Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Évolutions de la délinquance et de l’activité des services de police et de gendarmerie dans le département des Hautes-Pyrénées pour l’année 2010

vendredi 21 janvier 2011 par Rédaction

Le préfet René Bidal, entouré de Chantal Firmigier, procureur de le République, du colonel Yves Dumez, commandant le groupement de gendarmerie des Hautes-Pyrénées ; de Brigitte Pommereau, Directrice départementale de la sécurité publique et de Patrick Demongeot, inspecteur d’académie, a tenu un point-presse pour évoquer les évolutions de la délinquance et de l’activité des services de police et de gendarmerie dans le département des Hautes-Pyrénées pour l’année 2010. Globalement, la lutte contre la délinquance a connu une évolution favorable.

Cette tendance s’inscrit dans la continuité des résultats enregistrés en 2009 grâce à l’effort accru des services de police et de gendarmerie et des dispositifs spécifiques mis en œuvre, en 2010, afin de lutter contre diverses formes de délinquance.

Six plans opérationnels ont été mis en œuvre

- Le plan départemental de prévention de la délinquance pour 2010 comportait plusieurs objectifs qui répondaient à la nécessité de : développer la vidéo-protection à Tarbes et à Lourdes ; d’améliorer le fonctionnement des comités de sécurité et de prévention de la délinquance ; de suivre la prise en charge des victimes ; de mieux prévenir les addictions à l’alcool et à la drogue.

- le plan anti-cambriolaqe : la cellule anti-cambriolage a été mise en place en octobre 2009 dans les Hautes-Pyrénées. Elle associe le travail de la sécurité publique et de la gendarmerie. L’échange des informations et la coordination des actions ont permis d’obtenir des résultats encourageants (5497 faits commis en 2010 contre 5951 en 2009, soit 454 faits de moins).

- le plan départemental contre les trafics de stupéfiants a été créé le 18 février 2010. Il a pour priorité le trafic de proximité en mobilisant les services de police sur ce type de délits, notamment aux abords ou à l’intérieur des établissements scolaires, lors des opérations de sécurité routière avec l’utilisation des tests salivaires de façon de plus en plus importante (147 en 2010 contre 68 en 2009, soit + 116%).

Les interpellations des « dealers » ou consommateurs ont augmenté en 2010 de 23,15 %, soit 72 faits de plus par rapport à 2009 (383 en 2010 contre 311 en 2009).

- le plan de lutte contre les violences scolaires. Elles font l’objet d’un suivi attentif, en liaison avec l’inspecteur d’académie dans la cadre des réunions mensuelles de l’état-major de sécurité ainsi qu’avec les correspondants désignés au sein de chaque établissement scolaire qui demeurent en contact régulier avec les référents-sûreté de la police et de la gendarmerie. Par ailleurs, un diagnostic de sécurité a été élaboré dans tous les collèges et lycées du département. Très peu de faits ont été signalés en 2010.

- Le plan de sécurisation des transports a été créé en juin 2010. Des contacts ont été pris avec les principaux opérateurs de transports (Bus urbain, SNCF, transports scolaires) pour mettre en place une procédure de signalement auprès des services de police et de gendarmerie, afin de permettre à ces derniers de réagir avec diligence sur tous les faits signalés.

- Le plan de protection des personnes âgées, ou « plan tranquillité séniors ». Il a été mis en place le 28 juin 2010. Les personnes âgées sont des victimes potentielles considérées comme particulièrement exposées et vulnérables aux faits de délinquance. Il est essentiel que la solidarité du voisinage et des acteurs locaux se mette en place pour assurer une forme de vigilance permanente, complétée par un réflexe de signalement aux services de police de toute situation considérée comme anormale. Il est par ailleurs tout aussi essentiel de mener au contact direct des personnes âgées des campagnes de sensibilisation. Ainsi, depuis cet été, trente réunions se sont tenues en zones de gendarmerie et en zone urbaine. Près de 1000 personnes ont été averties des risques encourus et des modes utilisés par les délinquants. Il faut reconduire ces actions afin qu’un maximum de personnes âgées soient sensibilisées.

Les violences contre les personnes sont en légère hausse

34 faits de plus ont été constatés en 2010 (1097 en 2010 contre 1063 en 2009).

Parmi les atteintes volontaires à l’intégrité physique, on note une diminution du nombre de violences crapuleuses (-22 faits). Elles sont en revanche en légère augmentation pour les violences intrafamiliales.

A cet égard, l’action des services demeure soutenue dans la lutte contre les violences aux personnes tant sur le plan de la répression pour lutter contre ce phénomène que sur celui de la prévention (partenariat étroit avec I’ABAVEM pour une meilleure prise en charge des victimes, existence d’une brigade de protection de la famille).

Concernant ces violences aux personnes, les enquêtes diligentées ont permis un taux d’élucidation de 61,80%.

Les atteintes aux biens diminuent

454 faits de moins ont été constatés en 2010 (5497 en 2010 contre 5951 en 2009)

Parmi ces délits, le nombre de cambriolages diminue tant pour les résidences principales et secondaires (446 faits en 2010 contre 486 faits en 2009, soit -40 faits), que pour les locaux industriels, commerciaux ou financiers (239 faits en 2010 contre 259 faits en 2009, soit -20 faits)

En complément du travail de la cellule anti-cambriolages (CAC 65) mise en place dans le département par les services de police et de gendarmerie en septembre 2009, deux dispositifs préventifs concourent activement à la lutte contre les cambriolages : les campagnes de sensibilisation des habitants face aux risques de cambriolage, et l’opération Tranquillité Vacances qui couvre désormais toutes les vacances scolaires de l’année (voir plus haut).

Les escroqueries et infractions économiques et financières augmentent

33 faits constatés de plus ont été enregistrés en 2010 (1343 en 2010 contre 1310 en 2009). Il s’agit des utilisations frauduleuses de cartes bleues, de falsification de chèque et de fraudes sur internet.

L’activité des services (IRAS) progresse

Les infractions révélées par l’activité des services augmentent de 38 faits constatés (640 en 2010 contre 602 en 2009). Cette évolution positive concerne notamment le trafic et la revente de stupéfiants.

Les partenariats se développent avec différents opérateurs

Une convention de partenariat en matière de sécurité a été signée au 4ème trimestre 2010 avec les trois principaux bailleurs sociaux du département (OPH65, SEMI de la ville de Tarbes et Promologis), qui porte sur l’amélioration des procédures de signalement et de dépôts de plaintes.

Deux autres conventions sont actuellement en cours de formalisation :

- Convention de partenariat dans le cadre du plan départemental de sécurisation des transports avec des sociétés de transports.

- Protocole d’accord visant à lutter contre les vols et autres actes délictueux sur chantiers avec la Fédération du bâtiment et des travaux publics des Hautes-Pyrénées.
La lutte contre la délinquance est une mission prioritaire de l’Etat, elle répond à un engagement quotidien, motivé et professionnel des forces de police et de gendarmerie. Celles-ci, dans l’exercice de leurs missions, travaillent avec le souci du respect déontologique tout autant qu’avec une grande détermination à améliorer la sécurité de nos concitoyens. Je veux les féliciter pour leur action et la qualité des résultats obtenus au cours de l’année 2010.