Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Chambéry-Tarbes, ce vendredi à 19h00 au Stade Mager

vendredi 2 septembre 2022 par Rédaction
Le live avec scorenco

Ce Chambéry-Tarbes est le premier match programmé de cette troisième saison de Nationale qui devrait tenir toutes ses promesses des deux premières saisons. Toutes les équipes se sont renforcées et beaucoup ont changé, en partie, leurs staffs.

Le point de vue de Cyril Villain

Faire progresser les jeunes joueurs

Après une superbe saison le Manager, qui avait construit une belle équipe, va devoir tout recommencer après une intersaison agitée avec vingt-neuf départs à la clé. « On a fait un excellent début de saison et nos joueurs ont été contactés très tôt. C’est une satisfaction parce que ça veut dire que le club et le staff travaillent bien mais c’est aussi une déception car on voulait de la continuité et ce ne sera pas le cas cette saison. » Gerber, l’ouvreur et buteur sud-africain, est parti en cours de saison à Agen où il est resté. En tout sept joueurs ont rejoint des clubs de Pro D2, c’est dire la qualité de l’effectif du SOC qui ne conserve que seize joueurs de la saison dernière. Le club a choisi de rajeunir son effectif en recrutant quinze Espoirs de Top 14 et de Pro D2 sur ses vingt-deux arrivées. « Notre objectif est de faire progresser ces jeunes joueurs et de les garder pendant quelques années. » Malgré cet important turnover, le club avec ses 3 millions d’euros de budget, vise encore la qualification sans l’ambition de monter. « L’objectif est de faire aussi bien sportivement cette année. Avant d’aller chercher la Pro D2, il faut être prêt au niveau des infrastructures, de l’organisation. On va avoir un nouveau stade qui va être un pas important dans la construction du club. On veut viser chaque année les Phases Finales et quand on sera prêt, on ira chercher la Division supérieure. »

La continuité du jeu offensif

Outre le départ de nombreux joueurs, le club a dû pallier au départ de ses deux entraîneurs Mélé (Toulouse) et Brugnaut (Bourg-en-Bresse). Le choix s’est porté sur deux entraîneurs argentins Horacio San Martin (Espoirs Nevers) et Juan Pablo Orlandi (Espoirs Bayonne), qui sont deux ex-Pumas. « C’est un recrutement choisi et je suis très satisfait du travail mis en place sur les deux premiers matchs de préparation. » Un premier match perdu contre Valence-Romans (19-23) et un second largement gagné contre Dijon 36-0, avec cinq essais à la clé. Le match contre Aubenas a été annulé. « Maintenant, il faut attendre le Championnat pour voir ce que ça va donner. »  A priori Cyril Villain n’est pas trop inquiet, d’autant qu’il va s’appuyer sur les mêmes principes de jeu. « C’est dans la continuité du projet que j’ai instauré à mon arrivée, l’année dernière. On a conforté les bases de la conquête. Juan Pablo, de par son expérience de pilier droit, va beaucoup nous apporter sur les mêlées et sur la touche, parce qu’il a une bonne analyse sur la conquête aérienne. » Derrière, l’ancien centre des Pumas, va apporter sa grinta, sa rigueur et sa vista. « Avec Horacio, c’est la continuité du jeu offensif, dans le cadre de la saison dernière, d’équipe qui joue et qui correspond aux qualités individuelles des joueurs. »

Le choix de la jeunesse et de la progression

Sur les vingt-neuf départs, sept joueurs sont partis pour jouer au niveau supérieur, ce qui est un record pour un club de Nationale. Sur les vingt-deux arrivées, le staff a choisi onze joueurs, dont dix sont issus de la Formation de clubs de Top 14 (Clermont, Racing, Toulon) ou de Pro D2 (Oyonnax, Nevers, Montauban). « C’est une volonté parce qu’on veut mettre de la continuité et travailler avec joueurs qui sont réceptifs et avec qui on va travailler pendant quelques années, j’espère. Mon objectif, c’est de faire progresser ce Groupe, de le garder en majorité pour l’amener à maturité dans deux ou trois ans. » C’est le temps que ce donne le club pour monter en Pro D2. « Notre objectif, c’est de garder ce Groupe qui aura acquis la maturité et l’expérience, pour la montée. On a un Groupe assez jeune de vingt-quatre ans de moyenne d’âge et dans trois ans, ils seront prêts, on l’espère pour franchir l’étape supérieure. » A part Goneva, le SOC n’a recruté aucun grand joueur, misant plutôt sur des joueurs confirmés mais moins cotés. « A part Goneva, qu’on recruté pour amener son expérience et de la maturité, on a choisi des joueurs à forts potentiels que j’ai vu évoluer toute la saison et qui étaient très bons dans leurs clubs. J’espère qu’ils vont encore progresser, parce pour certains, ils ont une énorme marge de progression et qu’ils vont beaucoup nous amener. »

