Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Tarbes-Cognac, samedi à 19h00 à Trélut

samedi 10 septembre 2022 par Rédaction

Suivre le direct-live avec score’n co 

Suivre le direct-live avec score’n co 

En lever de rideau : Espoirs Tarbes-Biarritz à 16h45

Un match qui sent la poudre et le piège

Ce match sent la poudre parce que les quatre dernières confrontations ont été très dures physiquement. Lors des joutes précédentes les Tarbais ont perdu définitivement Prétorius (carrière terminée) et pour plusieurs mois d’indisponibilité, Ricart (opération épaule), Millet (triple fracture de la mâchoire), Pees (fracture tibia-péroné), Combier (désinsertion cuisse), Lhusero, (fracture de la main), Dulucq (grosse entorse), Méron (luxation du coude, saison terminée). Des blessures qui sont survenues dans le cours du jeu et non sur des agressions, ce qui prouve l’intensité et la rudesse du combat et des chocs. La poudre aussi, avec le départ non prévisible de Manu, dont on espérait qu’il finirait sa carrière à Tarbes et de Maninoa, qui devait mettre fin à sa carrière, et qui ont signé à Cognac. Deux départs pour la Charente qui n’ont pas été appréciés en Bigorre.

C’est un match piège, car Cognac vient de débuter par une défaite à domicile contre Valence-Romans (20-23) et Tarbes a ramené un précieux bonus de Chambéry (22-17). Deux résultats qui pourraient engendrer un sentiment de supériorité, d’autant que les Bigourdans sont invaincus en cinq confrontations. A part un 9-9 à Trélut, Tarbes s’est imposé 30-32 et 18-57 en Charente, 28-21 en match de préparation à Saint-Lary et 48-25 à Trélut. Se fier à la défaite contre Valence-Romans pour croire que les Charentais sont au plus mal, serait une grave erreur. Car après avoir été menés 0-23 après une demi-heure de jeu les Charentais sont venus mourir à 20-23 et auraient pu l’emporter, ou au moins, décrocher un match nul mérité. Et ce malgré une équipe incomplète, privée de Tougne, Tuva, Sordia, Beaudon, Tuilagi et Bouhedjeur…

Cognac s’est rassuré malgré la défaite

Ce match, au contraire, a conforté les Unionistes qui partaient dans l’inconnu avec une pléiade de départs qui n’ont pas tous été compensés. Fabrice Landreau, qui a pris son temps pour recruter et former un nouvel effectif à base de joueurs plus expérimentés, s’est retrouvé à dix-huit pour les premiers entraînements de la saison. Mais ce retard à l’allumage a été compensé au fil des rencontres de préparation avec une défaite contre Suresnes (12-32) suivie de deux succès contre Limoges (38-35) et Nantes (47-21). Le Manager a dû reconstruire en grande majorité son effectif et les connexions ne se sont pas mises en place tout de suite. Ce qui peut expliquer une première mi-temps compliquée, avec la pression d’un premier match à domicile, lorsqu’on s’est sauvé de la relégation à l’ultime minute de la dernière journée. Mais ce Groupe, au-delà de ses qualités rugbystiques et de son tempérament, possède un sacré caractère. Il en a fallu pour ne pas sombrer à 0-23 et pour revenir mourir à trois points et décrocher un précieux bonus défensif devant le favori N°1 à la Montée qui a le plus gros budget de Nationale. Un groupe emmené par les deux ex-Tarbais Manu et Maninoa qui ont su montrer l’exemple et le bon chemin.

Rattraper les points perdus

La mêlée charentaise a dominé sa rivale drômoise et sa défense, malgré les trois essais encaissés en début de match, s’est bien reprise, notamment sur trois pénaltouches consécutives à cinq mètres. La puissance des Unionistes a mis à mal les Drômois en seconde période mais des approximations, des fautes et des ballons perdus en touche, n’ont pas permis à Cognac de renverser le match alors qu’ils était revenu 20-23 à l’heure de jeu. C’est donc en partie rassurés sur leurs bases et leur potentiel que les hommes de Landreau vont venir en Bigorre pour essayer de rattraper les points perdus à domicile lors de la première journée.

Les Tarbais devront répondre présents

Les Tarbais qui ont perdu en puissance et en expérience avec les départs d’Aulika, Bessonart, Maximin, Maninoa, Manu, Mamao, Méron et Stanaway, vont devoir affronter une équipe toujours aussi puissante renforcée par leurs anciens seconde et troisième ligne. La mêlée tarbaise, qui a fait plutôt bonne figure à Chambéry avec des pénalités partagées, devra confirmer devant une grosse mêlée charentaise. Tout commence devant et le pack bigourdan devra répondre présent pour offrir de bons ballons à ses trois-quarts. L’équipe tarbaise, elle aussi, a su faire preuve de caractère en Savoie pour ramener un précieux bonus défensif de ce déplacement à haut risque. Sa défense a su se montrer efficace et solidaire même si les Chambériens ont commis, à leur goût, beaucoup trop d’erreurs techniques. La touche sera aussi un des points à améliorer, car c’est peut-être sur ce dernier lancer perdu que s’est joué le sort de la rencontre alors que l’écart n’était que de deux points (19-17). Autre point à améliorer la discipline, car en plus du lancer perdu, les Tarbais ont concédé une pénalité de trop qui a porté le score final à 22-17.

Des détails à régler

Après deux sorties estivales en demi-teinte, les Tarbais, plus concentrés, plus investis, ont montré un tout autre visage et présenté un tout autre rugby. En plus de l’engagement et du combat, Fabien Fortassin confiait au quotidien local qu’il était « satisfait du contenu »… et « de la gestion des temps faibles ». Romain Terrain relevait à la fin de la rencontre « un manque de maîtrise durant nos temps forts. » Reste à régler des détails en mêlée, en touche, en discipline et à travailler les renvois. Car au bout du compte, sans ces renvois mal maîtrisés, qui ont permis aux Savoyards de reprendre le score à chaque rapproché bigourdan, il y avait de la place pour ramener plus qu’un point. Surtout dans un match avec beaucoup de rythme et d’intensité pour le premier match officiel de la saison. Mais aussi, beaucoup d’erreurs techniques des deux côtés, qui sont inhérentes à toutes les équipes lors du premier match de la saison.

Absences de Combier, Réal, Millet, Pees…

…entrées d’Erasmus, Coustallat, Dulucq, Oltmann

Par rapport à Chambéry, les Tarbais seront privés de Réal (fracture au pied), qui s’est blessé lors de la réception d’un coup d’envoi, de Pees (entorse), de Millet (ko) et de Combier (roulement). Ils sont remplacés par Coustallat, Oltmann, Dulucq et Erasmus qui font leur entrée dans le Groupe.

Compos tarbaise

1 Palisse, 2 Mondon (Cap.), 3 Filomeno, 4 Sajous, 5 Seuvou, 6 Saint-Guilhem, 8 Massyn, 7 Ricart, 9 Lhusero, 10 Fuertes, 11 Dumestre, 12 Vakacegu, 13 Alofa, 14 Duffau, 15 Trotta

Remplaçants : 16 Lamothe, 17 Erasmus, 18 Bousquet, 19 Coustallat, 20 Dulucq, 21 Berbizier, 22 Oltmann, 23 Duny, 24 Combier

Jean-Jacques Lasserre