Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
     

Le TPR victorieux sans gloire : 23-22

dimanche 3 mai 2009

A Tarbes : TPR bat Section Paloise 23-22 (MT 11-9)
Arbitre : M. Valin (Auvergne) assisté de MM. Quintin et Bexiga

Pour Tarbes : 1 E Worthington, 5 P Bourgeois (4e, 15e, 42e), Kopetzky (64e, 72e), 1 D Kopetzky (61e)

Pour Pau : 1 E Epito (47e), 1T, 5 P (12e, 23e, 25e, 65e, 70e)

TPR : Bourgeois ; Dabrin, Worthington, T.Loftus (Etcheverria 77e), Caujolle (cap) (Meyer 71e) ; (o) Kopetzky, Labarthe (Lacrampe 58e) ; André, Lasserre (Fourcade 58e), Bernad ; Domolaïlaï, Karele (Santoni) ; Toetu (Uys 50e), Mavrodin (Anglade 71e), Magrakvelidze (Hurou 50e)
Cartons jaunes : Karele (41e), Caujolle (55e)

Section Paloise : Fromont ; Diarra (Dumorat 66e), Puyo (Giordano 74e), Fumat, Dourthe ; (o) Descons, (m) Darbo ; Laborde, Epito, Toressin (Constanzo 41e) ; Socol, Guicherd (Delavallée 58e), Tomuli (Kouider 30e), Campergue (Luro 44e), Jacquot (Fakalelu 58e)
Carton jaune : Guicherd (3e)

Il y a bien eu un feu d’artifice samedi soir à Maurice Trélut. Il aura fallu attendre que l’arbitre siffle la fin du match et que les artificiers envoient quelques fusées alors que le ciel était encore bien éclairé par le soleil. Car pendant 80 minutes on eut droit qu’à quelques feux de brindilles, quelques brûlots et parfois sur quelques regroupements, quelques braises bien rouges. En résumé, pas de quoi faire un barbecue pour famille nombreuse.

Au bout des deux mi-temps, on attend encore que le jeu s’enflamme. Les Tarbais nous avaient bien mis l’eau à la bouche avec une belle attaque jusqu’à Caujolle qui contrôlait mal son coup de pied à suivre. Que faire alors si ce n’est appeler au secours les buteurs. Bourgeois pour punir un geste de Guicherd, puis Darbo pour un placage à retardement, puis Bourgeois pour un placage haut sur Bernad et ainsi de suite pendant une demi-heure. Alors Kopetzky essaya de donner un peu d’air avec ses jambes de feu pour une relance depuis ses 10 mètres. Sans résultat faute de continuité. Le numéro 10 avait fait quelques tentatives avec ses crochets pour forcer le verrou palois mais rien ne pouvait y faire. C’est Worthington qui trouvait la faille, sur quelques temps de jeu sans danger, mais son coup de pied au ras du sol était cafouillé par les défenseurs. La bonne aubaine pour lui qui pouvait aplatir dans l’en-but. Une étincelle venait de jaillir des cendres. A 11-9 à la mi-temps, tout était à faire.

Dès la reprise, Karele écopait d’un carton jaune qu’il aurait dû prendre bien avant sur un placage anticipé dangereux. Les Palois profitaient de leur supériorité numérique pour aller à l’essai par Epito. Avec la transformation de Darbo, ils se retrouvaient devant au planchot (16-14). Et on repart pour le chassé-croisé. Bourgeois en manque de réussite, c’est Kopetzky qui prend le relais. Drop puis pénalité. Darbo répond. Entre ces tentatives, rien. Quelques chandelles bien hautes, peut-être pour dépoussiérer le ciel de Trélut en vue du feu d’artifice final. Au sol rien de nouveau ! On se chamaille, on plonge, pour le bonheur de M. Valin, obligé de siffler vite pour éviter les départs d’incendie.
Les joueurs ont oublié qu’il y avait plus de 8000 spectateurs autour de la pelouse.

L’impression est que les deux équipes sont fatiguées par cette longue saison. Certains ont l’esprit ailleurs, sachant qu’ils ne porteront pas les mêmes couleurs dans 4 mois et parmi eux il s’en trouve qui n’ont aucune issue, surtout chez les Palois. Alors pardonnons-leur ce match bien mièvre, mais promis ils nous doivent un bouquet de bienvenue en septembre.

(Jacques Terrée)

[rouge]Réaction[/rouge]

Khrist Kopetzky : " Je suis ravi de la victoire pour l’équipe et surtout pour Harold (Karele). Terminer sa carrière sur un succès reste gravé comme le premier match. C’était un vrai derby, avec beaucoup de monde et remporter une telle rencontre est toujours agréable. Il y a eu trop de pénalités, du jeu dur. Ce n’est pas le genre de match que j’aime jouer, surtout quand il fait beau et que le terrain est bon. Il fallait un résultat positif. C’est fait".

(Recueilli par Jacques Terrée)

PHOTOS ALAIN BOUCHARD : CLIQUEZ

[vert]CLIQUEZ ICI ET AGRANDIR (66 clichés)[/vert]

[bleu]Mis en ligne dimanche 3 mai 2009[/bleu]