Un club en pleine évolution

 Cyril Villain est un bâtisseur, un créateur, qui aime faire progresser ses joueurs et développer des talents. « Ce qui m’intéresse, c’est de faire progresser un Groupe, c’est de faire progresser un collectif. Prendre un Groupe qui est déjà à maturité, ce n’est pas ma philosophie et ce n’est pas celle de Chambéry. Je préfère le travail au quotidien, pour faire progresser des jeunes joueurs qui sont à l’écoute, que d’avoir des joueurs, en bout de course, qui traînent un peu des pieds. » Le staff dispose d’un Groupe premier de quarante joueurs dont quinze Espoirs et seize anciens de l’an passé. « Notre objectif est d’amener les jeunes joueurs à avoir des contrats pros dans les deux ans et de rentrer dans le roulement des joueurs dès cette année. C’est un équilibre, avec un tiers de jeunes joueurs et deux tiers de joueurs plus expérimentés. » Le club n’arrête pas non plus de progresser avec un budget prévisionnel qui évolue chaque année et qui va dépasser les trois millions d’euros cette saison. Le Stade a été entièrement rénové par la Ville et la Région, avec un parking souterrain, une capacité d’accueil, portée de 1 200 à 5 000 places, dans deux tribunes de 2000 et 3000 places, avec dix loges, une boutique et une salle de réception modulable. Côté sportif, les joueurs disposeront de plusieurs salles, dont une de musculation, de quatre vestiaires et d’un nouveau Centre d’Entraînement. « C’est un club qui évolue, qui avance et qui se donne les moyens pour viser plus haut, avec patience, avec prudence et avec raison. »

C’est un plaisir d’évoluer en Nationale

L’ancien centre, qui a découvert le National l’an passé, se régale. « C’est un Championnat, franchement, qui est super intéressant, parce que tous les matchs sont disputés. J’ai trouvé que dans l’ensemble, malgré la pression des résultats, les équipes jouaient et prenaient des initiatives. C’est un plaisir d’évoluer dans ce Championnat. C’est un Championnat, je pense, qui prépare bien au niveau supérieur pour les équipes qui ont l’ambition de monter. Il y a aussi beaucoup de joueurs, de niveau supérieur, qui cherchent un niveau de compétition assez intéressant. Toutes les équipes sont quasiment professionnelles avec des staffs et des organisations qui se rapprochent, voire qui sont quasiment identiques à la Pro D2. » La Nationale, depuis sa création, a tenu les supporters en haleine jusqu’à la dernière journée, tant en haut qu’en bas du tableau, avec des surprises à chaque journée.  « C’est un super Championnat où il est difficile de faire des pronostics car les effectifs des équipes changent pas mal d’une année sur l’autre. Il y a des équipes qui sont en chantier et je me garderai bien de faire des pronostics. Je m’occupe avant tout de mon club et de mon équipe pour aller chercher une qualification. » Surtout que depuis la création de la Nationale il y a deux ans, les surprises ont été nombreuses. La première année, avec Nice et Narbonne qu’on n’attendait pas aussi performants et la contreperformance de Massy. La seconde année avec la révélation de Chambéry et la mauvaise saison de Bourgoin. « Chaque année, les cartes sont un peu rebattues, même s’il y a des clubs qui sont destinés à jouer le haut de tableau. Les débuts de saison sont difficiles. Les équipes ne sont pas toutes constituées en même temps et ne sont pas toutes prêtes en même temps, non plus. Il y a toujours beaucoup de surprises et je sais que ça va être un Championnat difficile. Chaque année, il y a une ou deux surprises sur le haut de tableau et il y a une ou deux équipes, qu’on n’attendait pas, qui sont en lutte pour le maintien, sur une partie du Championnat. »

On repart quasiment d’une page blanche

Chambéry, fait partie des équipes qui sont en reconstruction autour d’un noyau de seize joueurs de l’an passé, avec un pack à reconstruire autour de quatre joueurs du cinq de devant. « Oui, c’est un gros chantier, avec sept piliers sur huit. C’est une denrée assez rare sur le marché. Mais sur ce qu’on a vu pendant les matchs de préparation, c’est assez intéressant. La réalité du Championnat, nous dira si on est dans le vrai ou pas. » La saison exceptionnelle de l’an passé ne pèsera pas sur celle de cette année, compte tenu des nombreux changements intervenus dans l’équipe. « On repart quasiment d’une page blanche, avec un renouvellement important sur les hommes, mais le projet de jeu reste le même. Tout le monde est très motivé. Il n’y aura pas le relâchement qu’on aurait pu craindre avec le même Groupe. Tout le monde veut faire une bonne saison pour inaugurer notre nouveau Stade en étant dans le haut de tableau. Notre motivation devrait être supérieure à celle de l’année dernière », avertit Cyril Villain.

