Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Chambre d’Agriculture : un président combatif et confiant pour 2011

mardi 11 janvier 2011 par Rédaction

La présentation des vœux est l’occasion de faire un bilan de l’année passée et de mettre en évidence les projets d’avenir. Hier soir, Jean-Louis Cazaubon, Président de la Chambre d’Agriculture, n’a pas manqué à ce rite et s’est, par la même occasion, montré particulièrement combatif et confiant pour l’avenir.

« L’année 2010 a connu des fortunes diverses selon les secteurs » et le président observe et lit avec surprise une « augmentation du revenu agricole de 66% ». Une occasion pour fustiger ce type de chiffre : « par rapport à quoi ? A l’an dernier ? A l’avant dernière année ? » Lorsque nous connaissons les difficultés de toutes les filières, le président reste dubitatif.

Une filière ovine mobilisée

Pour la filière ovine, il souligne un travail réalisé avec la DDT pour « mobiliser les DPU sur les surfaces collectives… C’est la reconnaissance du pastoralisme que nous avons obtenue, allant bien au-delà de la filière ovine et en la consolidant, en la rendant plus attractive, la pratique de la transhumance ». Pour le Président, l’enjeu est important car « il dépasse le cadre de l’économie agricole. Biodiversité, tourisme, ski, emplois dépendent de la qualité et de la majesté de ces paysages entretenus uniquement par les hommes et les animaux (aménités), biens publics ». Si la problématique de l’ours n’est pas citée, nous comprenons que sa présence n’est pas bienvenue et peu remettre en question tout cet équilibre.

La fluctuation des prix agricoles

Puis il aborde « le contexte de fluctuation des prix » que nous connaissons en posant une question simple : « Pensez-vous que l’on puisse bâtir des plans de financement avec des prix de denrées passant du simple au triple ? » Et de rappeler « les inquiétudes de la FAO, eu égard aux images de soulèvements des populations défavorisées…. Les consommateurs de nos territoires sont aussi concernés dans leur vie au quotidien ».

L’eau

L’eau, élément essentiel de la vie, des plantes et donc de l’agriculture. Jean-Louis Cazaubon balaie d’un revers de manche les propositions de gestion « inacceptables » qui lui sont faites et rappelle cette règle simple : « On ne peut gérer l’eau d’irrigation avec des volumes préalables estimés, alors que nous sommes tributaires de l’eau qui tombe du ciel ». Une lapalissade que, manifestement, le Préfet de région et des ministères parisiens ne semblent pas avoir compris.

L’abattoir de Tarbes

Un sujet qui sera à l’ordre du jour du prochain conseil municipal de Tarbes mais déjà nous apprenons que Gérard Trémège a fait une proposition de SEM (Société d’Economie Mixte) « avec un partenaire privé pour rénover et agrandir cet établissement ». L’enjeu est la création de 50 à 80 emplois. Pour la Chambre d’Agriculture, il s’agit « de pérenniser sur le département un abattoir aux normes en vigueur au service des artisans bouchers et des producteurs transformateurs dans le cadre d’un conventionnement garantissant ce service public ». La Chambre d’Agriculture répondra « donc favorablement à cette demande ».

Un nouveau logo

Un nouveau logo mais aussi un nouveau slogan : « agriculture et territoires ». Une « volonté de mettre davantage notre organisme au service des territoires et des collectivités qui les gèrent ». Et de citer, la gestion des boues, déchets, méthanisation et ainsi aborder la problématique du foncier

Le foncier agricole

Une charte foncière devrait voir le jour « aux cotés des services de l’Etat et du Conseil Général » afin « d’apporter aux élus un outil d’aide à la décision et de se forger ensemble une philosophie d’utilisation du foncier qui, lui, n’est pas renouvelable ». Pour le Président Cazaubon, « il est nécessaire et indispensable de réaliser un diagnostic agricole, à chaque élaboration de document d’urbanisme, mais nous voulons que ce diagnostic soit un véritable diagnostic c’est-à-dire avec un entretien en face à face avec chaque agriculteur »… »C’est le développement harmonieux de l’habitat et la poursuite de l’activité agricole qui est en jeu ainsi que la prévention des conflits d’usage ».

Les circuits courts

Ce sera une des priorités de la Chambre d’ Agriculture pour laquelle « le circuit court n’est pas uniquement la vente directe… Mais signifie un partenariat local avec un intermédiaire : artisan, commerçant. Cela veut dire : redynamiser l’économie locale et régionale ». Le président pose une question dont la réponse apparait évidente : « Est-il nécessaire de faire faire un demi-tour de planète à une carcasse de bovin avant de la consommer sur les Hautes-Pyrénées ? » Des parts de marché sont à conquérir pour les producteurs locaux tels que restaurants, collectivités, détaillants, etc….

Beaucoup d’autres chantiers

Le Président Cazaubon cite d’autres sujets qui constituent des axes de travail de la Chambre d’Agriculture tel que l’environnement en montagne mais aussi en plaine avec la « réduction de 50 % des produits phytosanitaires, les économies et la production d’énergie renouvelable, expérimenter, vulgariser, diffuser les résultats de ces démarches innovantes. Mais peut-être aussi prouver que nous sommes devant des impasses techniques et que ce que l’on nous demande est impossible à obtenir, du moins pour l’instant et que sur certains sujets nous sommes en attente de résultats de la recherche pour parvenir à produire de manière écologiquement intensive ».

Et il conclut en rappelant : « Nous sommes plus que jamais au service des agriculteurs, des territoires et des hommes qui les habitent. Nous voulons continuer en partenariat avec toutes les structures qui composent le monde agricole… et bien sûr le syndicalisme ».

Louis Dollo