Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Le TGB manque le rendez-vous

vendredi 14 janvier 2011 par Rédaction

Tarbes-Moscou : 61-78 mi-temps 29-40 (13-23, 16-17, 12-20, 20-18)

Pour Tarbes : 23 paniers réussis sur 59 tentés dont 5/17 à 3 points et 10/11 lancers-francs. 31 rebonds dont 10 offensifs, 8 passes décisives, 24 ballons perdus, 2 interceptions, 14 fautes. Les marqueuses : Dubljevic (10 points), Matic (9), Thorn (8), Arrondo (8), Smith (8), Jannault (5), Lepron (5), Cata Chitiga (4), El Gargati (4)

Pour Moscou : 30 paniers réussis sur 58 tentés dont 4/13 à 3 points et 14/18 lancers-francs. 32 rebonds, dont 6 offensifs, 9 passes décisives, 17 ballons perdus, 16 interceptions, 14 fautes. Les marqueuses : Prints (21 points), Bird (12), Petrovic (11), Milovanovic (11), Korstin (7), Kuin (6), Osipova (4), Vieru (2), Ruzanova (2), Grishaeva (2).

Le miracle n’a pas eu lieu. Moscou, quintuple Champion d’Europe et tenant du titre est venu chercher à Tarbes sa première victoire à l’extérieur de sa saison européenne. Une victoire qui va permettre aux Russes de jouer la première place de la poule à Salamanque, le leader actuel. Les Tarbaises qui avaient failli créer l’exploit l’an dernier ont manqué cette année le rendez-vous. La faute à un manque évident d’adresse avec seulement 39% de réussite contre 52% aux Moscovites. La faute à trop de ballons perdus. 24 contre 17 pour Moscou, mais surtout 16 par interceptions. Des balles faciles pour marquer en contre attaque. Sur ces ballons perdus le TGB a encaissé 21 points et n’a pu en marquer que 8 points sur des contres. Un différentiel de 14 points qui explique en partie l’écart final de 17 points. En plus, les Bigourdanes sont tombées sur Epifaniya Prints dont c’était la fête avec 21 points inscrits alors que Dubljevic, la meilleure Tarbaise ne marquait que 10 points avec seulement 33% de réussite tandis que l’Américaine flirtait avec les 65% de réussite.

Ceci expliquant cela, car pour créer l’exploit l’équipe la plus faible doit jouer au dessus de sa valeur et ce fut loin d’être le cas du TGB, alors que Moscou au dire de sa coach Pockey Chatman a réussi son meilleur match de la saison à l’extérieur. Les Tarbaises ont manqué en partie le premier quart temps qui est souvent décisif dans ce type de match. Après une première minute équilibrée 4-4, Moscou plus adroit profitait de la maladresse des Tarbaises pour se détacher 4-10. Après 5’ de jeu, le TGB par Dubljevic et Cata Chitiga recollait 8-10, mais Milanovic et Prints creusaient l’écart en moins de 2’ (8-17). Un écart qui se maintenait 10-19, 11-21 et 13-21 à la fin du 1er quart temps. Au début du second quart temps alors que le score était de 15-24, Osipova prenait une technique pour avoir refusé de donner le ballon à l’arbitre qui venait de lui siffler un marcher et pour avoir négligé de lever la main. Sur le coup Tarbes revenait 18-24 et se reprenait à espérer. Mais la réaction des championnes d’Europe allait être terrible avec un 0-11 qui sanctionnait la maladresse bigourdane et les pertes de balles (18-35 puis 20-40). C’est alors que les Tarbaises perdues pour perdues retrouvèrent leur basket pour inscrire un 9-0 et revenir 29-40 à 22" de la pause. Thorn réussissait un superbe panier du milieu du terrain dans la sirène mais les arbitres, qui venaient de subir quelques minutes avant la pression du staff moscovite, refusèrent d’accorder ce panier à 3 points qui aurait permis au TGB de virer avec 8 points de retard mais surtout de prendre un ascendant psychologique juste avant la mi-temps. Un quart temps perdu de justesse 16-17. Au contraire c’est les Russes qui allaient prendre l’ascendant 29-45 puis 31-48. Thorn marquait à 3 points 34-48 mais Prints commençait son numéro et Moscou refaisait une série de 0-10 pour se détacher 34-58. Arrondo réduisait à 3 points 37-58 et le TGB grignotait son retard dans la dernière minute pour finir le 3ème quart temps à 41-60. Au début du dernier quart temps, l’écart se maintenait (43-60, 45-63, 48-65, 50-67) mais un 0-8 permettait aux Russes de prendre le large 50-75. A son tour le TGB plaçait un 8-0 et réduisait de nouveau la différence 58-75 mais le dernier mot restait au champion d’Europe qui s’imposait 61-79. Pour l’honneur, les Tarbaises ont remporté le dernier quart temps 20-18.