Ce ne sera pas un match simple contre Tarbes

L’an passé, Chambéry avait lancé sa saison par une éclatante victoire à Dax (9-19) alors qu’ils avaient plombé la saison précédente par une défaite à Aubenas (15-12). Les Tarbais, défaits l’an dernier (45-0) et vainqueurs (30-23) au match retour, sont attendus de pied ferme. Un match programmé le vendredi pour attirer un maximum de supporters. « L’année dernière, quand on jouait le soir, c’était de beaux succès d’affluence et on espère accueillir un public nombreux pour cette première journée. » Compte tenu du changement radical dans l’effectif, les Savoyards ne devraient pas prendre Tarbes à la légère. « Quand on joue à domicile, on a forcément plus de pression. Tarbes, comme toutes les équipes de la Poule, aura à cœur de commencer le championnat le mieux possible. C’est une équipe joueuse, qui n’était pas à sa place la saison dernière. On craint beaucoup Tarbes, on connaît ses qualités. Je sais que ce ne sera pas un match simple pour notre entame du Championnat. On devra être précis, rester concentrer pour faire un bon match de rugby pour démarrer par une victoire », précise le technicien.

Le Groupe chambérien possible

Avants : Lorenzon, Pertaia, Fernandes, Audoire, Primault, Brute de Rémur, Cerqueira, Astier, Witz, Guyot, Dance, Grenod, Lebian, Coignat

Arrières : Nocete, Dufau, Cilliers, Moreno, Sao, Pisano, Goneva, Mawalu, Hecquet, Dorrival

Tarbes avec ambition

Les Tarbais ont dû eux aussi remodeler, en grande partie, leur pack et leur staff avec Romain Terrain, le nouvel entraîneur des avants et Rémi Pourtau, le nouveau préparateur physique. Les matchs de préparation, avec un succès mitigé contre Fleurance (21-12) et une lourde défaite contre Blagnac (12-31), ont laissé les supporters sur leur faim. Le dernier entraînement dirigé contre la Section Paloise, à base de séquences de jeu intensives, d’attaques-défenses, de mêlées, de touches et de sorties de camp, ont apporté un peu plus de certitudes. Mais c’est à balles réelles en Savoie que les Tarbais seront jugés. A Chambéry, où ils sont tombés de haut la saison dernière, avec un 45-0 qui a longtemps plombé leur saison. Un acre souvenir qui devrait inciter les Tarbais à se resserrer, à être prêt au combat et présents dans les rucks, là où ils ont péché pendant les matchs de préparation. Les anciens, qui sont toujours là, auront à cœur de le rappeler aux nouveaux, si besoin était. Des Tarbais qui, comme la saison dernière avant leur déconvenue, s’étaient rendus sans complexe en Savoie, après leur courte défaite (24-23) de la saison précédente. D’autant plus qu’un coup semble possible contre une équipe, renouvelée aux deux-tiers, qui n’aura peut-être pas eu le temps de peaufiner son jeu et sa conquête. Pour autant, avec une courte défaite contre Valence-Romans (19-23) et un large succès contre Dijon (36-0), les Savoyards semblent avoir trouvé une bonne carburation. Partis en bus jeudi matin, les Bigourdans feront la mise en place vendredi matin avec un Groupe élargi de vingt-six joueurs.

Des Bigourdans pratiquement au complet, à l’exception d’Erasmus, de Paulet, qui sont préservés, d’Oltmann (paternité), des recrues Espoirs, Farrance, Nel, Coustalat, Leshkasheli, Estaque et de Dulucq.

Un Groupe tarbais de vingt-six joueurs

Avants : Duny, Filomeno, Tchitchiashvili, Combier, Palisse, Mondon, Lamothe, Seuvou, Saint-Guilhem, Sajous, Bousquet, Réal, Ricart, Mansieux, Massyn,

Arrières  : Lhusero, Millet, Fuertes, Berbizier, Pees, Alofa-Alofa, Vakacegu, Cantan, Dumestre, Duffau, Trotta

Les rescapés des deux équipes

Onze des tarbais, présents dans le Groupe, (Mondon, Lamothe, Duny, Palisse, Sajous, Ricart, Réal, Millet, Berbizier, Pees), ont vécu l’humiliation de l’an passé, alors que Dumestre n’était pas du voyage.

Du côté savoyard, huit joueurs (Lorenzon, Brute de Rémur, Primault, Coignat, Guyot, Nocete, Moreno, Hecquet), sont toujours dans le Groupe.

J-J Lasserre