Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Les associations opposées aux antennes Wimax reçues au Conseil Général des Hautes-Pyrénées

samedi 18 décembre 2010 par Rédaction

Hier, vendredi 17 décembre 2010, Josette Durrieu, présidente du Conseil Général des Hautes-Pyrénées, aux côtés des 10 conseillers généraux membres de la régie Hautes-Pyrénées Haut Débit, a reçu les représentants des associations opposées aux antennes Wimax. A cette occasion, la présidente de la régie Hautes-Pyrénées Haut Débit (HPHD) a écouté et répondu aux questions liées au déploiement du haut débit dans les Hautes-Pyrénées.

A cette occasion, Josette Durrieu a réaffirmé la volonté du Conseil Général d’effacer les zones blanches haut-débit du territoire d’ici la fin 2011. L’objectif premier est de couvrir 100% de la population du territoire à un débit minimum de 2 Mégabits.

Le Conseil Général, respecte la législation en vigueur. La société Hautes-Pyrénées Numérique, en charge du déploiement du réseau, veille au respect des normes françaises et européennes de précautions fixées à 61 volts par mètres (annexe du Décret n°2002-775 du 3 mai 2002). Les ondes émises par une station de base Wimax ne dépassent pas 3v/m au maximum (0,6v/m à une distance de 50 mètres de la distance de la station de base). Dans les faits, le développement de la couverture haut débit est extrêmement encadré et aucun intervenant ne prendrait le risque de sortir du cadre réglementaire.

Soucieux de respecter le principe de précaution, le Département des Hautes-Pyrénées s’est engagé à réaliser une campagne de mesures officielles des champs électromagnétiques. Ces mesures seront réalisées par un laboratoire indépendant et certifié par la COFRAC pour respecter le protocole de l’ANFR. Cette campagne de mesure sera réalisée sous contrôle d’huissier, en présence de la presse. Les résultats seront rendus publics. Ces mesures débuteront mercredi 22 décembre 2010.

Le Conseil Général des Hautes-Pyrénées prend ainsi en compte la loi relative à la Charte sur l’Environnement inscrite dans la Constitution Française (n°2005-205 du 1er mars 2005 – Art 5) : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourraient affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attributions, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques. »

Les technologies utilisées. L’ADSL sera majoritairement utilisée. Mais le réseau filaire ayant ses limites techniques, les autres lignes seront couvertes par des technologies sans fil :
- le Wimax : il constitue la solution la plus adaptée pour les communes enclavées ou à fort relief et pour apporter le haut débit à 2 Mégabits.
- Le satellite est le système résiduel pour les sites les plus isolés

Sur un total de 122 500 foyers et entreprises des Hautes-Pyrénées : 91, 4% des utilisateurs seront desservis en filaire soit 111 960 lignes, 7,3% soit 8 940 lignes par le système hertzien Wimax et 1,3% soit 1 600 lignes par le satellite pour les sites les plus isolés. Ce débit sera pour tous les utilisateurs, disponible à 2 Mégabits et plus.

Le réseau en cours de construction est une première étape importante et nécessaire pour l’accès au Très Haut Débit de demain.
La boucle de 364 km de fibre optique constituant le réseau départemental n’a pas vocation à ce stade de raccorder les particuliers. Elle desservira les 126 sites d’intérêt départemental (20 collèges, 15 lycées, 26 zones d’activités économiques…). La fibre qui dessert par ailleurs 52 NRA (nœuds de raccordement d’abonnés), contribuera aussi à améliorer les performances du réseau de cuivre de l’opérateur historique, aboutissant ainsi à la prise du téléphone de l’utilisateur final et à ouvrir davantage ce réseau à la concurrence au bénéfice des utilisateurs finaux.