Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Cognac-Tarbes, samedi à 16h00, (huis clos, retransmission vidéo)

samedi 6 mars 2021 par Rédaction


Lien pour la retransmission vidéo : https://fr-fr.facebook.com/ucs.rugby/

Tarbes-Cognac, c’était le dernier match avec public mais aussi le dernier match avant le confinement et la reprise, le 10 janvier à huis clos. Un match Aller correct mais avec des chocs violents, qui ont coûté la saison à Prétorius et à Ricart, qui ont dû se faire opérer. Sharahidze, Hay, Sordia et Ramoka, à Cognac, étaient aussi sortis sur blessures. Ramoka a fait son retour seulement à Albi. Les Tarbais, dominés en mêlée, étrillés dans les rucks et mis à mal sur les ballons portés, avaient bénéficié des échecs des buteurs charentais, pour conserver un match nul bien payé, grâce à une défense énorme.

Le point de vue des entraîneurs et les compos

Fabrice Landreau : On s’attend à un match très difficile

Un match de reprise n’est jamais facile à appréhender pour l’équipe qui reçoit, surtout quand on sort d’un exploit à Albi et qu’on reçoit une équipe comme Tarbes, qui n’a pris qu’un point à l’extérieur. « Encore une fois, à Albi, c’est une victoire de prestige. On est bien conscient que le match retour contre Albi, ce ne sera pas la même chose. Il faudra mettre le casque à pointe. On sait qu’on est capable du meilleur, comme du pire. » D’autant, qu’en récompense les joueurs ont eu une semaine complète de repos. Mais le technicien charentais ne fera pas l’erreur de mésestimer une équipe tarbaise qu’il tient en haute estime. « On sait que Tarbes, c’est une équipe de jeunes joueurs qui ne lâchent rien. C’est une équipe rugueuse, qui est très solide, qui a d’excellents joueurs, et qui, pour moi, joue très bien au rugby. On s’attend à un match très, très, difficile. On sait, que si on ne met pas les bons ingrédients, ce sera compliqué. Donc, on va déjà travailler le psychologique pour essayer de bien respecter cette équipe de Tarbes. Après, on verra comment on est. Si on arrive à retrouver les automatismes ou pas, si on a vraiment la motivation nécessaire pour aller gagner nos duels, pour prendre le score, pour gagner l’occupation, avoir la possession de la balle, mettre en place nos systèmes. » Des ingrédients simples mais indispensables pour emporter un match de rugby mais qui ne sont pas toujours au rendez-vous, même si les joueurs sont avertis. « Après, avant un match, on ne sait jamais l’état d’esprit qu’on va avoir. C’est pour ça, que cette équipe de Tarbes, on la redoute. On ne sera pas une équipe naïve ! » D’autant que Fabrice Landreau va leur rappeler le match Aller. « Je me souviens, qu’à cinq minutes de la fin, on ne savait pas qui allait gagner. C’était un très gros match, très engagé physiquement. Il y avait des chocs très violents, je me souviens notamment du talonneur Prétorius qui était sorti ko. On était venu à Tarbes pour s’étalonner parce qu’ils avaient battu les meilleurs. Pour nous, le fait d’y avoir fait un match nul, c’était déjà un exploit. » Un témoignage humble, le même qu’à la fin du match, alors que son équipe aurait dû l’emporter. « Oui, Debladis manque la pénalité de la gagne, face aux poteaux, mais c’était dans ce contexte. Mais nous, on redoute vraiment ces Tarbais et on sait que ce ne sera pas facile. »

Dix-neuf des vainqueurs d’Albi reconduits

Fabrice Landreau aligne du lourd contre Tarbes avec ses deux puissants centres Ramoka et Lotawa, et un pack d’avants très solide, avec Davetawalu en huit et Lavetanakoroï, en seconde ligne à côté de l’inamovible Praud. Dix-neuf des vainqueurs d’Albi sont reconduits. Sordia, Vunisa, Gateau, Chabeaudie, sont remplacés dans le Groupe par Bidegain, André, Hay, Sharashidze. C’est une équipe solide, puissante, conquérante, preuve que les Tarbais sont pris au sérieux.

