Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Tarbes résiste puis s’envole...

samedi 20 novembre 2010 par Rédaction

Tarbes bat Dax : 26-6 (Mi-temps 6-3)

Pour Tarbes : 2 essais Domolaïlaï (56ème), Labarthe (79ème), transformés par Terblanche. 4 pénalités Fortassin (7ème), Terblanche (14ème, 58ème, 71ème) 1 carton jaune Anglade (32ème)

Pour Dax : 2 pénalités de Lagardère (7ème, 60ème). 1 carton jaune Lopez (58ème).

Tarbes : Etcheverria (cap) ; Terblanche, Worthington, Duhen, Caujolle (Th. Loftus, 22) ; (o) Fortassin (Siale, 14), (m) Lacrampe (Labarthe, 70) ; André, Lasserre (W. Loftus, 66), Bernad ; Domolaïlaï (Sirbe, 67), Stewart ; Garcia (Toetu, 64), Anglade (Dupuy, 31 ; Anglade, 41 ; Dupuy, 46), Magrakvelidze (Maumus, 64)

Carton jaune : Anglade (faute technique, 31)

Dax  : Bourret (Narukutabua, 73) ; Bolavucu, Courtade (Diaz, 59), Turinui, Nanuku ; (o) Lagardere, (m) Lopez ; Beal, Deniau (August, 64), Adrillon (Coletta, 77) ; Tewhata (cap) (André, 64), Dry ; Smith (Hugues, 57), Pedrosa (Bonet, 43), Synaeghel (Rameau, 56)

Carton jaune : Lopez (faute technique, 57)

Tarbes a énormément souffert en première mi-temps face à une équipe dacquoise plus déterminée et plus agressive, dans le bon sens du terme. Car s’il y eu deux cartons jaunes, c’est sur des fautes d’anti jeu et non pour brutalité ou jeu dangereux. Si celui des Tarbais ne porta pas préjudice celui des Dacquois, au dire du staff landais, fit basculer le match. C’est beaucoup dire car si les Tarbais n’encaissèrent aucun point durant leur infériorité numérique, les Dacquois firent jeu égal avec un 3-3 durant leurs 10’ fatidiques. Les deux essais bigourdans ayant été inscrits hors de cette période jouée à 14 contre 15. Les Landais ont surtout manqué le coche en première période. D’abord en début de match où ils monopolisèrent le ballon et où ils faillirent marquer 2 ou 3 essais en contre ou sur des ballons rendus. Malheureusement pour eux et heureusement pour le TPR, le ballon se refusa au dernier moment pour sortir en touche où l’arbitre décela un en-avant. Ensuite durant les 10’ où ils jouèrent en supériorité numérique, suite à un sévère carton jaune pour maul écroulé à 25 m de la ligne d’essai. Au lieu de la tenter les Landais la jouèrent rapidement à la main et se firent reprendre à 2 m de l’en-but. Sur la mêlée qui suivit Tarbes se fit pénaliser et les Landais au lieu de la tenter ou de reprendre la mêlée prirent la pénaltouche. C’est peut-être à se moment là que Tarbes gagna le match. Car les Tarbais durant ces 10’ résistèrent aux assauts dacquois sans céder. Là et aussi en début de match où privés de munitions pendant 10’, ils surent faire le dos rond pour ne concéder qu’une pénalité (0-3). Sur la seule incursion dans le camp de Dax, Fortassin pourtant touché sur la première action de jeu égalisa (3-3). Le buteur tarbais échoua sur sa tentative suivante avant de laisser le tir à Terblanche qui donna l’avantage au TPR (6-3) un peu contre le cours du jeu. Après avoir souffert sur les 2 premières mêlées (coup-franc et ballon perdu), le pack bigourdan a su se reprendre pour terminer la rencontre en humiliant la mêlée dacquoise. Idem en touche, où après avoir perdu plusieurs ballons importants en première mi-temps, ce sont les sauteurs tarbais qui ont privé Dax de précieuses munitions. Notamment sur une pénaltouche à 5 m de leur ligne d’essai. Des Tarbais empruntés et dominés dans tous les secteurs du jeu qui finirent le match en bousculant Dax dans tous domaines et en particulier en mêlée et sur les ballons portés. Des Tarbais qui à leur tour se procurèrent plusieurs occasions d’essais mais qui parvinrent à en inscrirent deux. Le premier par Domolaïlaï, énorme ce soir, au relais de Lacrampe échappé petit côté derrière un maul dévastateur. Le second en fin de match, sur une percée de Labarthe derrière une mêlée qui avait fait exploser sa rivale dans Ses 22 m. Deux essais marqués alors que l’arbitre avait levé le bras en signe de pénalité. A signaler que dès le début du match les Tarbais perdirent Fortassin touché au genou et Caujolle évacué en civière et transporté aux urgences pour passer un scanner. Deux coups durs, que le TPR sut surmonter grâce aux rentrées de Siale et de Thomas Loftus qui revenaient tout juste de blessure.

Jean-Jacques Lasserre

VESTIAIRES DACQUOIS

Frédéric Garcia, co-entraîneur de Dax : "On a été très bon pendant 50’, jusqu’au carton très sévère de Lopez qui, malheureusement nous fait sortir du match, et on n’y rerentre pas. Après la déception, c’est surtout de ne pas avoir su concrétiser nos temps forts qui ont été nombreux. On fait 50’ de bon niveau avec beaucoup d’application et d’envie et notre passage à 14 sans n°9 nous sort du match et on n’arrive pas à y rerenter. L’ensemble de l’équipe est sortie du match sur un carton qui était sévère et après on n’a plus été dans le match et on est devenu moyen partout. Alors qu’on a été dans les clous pour venir faire quelque chose pendant 50’."