Jean-Jacques Lasserre

Côté tarbais

Michel Uriarte, président du TGB :

"On le savait, la poule était difficile. C’est au dessus de nos moyens en terme de budget, de joueuses et en tout. On est à notre place tout simplement. Cette défaite est un peu lourde. C’est dommage qu’on n’ait pas pu se lâcher totalement comme on l’a montré à certains moments. On a fait un complexe parce qu’elles ont été plus adroites. Ce soir, on n’est pas désespéré mais c’est dommage."

Isis Arrondo :

"On a payé cash le début du match et on n’a pas été présent au début du 3ème quart temps."

Alain Jardel :

"24 ballons perdus, voilà un chiffre qui montre le désarroi dans lequel on est. On a été affligeant dans le domaine du contrôle de la balle. On n’est pas bien du tout dans le domaine du tir depuis deux matchs. On a présenté le même visage au Hainaut face à une équipe nettement plus faible. Ce que je déplore, c’est le visage abattu qu’on a présenté dès la première seconde. Je le déplore mais je peux le comprendre et je le reproche pas à mes joueuses. Mais ce n’est pas le type de comportement qu’on doit avoir quand on est invité. Quand on est invité chez les grands, on se tient bien à table. Aujourd’hui, une fois de plus, on a fait des complexes d’infériorité qui sont sans doute justifiés quand on regarde le budget et les joueuses mais moi j’attends une autre réaction de sportifs de haut niveau. On aurait dû montrer une image plus positive du type de celle du match contre les Espagnoles. On a renversé des montagnes en battant Prague et Galatasaray et on a joué un match normal contre Kaunas. Nos résultats sont conformes en ce qu’on est en droit d’attendre en terme de résultats chiffrés mais par contre aujourd’hui, c’est décevant par rapport à l’image qu’on a donnée."

Pockey Chatman, entraîneur de Moscou.

"C’est notre premier bon match de l’année à l’extérieur. Lors de nos trois premiers matchs on n’arrivait pas à bien jouer. On n’arrivait pas à montrer notre véritable niveau. La première partie de la saison est finie et on a oublié nos défaites à l’extérieur. Maintenant on va tout oublier car on a commencé l’année avec une belle victoire à l’extérieur. Ce qui était important pour nous c’est de bien jouer en défense et ce soir on a bien défendu. On a fait beaucoup de contre attaques et c’est ce qui nous a permis de faire la différence. Si on continue comme ça on est sur la bonne voie. On peut, si on garde cet état esprit aller gagner en Espagne pour terminer à la première place. Aujourd’hui, grâce à cette victoire on est plus en confiance et on a toutes les chances d’aller gagner à Salamanque même si c’est une équipe qui joue très bien chez elle et qui est très bien soutenue par son public. C’était un groupe difficile mais c’est aussi un avantage de jouer contre des équipes très fortes et de gagner des matchs qui vous mettent en confiance pour la suite de la compétition. On sera prêtes pour jouer des matchs difficiles en phase finale."

Recueilli par Jean-Jacques Lasserre

PHOTOS ALAIN BOUCHARD