Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes

  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
         
 

Législatives 2024 : Conférence de presse du Rassemblement National

mardi 18 juin 2024 par Rédaction

« Les deux circonscriptions des Hautes-Pyrénées peuvent basculer » 

Ce lundi en fin de matinée, Marie-Christine Sorin et Olivier Monteil qui représenteront le Rassemblement National dans la Première et dans la Deuxième Circonscription des Hautes-Pyrénées, ont tenu leur première conférence de Presse devant une douzaine de représentants de la presse. De quoi étonner Olivier Monteil de cet engouement soudain alors qu’il s’attendait à recevoir deux ou trois journalistes comme lors des élections précédentes. Il est vrai que le Rassemblement National a envoyé aux dernières élections 88 députés et qu’il a dominé les Elections Européennes qui ont amené à la dissolution de l’Assemblée Nationale et à ces législatives anticipées à mener en moins de trois semaines avec un premier tour le 30 juin et un second tour le 7 juillet.

« Tourner la page de sept ans de macronisme »

Marie-Christine Sorin et Olivier Monteil sont confiants et espèrent renverser la table bien au dessus des 17,16 % que le Parti de Marine Le Pen avait obtenu au premier tour dans les Hautes-Pyrénées en 2022 contre 21,54 % au premier tour de l’élection présidentielle. Il est vrai que le RN a remporté 32 % des voix exprimées dans le Département il y a huit jours aux Européennes. Si Marie-Christine Sorin s’était présentée en 2022, Olivier Monteil, Secrétaire RN 65 et élu à la Région Occitanie depuis janvier 2016, s’était présenté en 2017. L’ancien officier saint-cyrien âgé de 58 ans et père de six enfants attaque sabre au clair. « Les Français ne se déjugeront pas en trois semaines et vont peut-être même amplifier leur choix… Notre but est simple : Tourner la page de sept ans de macronisme, je dirai même tourner la page de sept ans de malheur macronisme. » Et de dénoncer la faillite de l’Etat sur la Dette, sur l’Economie, sur les Finances Publiques, sur la Sécurité, sur l’Immigration et sur le Pouvoir d’Achat des Français. Olivier Monteil veut « éviter un hold-up de l’extrême Gauche sur notre Territoire » et dénonce « les accointances de certains de ces représentants avec les Islamistes anti sémites du Hamas. »

« Stopper le projet néfaste et ridicule de l’hôpital à Lanne »

Côté propositions, l’ancien officier veut rétablir en priorité le Pouvoir d’Achat et met l’accent sur la mobilité. « Nous sommes un territoire rural, où la voiture est un outil de vie essentiel. Nous avons 500 communes dont les 9/10ème sont des petites communes d’une centaine d’habitants. » Pour cela le RN veut s’attaquer au prix des carburants, au coût de l’énergie, au poids des taxes. La seconde priorité est de remettre de l’ordre car même un Département comme les Hautes-Pyrénées connait une certaine insécurité. « 13% d’augmentation des violences et plus 9% des violences sexuelles, avec une augmentation globale de la délinquance de 5% » selon les derniers chiffres. La troisième priorité du RN est de stopper l’immigration et Olivier Monteil dénonce que dans le cadre des JO de Paris, des éléments indésirables vont être renvoyés dans les Départements ruraux. « On va recevoir dans les Hautes-Pyrénées plusieurs centaines de clandestins qui squattaient dans Paris. » Au-delà de ces trois priorités l’élu régional veut soutenir l’Agriculture, les Services Publics et en priorité la Santé. Avec dans le Département l’abandon du futur hôpital de Lanne et le maintien des hôpitaux de Tarbes et de Lourdes. « Si nous sommes élus, nous stopperons ce projet ridicule et néfaste pour notre Département. » Stopper le Macronisme et faire reculer l’Extrême Gauche sera le leitmotiv de la campagne des deux candidats du Rassemblement National.

« Fin au laxisme judiciaire et à l’omerta dans l’enseignement »

Marie-Christine Sorin est toujours dynamique et volontariste malgré ses 75 ans et c’est avec enthousiasme qu’elle remet le couvert deux ans après. Fille de petits agriculteurs Charentais, cette ancienne professeur d’Anglais, qui a fait une partie de sa carrière aux Antilles et à Créteil est viscéralement attachée à la ruralité et à l’Education Nationale. A la retraite elle est devenue bergère à Ferrières avant de s’installer à Trie-sur-Baïse tout en ayant une vie sociale très active. Veuve d’un professeur de maths indo-antillais assassiné dans des circonstances tragiques, elle réfute toute accusation de racisme. Son passage dans l’Education Nationale, dont elle a vécu toutes les dérives depuis son premier poste en 1968, est pour beaucoup dans son engagement au Rassemblement National. Des dérives et une lâcheté qui selon elle, ont conduit aux violences contre les professeurs jusqu’à l’assassinat. « J’ai été confrontée à la vie difficile des banlieues, au laxisme judiciaire et à l’omerta intellectuelle qui régnait dans notre hiérarchie. Quand il y avait un problème d’agression, on nous disait de ne pas faire de vague. » La dérive de l’enseignement sur divers apprentissages, le laxisme disciplinaire, une certaine réécriture de l’Histoire, l’ont conduit à s’engager politiquement. Marie-Christine Sorin, prône pour un retour du respect à l’école et pour le port de l’uniforme avec un retour à la blouse, bien moins onéreux qu’un uniforme complet chemise, veste, pull, pantalon ou jupe. L’ancien professeur regrette que la démocratie ne soit plus respectée et que la jeunesse soit instrumentalisée. « Au soir du 7 juillet, si la France devait choisir un changement de cap, est ce qu’on va leur dire d’aller brailler, d’aller casser… »

« Cette relation de confiance dépasse les clivages politiques. »

De son enfance dans une ferme dans les années 50 et de son retour à la terre dans une bergerie à Ferrières, elle est très impliquée dans la ruralité et dans la chasse comme ancienne Présidente des « Chasseresse de France ». L’ex-enseignante dénonce la condition des retraités agricoles, qui doivent survivre avec des pensions de 870 euros et les consignes de votes de certains footballeurs multimilliardaires. « On peut tout dire et n’importe quoi. Il n’y a plus de règles. » Très implantée dans la ruralité bigourdane depuis une vingtaine d’années, Marie-Christine Sorin, croit en ses chances d’être élue. « Cette relation de confiance dépasse les clivages politiques. » D’autant que les cambriolages et la drogue, sévissent même dans des communes comme Trie-sur-Baïse où elle habite et dont elle dit être le témoin. « Les deux circonscriptions des Hautes-Pyrénées peuvent basculer » assure Olivier Monteil.

Jérémy Legodec, Surveillant Pénitentiaire et Fanny Berthias, Secrétaire de Direction, en Charge de la Sécurité du RN dans les Hautes-Pyrénées seront respectivement les suppléants de Marie-Christine Sorin et d’Olivier Montiel.

Jean-Jacques Lasserre