Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Débrief Blagnac avec Fabien Fortassin

mercredi 15 décembre 2021 par Rédaction

On est en manque de confiance

« Blagnac a fait son match parfait à l’extérieur. Bonne défense, un jeu d’occupation beaucoup plus efficace que le nôtre. Le gagne terrain a fait que, on a joué un peu en reculant par moment. Ils ne se sont pas emmerdés. Jeu au pied droit devant dans les espaces. Ils ont été efficaces. Le peu de fois où ils viennent chez nous ils marquent. On court après le score et on n’arrive pas à les rattraper, » constate amèrement l’entraîneur bigourdan. « Il y a de la déception, parce que les Garçons avaient fait une bonne semaine. Je suis déçu, vraiment déçu, qu’ils ne se soient pas récompensés. On est en manque de confiance, ça s’est vu en première mi-temps. Il faut savoir où c’est qu’on se trompe, savoir ce qu’est ce qu’on peut faire de mieux pour améliorer tout ça. » Fabien Fortassin constate : « Il y a un mois et demi, on était les meilleurs et d’un coup, on n’est pas devenu moche, on n’est pas devenu les plus vilains. On a besoin d’apprendre et on apprend encore. »

On ne sait pas jouer dans des conditions hivernales

Les Tarbais, parfois flamboyants par beau temps, n’arrivent pas à s’adapter en cas mauvaises conditions météos malgré un pack qui a tout, physiquement, pour tenir la route en hiver. « Il ne faut pas oublier que la saison dernière, les matchs d’hiver il y en a eu peu. Le championnat avait coupé et au mois de décembre, on n’a pas joué. On découvre ces conditions et on se rend compte qu’on ne sait pas jouer dans ces conditions hivernales. L’an dernier, on joue deux matchs sous la neige (à Massy et contre Narbonne) et on n’avait pas existé dans ce jeu d’occupation. On a une équipe et on a des joueurs qui ont le profil pour mettre de la vitesse et du rythme. Dès, qu’on est contré là-dessus, malheureusement, on n’arrive pas à avoir une autre manière de jouer. La manière que peut avoir Blagnac, simplement, occuper, défendre, occuper, défendre, rester discipliné. Sur cette façon là de jouer, on n’est pas encore invité. Sur du jeu de vitesse on l’a vu, par moment, on a essayé sur des séquences longues, de tenir le ballon mais on manque d’efficacité. On se rend compte que des fois pour gagner au rugby, il ne faut rien faire, il faut mettre des longs shoots devant, être en place, gagner ce duel d’occupation, d’efficacité bien sûr. C’est une autre manière de jouer et de gagner. Il y a maintenant beaucoup d’équipes qui s’appuient là-dessus. Les équipes anglo-saxonnes utilisent ce jeu là. Nous, pour l’instant, on ne sait pas le jouer. On va peut-être s’entraîner là-dessus. Peut-être que nous aussi, on n’a pas assez insisté sur ça. »

On a souffert de la comparaison

Joueur, Fabien Fortassin maîtrisait toutes les formes de jeu au pied, direct, indirect, rasant, petit par-dessus, passe au pied, chandelle, drop… Entraîneur, il est surtout porté sur le jeu à la main où il excellait aussi pour lancer sa ligne d’attaque. Sa philosophie de jeu, est axée sur la vitesse et le mouvement du ballon, plus que sur un jeu au pied d’occupation.  « A la base, on a essayé d’adapter notre plan de jeu par rapport au profil des joueurs qu’on avait. On a des joueurs qui sont quand même plus portés sur la vitesse et sur le mouvement du ballon. Après, on a essayé de remédier à ça, avec un peu plus de jeu au pied, comme ça a été le cas par moment mais on a souffert de la comparaison avec les Blagnacais. » Lhusero, Pees, Dumestre, Rubio, Berbizier, ont prouvé par le passé, qu’ils savaient jouer un jeu d’occupation quand les circonstances l’exigeaient. Avec en plus un Oltmann qui apporte sa puissance et sa longueur, les Tarbais ont aussi les moyens d’être efficaces dans un jeu restrictif, c’est une question d’état d’esprit.

Jean-Jacques Lasserre