Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

La santé publique va mal

jeudi 28 octobre 2021 par Rédaction

Le groupe d’action Bigorre Insoumise et Populaire a organisé une conférence de presse pour évoquer la situation de la santé publique dans notre département et d’annoncer une initiative locale avec intervenants nationaux à ce sujet en novembre.

Le groupe d’action Bigorre Insoumise et Populaire est composé de groupes d’actions de Tarbes, de Lannemezan, de Lourdes et des alentours de Tarbes qui a pour objectif d’être de plein pied dans l’actualité locale, de faire avancer des thématiques qui leur tiennent à cœur comme la réduction des inégalités jusqu’à l’écologie en passant par le respect du développement des services publics.

Le thème de cette conférence de presse était la santé : « Nous rentrons dans une période électorale et le sujet de la santé est la première préoccupation des citoyens français « , a indiqué José Navarro.

Le président du conseil scientifique a sorti tout récemment un rapport qui dit que l’hôpital public et la santé publique sont en grande difficulté, il y a beaucoup d’emplois vacants dans de nombreux secteurs, avec 20% de lits d’hospitalisations fermés. Il y a une problématique de recrutements de personnels et de moyens.

Pour le groupe d’action, « nous payons là le prix d’une politique menée depuis plus de 30 ans avec 103 000 lits fermés ces 25 dernières années au niveau national. Des politiques qui n’ont vu la santé que comme un coût au lieu de répondre aux besoins de santé des populations » .

Au niveau local ça recoupe les mêmes données avec plus de 180 lits en moins sur le département.

« Localement, nous portons le sujet de l’hôpital unique, l’hôpital inégalitaire, une politique de restrictions des moyens, du nombre de lits.

Jamais personne n’a évoqué la question du nombre de lits qui vont être impactés. On parle toujours de gros sous, comme E. Macron qui au détour d’une étape du tour de France vient mettre sur la table 210 M€. Et quand on évoque la question des moyens et de ce que va être cet hôpital, pas de réponse.

Quand nous lisons que Michel Pélieu parle de ces 210 M€ et qu’il dit il faut aller très vite et donne en exemple que les Chinois sont capables de construire un hôpital en une semaine, nous trouvons qu’à ce niveau argumentaire nous avons du souci à nous faire.

Nous voudrions que ce sujet soit au centre de la campagne électorale, c’est un besoin crucial et vital pour les populations. Il est inadmissible que le sujet de la santé ne soit pas abordé de manière la plus libre et la plus large possible. Nous demandons que le débat s’ouvre enfin et que les décisions ne soient plus prises dans le dos des citoyens. Nous avons recueilli 12 000 signatures contre l’hôpital unique.

Ce n’est pas parce que l’on aura un hôpital tout neuf et ripoliné que l’on aura la réponse aux besoins des populations, la réponse se trouve avec les hôpitaux de proximité qu’il faut moderniser et leur donner les moyens.

Dans ce département la population vieillit et nous avons besoin de structures de santé qui soient au plus proche et non éloignées. Il faut mettre les citoyens au cœur du sujet ».

Le 30 novembre,le groupe d’action Bigorre Insoumise et Populaire organisera une initiative publique à la bourse du travail avec la venue de personnes qui connaissent de très près la problématique de la santé et notamment la problématique des urgences, comme Christophe Prudhomme, président de l’association des médecins urgentistes de France. « Notre volonté est de faire de ce 30 novembre une initiative locale avec un parlementaire impliqué sur les questions de santé. Nous espérons casser ce carcan sur la question de la santé publique et de l’hôpital unique, que les citoyens s’en emparent et que l’on exige que des politiques de santé dignes de ce nom soient menées dans notre territoire et partout dans ce pays ».

Pour le groupe d’action Bigorre Insoumise et Populaire, la fermeture des urgences est un véritable scandale, avec les urgences de Bagnères de Bigorre qui sont fermées le soir, celles de Lourdes qui fonctionnent difficilement, on se retrouve avec les urgences de Tarbes qui sont totalement dépassées avec des personnels soignants qui sont confrontés à des marées humaines.

Nicole Lafourcade

Lire le rapport 2021 de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques


titre documents joints

28 octobre 2021
info document : PDF
8.2 Mo