Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Cap-Ours reçue par le Préfet des Pyrénées-Atlantiques

samedi 5 février 2011 par Rédaction

Hier vendredi, à 10h30, 10h30, soit une heure avant de recevoir les associations, élus et chambres d’agriculture, hostiles aux introductions d’ours, le Préfet des Pyrénées-Atlantiques a reçu le collectif « Cap-Ours » regroupant un certain nombres d’associations dites « pro-ours ». Selon la délégation, ils auraient remis 16 000 signatures d’une pétition. Mais quelles signatures et quelle pétition ?.

Durant toute cette période de consultations, ces associations ont été pour le moins silencieuses. Sans doute confortée par l’idée que l’annonce d’un lâcher était acquise comme l’avait annoncé Chantal Jouanno le 26 juillet 2010 à Toulouse devant le Comité de Massif. C’est ainsi que, non seulement ils ne répondent pas à la consultation telle que prévue dans les divers arrêtés préfectoraux des 6 départements des Pyrénées, mais ils ressortent une vieille pétition http://www.ours2010.org/ qui, dans sa grande neutralité, avait été reprise par le Ministère de l’Ecologie.

Si le Préfet des Pyrénées-Atlantiques prévoyait l’envoi de lettres individuelles, c’était sans doute pour éviter les travers d’une pétition dont on sait que les signatures multiples, automatiques et sous de faux noms sont toujours possibles. Nous savons que les pétitions comme les sondages sur Internet font l’objet de tricheries régulières. D’ailleurs, comment apporter un quelconque crédit à cette pétition dont les 9/10 des signatures sont celles de personnes qui ne sont pas des Pyrénées ?

Cette démarche des mouvements écologistes ne respecte pas les règles du jeux fixées par l’Etat. Mais dans ce domaine, faut-il rappeler que l’Etat n’a jamais respecté aucune règle du jeu et n’a jamais écouté l’avis des Pyrénéens depuis plus de 20 ans. Pourquoi le ferait-il aujourd’hui ?

Le communiqué de Cap-Ours : http://paysdelours.com/fr/pages-techniques/actualites-completes.html?id=852&news_id=852&cmp_id=50

Communiqué de l’ADDIP (ci-dessous)

Louis Dollo

Ouh les tricheurs !

Nous appelons la ministre de l’Ecologie au plus grand discernement concernant les signatures déposées par CAP OURS. La coordination CAP OURS, incapable de mobiliser, furieuse de voir que presque personne n’a répondu en faveur de l’introduction d’une ourse en Pyrénées Atlantiques en est réduite à ressortir une pétition vieille de 13 mois . Cette pétition n’est recevable ni sur la forme, ni sur le fonds :
1) Il s’agit d’une pétition, et non de courriers adressés par voie postale par la population, comme défini par la procédure dictée par arrêté préfectoral.
2) Le lancement de cette pétition est largement antérieur à la consultation : elle a été mise en ligne en décembre 2009, il y plus d’un an, sous le titre « 2010, l’année de l’ours dans les Pyrénées » . Cette pétition a été diffusée sur des dizaines de sites internet en France et en Europe.
3) L’étude des 4.000 premières réponses de cette pétition, courant mars 2010, nous avait montré que 9 signataires sur 10 n’habitaient pas les Pyrénées.

Malgré cet ensemble de procédés irréguliers, l’ampleur et la durée, Cap ours n’a recueilli que 16.000 signatures contre plus de 125.000 en 2005 pour la même cause.

Nous demandons dès aujourd’hui par courrier à Madame la Ministre de l’Ecologie de considérer comme irrecevable cette pétition, et ce avec d’autant plus de fermeté que le Ministère de l’Ecologie, juge et partie, avait accueilli cette pétition sur son propre site internet.