Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Nationale : Le TPR huitième au Général, sixième au Britannique

mercredi 9 novembre 2022 par Rédaction

A l’issue de la neuvième journée le TPR occupe la huitième place au Classement Général, mais la sixième, à égalité avec Chambéry, au Classement Britannique qui tient compte des matchs joués à domicile et à l’extérieur. Car Tarbes compte un match de plus en déplacement que d’autres équipes, ce qui fausse le Général. Dax, Albi, Suresnes, qui précèdent Tarbes ou Bourgoin, Narbonne, Hyères-Carqueiranne, Nice et Cognac, ont reçu trois fois. Les Tarbais, septièmes à l’issue du premier Bloc de quatre matchs, ont malgré tout maintenu leur place en haut de tableau. De plus Tarbes a la quatrième meilleure attaque derrière Valence-Romans, Dax et Bourg-en-Bresse.

Les regrets de Suresnes

Une satisfaction au plan comptable, puisque le TPR a assuré à Trélut contre Narbonne et Bourgoin, des candidats auto déclarés à la montée et a ramené deux précieux bonus défensifs de deux de ses trois déplacements. Mais sportivement, ce Bloc, comme le précédent, laisse bien des regrets, car il y avait de la place pour faire mieux. Hormis, Nice où les Tarbais ont été absents, il y avait la place à Hyères et surtout à Suresnes, pour revenir avec quatre points. Jamais, sauf à Blagnac, mais contre le cours du jeu, Tarbes n’est passé aussi près de l’emporter. De plus, c’est à Suresnes que les Bigourdans, ont réalisé la première mi-temps la plus aboutie à l’extérieur. C’est peut-être aussi le match où ils ont produit leurs deux plus belles séquences de jeu de la saison. Une séquence de deux minutes de temps de jeu qui a débouché sur l’essai de Lamothe et une autre de plus de trois minutes, qui s’est terminée par un en-avant à un mètre de l’en-but. Et ce, sans la moindre faute au sol, le moindre hors-jeu, alors que les Tarbais ont balayé le terrain d’une touche à l’autre et ont disputé dix-huit rucks ! A contrario, il n’a fallu que deux ou trois rucks de rang, pour que les Tarbais soient sanctionnés à trois reprises (75ème, 78ème, 80ème), permettant à Suresnes de revenir de 21-25 et de prendre le score 30-25. Des Tarbais, qui peuvent regretter aussi une pénalité retournée qui leur aurait permis de conforter le score qui était à 16-19 (55ème) et de ne pas être obligés de prendre une pénaltouche pendant les arrêts de jeu, parce qu’il y avait cinq points d’écart. Mais le pire, ce sont les deux essais encaissés (1ère et 62ème minutes) sur deux exploits personnels de Gueho, sur une relance le long de la ligne de touche et de Meric qui, en première main, a pris un intervalle pour filer seul à l’essai. Deux essais de soixante mètres, avec plusieurs défenseurs mystifiés, qui font très mal et qui coûtent une probable victoire, tant les Tarbais ont dominé dans l’ensemble.

Duny en Sélection Militaire

Alexandre Duny, réserviste dans l’Armée, a été retenu dans le Groupe des 25 sélectionnés de l’équipe nationale de l’Armée de Terre qui va affronter la Marine le 11 novembre à La Seyne. Ce dans le cadre du huitième Challenge « Foch Ronarc’h », qui se dispute le jour de la Commémoration de l’Armistice de la Première Guerre Mondiale. Ensuite, l’équipe de France Militaire affrontera le 18 mars 2023 l’Armée Anglaise lors du traditionnel « Crunch », avant de disputer la Coupe du Monde Militaire de rugby au mois d’août. Le pilier tarbais, qui est en stage de préparation avec l’équipe de l’Armée de Terre depuis lundi, espère pouvoir jouer la prochaine Coupe du Monde après avoir manqué la précédente pour non libération de son club, en manque de pilier Droit. Cette fois, Lionel Terré et le staff, ont donné leur accord pour qu’Alex Duny puisse participer aux matchs avec l’Armée, car avec Filomeno et Tchitchiasvhili, le poste est bien pourvu à Droite cette année.

Jean-Jacques Lasserre