Par rapport au match Aller le staff a effectué six changements devant. Aho, Chabeaudie, Campergue, Gateau, Sordia, Zubizarreta, sont remplacés par Vatubua, Hyggonet, Prudhon, Dawatawalu, Pages, Bidegain.

La compo

1 Vatubua, 2 Gau, 3 Shararidze, 4 Praud, 5 Hay, 6 Deccuber, 8 Dawatawalu, 7 Pages, 9 Berger (cap.), 11 Lefort, 12 Ramoka, 13 Lotawa, 14 André, 15 Dospital

Remplaçants : 16 Mamou, 17 Prudhon, 18 Lavatenakoroï, 19 Bidegain, 20 Billou, 21 Debladis, 22 Duhourquet, 23 Hyggonet

Les Tarbais sans pression

Les Tarbais se rendent en Charente l’esprit libéré, (puisqu’il n’y aura pas de relégation cette saison), avec l’espoir de ramener un second bonus défensif. Malgré les avertissements de Landreau, les Charentais, qui restent sur un exploit retentissant à Albi, sont peut-être bons à prendre. Ils sont peut-être encore sur leur nuage et leur domination, au match Aller, peut les inciter à sous estimer, même inconsciemment, une équipe tarbaise qui n’a pris qu’un point en déplacement. D’autant que sur les réseaux sociaux du club, beaucoup de supporters espèrent une victoire bonifiée. De plus les joueurs de l’UCS, qui ont eu une semaine complète de repos, auront peut être du mal à retrouver du rythme et des automatismes en début de rencontre.

Fabien Fortassin : On joue encore une grosse équipe

Fabien Fortassin porte Cognac en très haute estime. « C’est une grosse équipe, pour moi, c’est un des favoris potentiels pour les demi-finales. Ils auraient dû nous battre ici et ils ont battu Albi. On joue encore une grosse équipe avec des absents (Gigauri, Réal) et des blessés (Méron, Aulika, Paulet) et on espère, surtout, ne pas ramener de casse. On est déjà sur les rotules et on est obligé d’aller piocher chez les Espoirs, avec le jeune Mansieux. Et si on ramène un point, on sera très content. Pour nous, le match important, c’est Suresnes. » Pour Fabien Fortassin, passer plus de cinq heures dans le bus avant le match, n’est pas forcément un handicap. « J’ai fait des matchs où on partait la veille en avion avec une nuit à l’hôtel et on était nul. Et j’ai fait des matchs, où on partait le jour même en bus et on ramenait une victoire. Il n’y a pas de vérité. »

Absences de Méron, Gigauri, Réal, retour de Vigne, débuts de Mansieux

Les Tarbais, qui avaient souffert devant au match Aller, seront privés de Méron (cheville), de Réal (suspension un match), de Gigauri (sélection), de Aulika (en reprise) mais ils récupèrent Vigne (suspension purgée) et Taputaï (choix). Derrière, à part Paulet (reprise), tous les trois-quarts sont disponibles. Le staff a effectué cinq changements, par rapport au Groupe de Dax, avec les sorties de Palisse, Gigauri, Réal, Tolofua, Cantan, remplacés par Lopez, Vigne, Taputaï, Mansieux et Juniver. Florian Mansieux, le capitaine des Espoirs, va faire ses débuts avec le Groupe premier, puisqu’il n’avait pas été retenu pour les matchs de préparation.

Par rapport au match Aller, le staff a effectué six changements, dont cinq devant. Prétorius, Aulika, Méron, Tolofua, Ricart, Paulet, sont absents. Ils sont remplacés par Perez, Reynaud, Hourclé, Taputaï, Mansieux, Mamao. 

La compo

1 Perez, 2 Reynaud, 3 Zabala, 4 Hourclé, 5 Taputaï, 6 Noël, 8 Manu, 7 Saint-Guilhem, 9 Lhusero, 10 Pees, 11 Oltmann, 12 Stanaway, 13 Mamao, 14 Dumestre, 15 Berbizier

Remplaçants : 16 Lamothe, 17 Bessonart, 18 Vigne, 19 Mansieux, 20 Millet, 21 Rubio, 22 Juniver, 23 Vial

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre