Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Assemblée plénière de la Région : Midi-Pyrénées maintient ses programmes d’investissements

lundi 20 décembre 2010 par Rédaction

Présentant à l’assemblée régionale, le projet de budget, qui s’établit à 1 151 millions d’euros en crédits de paiements, contre 1 250 en 2010, Martin Malvy a souligné qu’il s’agit d’un budget « de transition, contraint par la réforme de la fiscalité locale, mais qui préserve les grandes priorités régionales ».

Le président de la Région Midi-Pyrénées a dénoncé « le carcan que le Gouvernement et la majorité parlementaire imposent aux Régions en les privant de toute possibilité de faire évoluer leurs recettes, si l’on excepte la taxe sur les cartes grises qui ne constituent que 6% de ses ressources.

Contrairement aux déclarations de la Droite régionale, malgré cela, aucun des grands programmes d’action de la Région ne sera pénalisé, notamment parce que la plupart d’entre eux - travaux dans les lycées, rénovation des CFA, plan rail, travaux routiers, enseignement supérieur - ont été très largement engagés ces dernières années. Il n’y aura de retard pour aucun, a précisé Martin Malvy.

La baisse mécanique des crédits d’investissements que mobilisent ces programmes combinée à l’effort de rationalisation que la Région s’impose pour son propre fonctionnement, nous permet de tenir nos engagements : mise en place du dispositif OrdiLib’ grâce auquel 13 000 nouveaux lycéens ont eu accès à un ordinateur portable, création d’espaces langues dans les lycées, rénovation des écoles sanitaires et sociales, caution logement pour les étudiants, soutien à la filière laitière, éco-chèque logement et soutien à la production d’énergies renouvelables, bilan carbone régional, les premiers paiements de la LGV et des futurs matériels TER « Regiolis », points visio-publics, service civique pour les jeunes en sont quelques illustrations. »

Dénonçant les contradictions de ceux qui approuvent de Paris des réformes qui assèchent les budgets des collectivités et à Toulouse demandent que les dépenses augmentent, Martin Malvy, a par contre précisé avec insistance que « pour l’avenir, les fruits de la gestion régionale depuis plusieurs années nous préservent des marges ».
« Notre autofinancement se situe à 250 M€, au double de la moyenne nationale. Notre endettement est le plus faible des Régions françaises. Hors Île-de-France, nous sommes la Région qui, par habitant, investit le plus : 189 euros, contre 125 en Rhône-Alpes ou 117 en PACA, alors même que notre potentiel fiscal nous place au 17e rang.

Ces marges, contraintes mais préservées par plusieurs années de gestion maîtrisée de nos finances, garantissent notre capacité à innover, a ajouté le président de Région. Nous le ferons en évaluant et adaptant nos politiques de développement économique et d’innovation, de formation, d’enseignement supérieur et de recherche, en révisant notre Agenda 21 régional.

Nous irons vers un développement des dispositifs d’avances remboursables et l’éco-conditionnalité des aides économiques. Je souhaite que l’on s’interroge sur la possibilité de créer une prime aux emplois pour les jeunes sans qualification. En agriculture, la mise en œuvre d’un Plan protéines végétales pour l’alimentation animale est nécessaire. C’est en 2011 que nous devrons vérifier la faisabilité d’un service régional public de la formation. Le fonds carbone devrait être mis en application et je souhaite que nous puissions, aboutir à la définition d’un plan méthanisation, comme nous l’avons fait pour les chauffe-eau solaires et le bois énergie. La création d’un PASS MUTUELLE, pour les étudiants, devra faire l’objet d’une réflexion aboutie avant la fin de l’été », a enfin estimé Martin Malvy.