neige de ce mois de Janvier. On connaît toute la maîtrise des Maritimes et seulement 6 minutes plus tard, sur une combinaison en touche, ils égalisaient par l’ intermédiaire de Vaquin et la transformation de Durcan. Egalité parfaite et plus rien n’allait être marqué jusqu’à la sirène, le capitaine tarbais transformant une pénalité juste avant le retour aux vestiaires. Ce ne sera pas faute d’avoir essayé des deux côtés, mais les défenses faisaient bonne garde. L’inspiration n’était pas toujours à la hauteur des intentions et chaque équipe avait du mal à trouver un fil conducteur dans son jeu. Ce qui donnait de longs échanges au pied en attendant que la faute vienne et permette de mettre en danger la ligne adverse. Les avants tarbais contenaient l’adversaire, lui chipant même une balle sur mêlée. Les buteurs n’étant guère en verve, il fallut que ce soit à la main que Teague crée la plud belle occasion de scorer. Hélas sa dernière passe sous les poteaux était mal assurée, et les Charentais s’en sortaient avec une belle frayeur.
Il fallut attendre les citrons pour qu’Apanui concrétise la légère domination tarbaise. Quelques mouvements des lignes arrières visiteuses laissaient craindre que la digue pyrénéenne ne cède.
Revenus avec des intentions nouvelles, les "jaune et noir" prenaient le jeu à leur compte et après des échecs de Teague et Durcan au pied, c’est Yann Fior qui trouvait la faille. Un placage manqué et le grand centre s’infiltrait jusqu’à l’essai. L’ heure de jeu était pasée et le TPR semblait quelque peu résigné et sans vrai solution. Il est vrai que la malchance s’acharnait sur Apanui et les siens. Tout d’abord c’est Caujolle qui sortait, touché à l’épaule (45e). Puis Harold Karele quittait ses amis à la 52e, victime d’un choc à la cuisse. Après Domolaïlaï, c’est la seconde ligne qui se retrouvait sur le flanc, obligeant Thomas Lasserre à s’improviser seconde ligne, Loïc Bernad faisant son retour après sa longue absence. A partit de ce moment-là, on sentit le pack vaciller quelque peu et subir les ilmpacts. Les kilos et la puissance ne se remplacent pas aussi vite que ça. Les horizons s’ouvraient quelque peu pour les Rochelais et quelques relances orchestrées par Boboul faiasaient passer le frisson dans les tribunes de Maurice Trélut.

Le début d’année est difficile pour le TPR. Encore une fois il faut se contenter du bonus défensif, alors que l’issue aurait pu être plus favorable. Ce qui inqiétait le plus dans les vestiares, c’est la gravité des blessures des secondes lignes et Sébastien Caujolle. Les Tarbais auront besoin de toutes leurs forces pour retrouver leur jeu dès samedi face à Narbonne. La semaine risque de se dérouler dans l’incertitude et l’inquiétude, ce qui n’est pas forcèment la meilleure façon de préparer
un rendez-vous important. (Jacques Terrée)

PHOTOS ALAIN BOUCHARD ET FERNAND FOURCADE

</center]