nouveau code fin nouveau code
Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
     

TRP : les réactions des entraîneurs tarbais après la victoire contre les Montois

dimanche 6 mars 2011 par Rédaction

Razvan Mavrodin, entraîneur des avants.

 JJL : Contre une belle équipe montoise très revancharde et venue conforter sa place en demi-finale, les Tarbais ont confirmé leur exploit à Pau.

 RM "C’était très important de gagner pour continuer l’aventure. Si on avait perdu, l’aventure se serait arrêtée et cette victoire nous permet de continuer à rêver. On a vu un bon match de rugby. Pour ma part, c’est la première fois que je vois une action de 4’17" en Pro D2. C’est rare déjà en Top 14, et là on a vu passer toutes les formes de jeu : du pénétrant et du jeu au large, de l’attaque et de la défense. On a tout vu pendant ces 4’ en première mi-temps mais malheureusement au bout il y a pénalité contre nous."

 JJL : Malgré une mêlée en souffrance, les Tarbais ont su trouver les ressources pour s’imposer.

 RM "Ce n’est pas la première fois de la saison qu’on est en difficulté mais on a été un peu plus en difficulté que d’habitude. On est attendu partout et Mont de Marsan était vexé du match aller où on les avait bien pris dans ce secteur. Les Montois étaient venus à Trélut pour gagner et ils s’étaient bien préparés."

 JJL : D’autant que les Bigourdans étaient handicapés par l’absence de Domolaïlaï en seconde ligne et Garcia, qui revenait de blessure était peut-être un peu juste.

 RM : "Il n’y a pas de titulaires et de remplaçants dans le groupe qui est relativement homogène. On n’a que l’embarras du choix et n’importe qui peut jouer. Après c’est sûr que dans l’organisation et dans le travail qui a été fourni toute la semaine, Isoa était présent et il s’est blessé vendredi lors de la mise en place. C’est sûr que ça nous a désorganisés et que ça nous a perturbés au niveau des liaisons. En plus c’est le spécialiste de la poussée à droite."

 JJL : En fin de match alors que le score était à parité 15-15, les Tarbais ont choisi de jouer 3 pénaltouches consécutives. Une option qui leur permettait de marquer l’essai de la victoire.

 RM : "Les Montois subissaient à ce moment là et nous on était dans un moment fort. En plus les pénalités étaient très difficiles en bord de touche. Nos ballons portés ont bien marché et l’arbitre aurait dû mettre un carton jaune."

Philippe Bérot, entraîneur du TPR

"Les Montois étaient venus pour prendre leur revanche et surtout pour asseoir leur statut de qualifiables. On n’a pas pu exploiter nos lancements de jeu sur les phases statistiques parce qu’on a été contrés. Cela nous a forcément perturbés mais l’équipe ne s’est pas affolée. Elle a gardé la maîtrise du jeu et n’a pas abdiqué au niveau du volume et c’est certainement ce qui nous a maintenus dans le match puisqu’on a été dominés en conquête. On était pris dans les phases statiques et on a su aller chercher les points ailleurs. On a été les chercher dans la multiplication des temps de jeu et les Montois ont fait des fautes. A 10’ de la fin, on domine et à mon grand regret l’arbitre n’a pas sorti le carton jaune pour fautes répétitives sur les ballons portés. Malgré tout, ça s’est soldé par un essai qui démontre que l’équipe petit à petit grandit, gagne en maîtrise et se bonifie. Je pense que c’est tout bonus pour la suite. Nos chances de qualification augmentent avec la défaite de Bordeaux contre Aix. C’est mieux pour nous, car il y a deux places au lieu d’une pour la qualification. On sait que notre calendrier n’est pas facile, mais les joueurs peuvent se donner, par rapport à leur investissement, la possibilité de se qualifier. Ils se lâchent, ils jouent sans pression, ils ont envie de se faire plaisir et le plaisir ne vient pas tout seul dans la vie, il faut aller le chercher, comme ils l’ont fait contre Mont de Marsan."

Recueilli par Jean-Jacques Lasserre