Olivier Roumat, manager dacquois : "On a manqué beaucoup d’occasions d’essais et de points au pied et à ce jeu, il faut être efficace et on ne l’a pas été ! On marque 6 points et le score ne reflète pas la partie. C’est comme ça, c’est le rugby. Ma colère contre l’arbitrage ? C’est presque une redondance, que de dire qu’à l’extérieur c’est très difficile de s’imposer. Philippe Bérot m’a dit que ça avait été le même cas Oyonnax où Tarbes a été très pénalisé. On est au fond du seau mais en plus de ça, on n’a pas des gens qui nous permettent d’en sortir. Ils nous enfoncent encore plus et c’est ça qui me gêne. Parce que, quand deux équipes essayent de jouer au rugby, de proposer un bon match de rugby où il y a de l’engagement mais pas de coups bas, ça me gêne qu’au partage des pénalités on soit loin derrière."

Richard Apanui, l’ancien Tarbais, ouvreur de Dax, qui n’a pas joué pour cause de blessure. "Je tenais absolument à jouer mais ma contracture à la cuisse de Bordeaux n’était pas guérie malgré les soins et les 15 jours sans jouer. Je referai des tests pour voir si je peux jouer contre Pau. Notre problème contre Tarbes, c’est qu’on n’a pas marqué quand il fallait en première mi-temps. Après, contre une équipe comme Tarbes, que je connais très bien, si elle mène au score, ça lui donne confiance et avec beaucoup d’envie et de réussite, c’est fini. La force de Tarbes c’est son mental. A nous de faire tout notre possible pour positiver et continuer à bosser pour que ça change. Il faut qu’on reste ensemble et on va y arriver."

VESTIAIRES TARBAIS

Jorge Garcia, pilier. "On a joué au début sans ballon mais on a été bien en défense car même quand on était à 14 on n’a pas pris d’essai. On a eu un peu de retard à l’entame du match mais après on s’est bien repris. Dax, ce n’est pas une équipe de bras cassés. Individuellement le pack dacquois c’est du costaud et les premières mêlées ont été un peu difficiles. Mais les premières mêlées, c’est un peu comme pour les boxeurs, on voit comment ça va se passer, puis tout rentre dans l’ordre."

Jean-Pierre Davant, Président du TPR. "On a eu un peu peur au début mais on a fait une très belle seconde mi-temps. C’est vrai que la première mi-temps était serrée mais on a bien su réagir."

Thierry Lacrampe, demi de mêlée : "L’entame a été très difficile et on a eu de la chance de ne pas prendre deux essais. Heureusement qu’on ne les prend pas car le match n’aurait pas été pareil. On a mis du temps à rentrer dans le match et à la mi-temps, on s’est dit qu’on été devant. Même si on n’avait pas fait une première mi-temps catastrophique, on savait qu’on pouvait faire mieux. En seconde mi-temps, quand les gros ont pris le dessus, on a joué en avançant et c’est plus facile."

Ludovic Duhen, centre : "On s’était dit qu’on ne voulait pas refaire la même entame qu’à Oyonnax mais ça a été difficile de se remettre dans le bain. Eux ont été très agressifs et on a essayé de résister au maximum. C’est sûr que s’ils marquent ces deux essais, le match peut basculer pour eux. Malgré tout, même avec une entame catastrophique, on arrive à passer en tête à la pause et on a réussi à rectifier le tir ensuite.

Razvan Mavrodin, entraîneur des avants. "On s’est fait très peur en début de match et sur la première mi-temps on a joué tout à l’envers. On n’a rien fait et on n’a pas respecté ce que ce nous avions propos à l’entraînement. Heureusement qu’on a réagi en seconde mi-temps et qu’on a réussi à mettre notre jeu en place. On a résolu le problème de la conquête, car au rugby, tout commence devant. Quand on est dominé en touche et qu’on n’est pas bien en mêlée, on ne peut rien espérer derrière. Dans la capacité de réaction de l’équipe, par rapport à l’écart qu’il y a eu entre la première et la seconde mi-temps, c’est sûr que ça peut être un match référence. On est passé de tout mauvais à presque tout bon ! C’est sûr qu’on a eu une très, très bonne réaction. Ce qui est très positif, c’est qu’on s’appuie sur un groupe de 30 joueurs qui sont tous les jours à l’entraînement et notre état d’esprit nous a permis d’avoir une bonne réaction. Quand les remplaçants sont entrés, ils ont tous apportés, à tous les niveaux !"

Mickaël Etcheverria, capitaine : "Le problème a été facile à régler parce qu’on rendait trop de ballons au pied alors qu’on savait qu’ils avaient un 3ème rideau très efficace et de très bons relanceurs. On n’a pas su trouver des touches quand il fallait et on a eu des problèmes de conservation. Après il faut remercier les gros et ce banc de remplaçants où on n’a pas vu la différence entre ceux qui sont sortis et ceux qui sont entrés. Ils ont apporté leur fraîcheur et leur envie. On s’est remis sur les bases, notamment sur la conservation et sur le jeu au pied qui a été bien meilleur en seconde mi-temps. En plus, en n’étant pas bon, on mène quand même 6-3 et il ne fallait pas s’affoler et repartir sur ce que l’on savait faire. C’est ce qui a été dit à la mi-temps, sans grosse colère. On s’est dit des choses et on est reparti du bon pied."

(Recueilli par Jean-Jacques Lasserre)

GALERIE PHOTOS 01

GALERIE PHOTOS 02