Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Tarbes-Bourgoin, dimanche à 15h00 à Trélut

dimanche 16 janvier 2022 par Rédaction

Score Final Tarbes 19 Bourgoin 12 (MT 9-6)

Un match capital pour les deux équipes

C’est un match capital dans l’optique du maintien entre deux équipes qui sont à la recherche de points et qui sont pratiquement au coude à coude au classement. La dynamique semble du côté des Berjalliens qui ont inscrit 15 points lors de leurs sept dernières sorties et qui restent sur un succès à domicile contre Aubenas. Les Tarbais, dans le même temps, n’ont marqué que 4 points (avec un match de moins à Valence-Romans) et ils restent sur une série de cinq défaites consécutives, sur des scores parfois très lourds. Les Bigourdans ont déjà perdu à trois reprises à Trélut et restent sur deux larges défaites contre Suresnes et Blagnac. 

Bourgoin doublement revanchard

Les Berjalliens sont doublements revanchards. D’abord d’un point de vue sportif puisqu’ils se sont inclinés 22-24 après avoir été menés 9-21 à la mi-temps. Mais aussi sur un plan éthique, car ils ont en travers de la gorge les points de pénalités retirés pour la licence de leur capitaine Cotte qui n’avait pas été mise à jour. Alors que les Berjalliens avaient été chercher le point du bonus défensif, la FFR leur a retiré deux points administratifs et en a donné un à Tarbes. Soit le différentiel de trois points qui sépare les deux équipes au classement. Sans cette sanction, jugée injuste, Bourgoin (23 points) serait à égalité avec Tarbes (26 points. De quoi motiver un peu plus des Berjalliens qui entendent profiter de la mauvaise passe tarbaise pour imiter Suresnes et Blagnac, qui se sont récemment imposés à Trélut. D’autant que les Berjalliens disposent des armes pour battre des Tarbais en plein doute. Leur conquête est assez bonne, avec une mêlée dominatrice, qui leur permet de marquer par leurs buteurs ou sur des ballons portés après pénaltouche. Le combat ne leur fait pas peur, c’est dans leur ADN, et ils ferrailleront dans tous les rucks pour récupérer des ballons ou des pénalités. Les Berjalliens, hormis à domicile contre Massy (6-35) et Albi (10-23), à Dax (41-9) et à Soyaux-Angoulême (30-10), sont plutôt accrocheurs. Ils ont montré aussi qu’ils pouvaient battre des équipes du haut du classement comme Chambéry (20-18) et Valence-Romans (24-22). Le CSBJ est confiant en son avenir puisqu’il vient de prolonger trois de ses cadres De Klerk, Cotte et Lee.

Les Tarbais dos au mur

Avec trois défaites à Trélut contre Nice, Suresnes et Blagnac, les Bigourdans se retrouvent dos au mur et ne peuvent plus se permettre de perdre à domicile. D’autant plus contre un adversaire direct pour le maintien. Avec ses cinq lourdes défaites consécutives, dont deux en Bigorre, Tarbes ne fait plus peur à personne. C’est devenu une proie facile pour ses adversaires qui visent contre eux, le bonus à domicile ou la victoire à l’extérieur. A l’instar des déclarations de Fabien Fortassin à la Presse, Tarbes est désormais considérée comme « une petite équipe, avec de petits joueurs et de petits entraîneurs, » contre qui, on peut prendre des points facilement. Une nouvelle défaite leur donnerait raison et enfoncerait encore plus des Tarbais au trou physiquement et moralement.

Logique mais pas normal

Du jour au lendemain, ou plus précisément, du 24 octobre 2021 (18-57 à Cognac) au 7 janvier 2022 (40-7 à Soyaux-Angoulême), les Tarbais ne sont pas devenus mauvais et bons à jeter aux orties. Ce sont les mêmes qui occupaient la cinquième place au soir de la huitième journée ! Derrière, à l’exception de Juniver, ce sont les mêmes joueurs et devant, l’effectif s’est renforcé qualitativement. Or l’an dernier, cette équipe avait battu tous les « Gros », à l’exception de Narbonne et avait fait match nul contre Nice, avec les mêmes entraîneurs et les mêmes joueurs, à l’exception de Combier, Duny, Erasmus, Maninoa, Maximin, Sajous, arrivés à l’intersaison. Malgré tout, Tarbes possède toujours un effectif, largement inférieur quantitativement, de 21 joueurs pros, en l’absence de Prétorius qui n’a toujours pas repris. Un effectif encore renforcé cette saison par 12 Espoirs (Lamothe, Palisse, Saint-Guilhem, Mansieux, Agueb, Parrou, Réal, Cantan, Croquet, Dufau, Dulucq, Millet). Noël, 10 matchs/4 titularisations et Hourclé, 7 matchs/6 titularisations, l’an dernier, n’ont pas joué de cette saison. En comparaison, Bourgoin a aligné 33 pros, renforcés par 5 Espoirs… Cependant, si perdre à Chambéry, (version 2022), à Albi et à Soyaux-Angoulême, est logique prendre des scores fleuves (45-0, 32-6, 40-7) et encaisser seize essais pour un seul rendu, ce n’est pas normal pour une équipe du statut de Tarbes. Ce n’est pas normal non plus de perdre sur sa pelouse contre Suresnes (30-40) et contre Blagnac (10-20), deux équipes de « même catégorie », sans prendre de bonus défensif. Ce n’est pas normal non plus que Tarbes, soit la seule équipe à n’avoir aucun bonus défensif. Dax, avec le même nombre de défaites, a pris cinq bonus défensifs, tout comme Bourgoin l’a fait à Dijon, à Nice, à Suresnes, à Blagnac et contre Tarbes.

Un match à quitte ou double

Le Président Terré et Fabien Fortassin, ont eu beau essayer de dédramatiser la situation sur « Actus Rugby », ce match contre Bourgoin est capital, même s’il restera douze matchs derrière, en comptant le match en retard à Valence-Romans. Les deux hommes l’ont compris, puisque l’équipe restera ensemble à l’hôtel la veille de la rencontre, malgré une bourse aux cordons très serrés. L’heure est donc grave, même si l’entraîneur assure dans cet article, que « ce n’est pas un match à la vie à la mort ». Les Tarbais vont enchaîner deux matchs avec le couteau sous la gorge, deux matchs à quitte ou double pour leur avenir. Perdre contre Bourgoin, serait se mettre une pression terrible contre Aubenas la semaine prochaine. Si les Tarbais ne battent pas ces deux adversaires directs de bas de tableau, ils seront au plus mal mentalement et au classement. Dans ce cas, on ne voit pas comment, les Tarbais pourront prendre des points à Dijon (29 janvier), contre Massy (20 février), deux fois contre Valence-Romans (13 mars et 17 avril), à Nice (27 février), contre Cognac (6 mars), à Dax (13 mars), contre Chambéry (27 mars), à Suresnes (3 avril), à Blagnac (27 avril) et contre Albi (8 mai). Et ce contre des équipes qui défendront leur peau ou qui joueront pour la montée.

Manu, Dumestre, Paulet, absents, retours de Bessonart, Maximin, Rubio

Les Tarbais ont leur destin en main et il commence ce dimanche à 15h00. Pour cela il leur faut absolument culbuter Bourgoin pendant plus de 80 minutes. Il faut prendre les Berjalliens à la gorge et ne plus les lâcher jusqu’au coup de sifflet final. Malgré les absences de Manu et Paulet, sur blessures, et de Dumestre (positif), l’équipe a belle allure avec les retours de Bessonart, de Maximin, de Rubio et de Dufau, absents en Charente. Le staff a effectué cinq changements dans le Groupe, avec les retours de Bessonart, Maximin, Rubio, Dufau et Millet, qui remplacent Palisse, Manu, Dumestre, Paulet et Dulucq et huit changements dans le quinze de départ. Bessonart, Aulika, Maximin, Ricart, Lhusero, Dufau, Rubio et Oltmann débutent le match alors que Duny, Erasmus, Saint-Guilhem, Croquet, reviennent sur le banc.

Compos : 1 Bessonart, 2 Mondon, 3 Aulika, 4 Maninoa, 5 Maximin, 6 Réal, 8 Ricart, 7 Méron (Cap), 9 Lhusero, 10 Berbizier, 11 Dufau, 12 Pees, 13 Stanaway, 14 Rubio, 15 Oltmann

Remplaçants : 16 Lamothe, 17 Erasmus, 18 Sajous, 19 Saint-Guilhem, 20 Millet, 21 Cantan, 22 Croquet, 23 Duny

Jean-Jacques Lasserre