Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Grand Tarbes : un débat calme et serein au conseil communautaire

samedi 28 mars 2009

C’est dans un climat calme et serein que s’est déroulé, hier soir, le Conseil Communautaire du Grand Tarbes alors que nous aurions pu imaginer des sujets chauds.

Tout débute par une proposition de motion de Yannick Boubé contre le barrage de l’Ousse. Après avoir exposé les motifs (voir projet pdf), Gérard Trémège confirme les propos de Yannick Boubé. « C’est un problème pour les communes de Aureilhan et Orleix » précise-t-il. Il explique « l’inadéquation entre les prélèvements d’eau et les besoins » notamment pour la maïsiculture. Pour lui il existe deux solutions :
• Recourir aux lacs de montagne par un contrat avec EDF notamment pour les lacs Bleu et de Gréziole.
• Faire des retenues d’eau le plus en amont possible

« Il manque 5 millions de m3 d’eau ». Il note également les conséquences de ces lacs créés par des digues. « Cela implique d’inonder 115 ha… » et donc le gel de terres agricoles mais aussi l’urbanisation et la modification des milieux naturels même si nous avons connu des cas de réussite comme le Gabas.

Pour Guy Dufaure qui se dit solidaire, en tant que conseiller général il annonce clairement un double langage. Celui du maire et celui du conseiller général qui estime qu’il est « nécessaire de garder l’eau pour la redistribuer » sans beaucoup se soucier des autres préoccupations. Pour lui, « il faudra trouver des solutions… Il faut créer des bassins de retenue ». En somme, pas ici mais chez le voisin, ce sera toujours mieux. C’est ce que relève le maire de Bordères, « choisir d’autres lieux ». Et Yannick Boubé de ressortir un vieux projet de prélever dans le gave de Pau depuis Lourdes pour passer dans l’Echez. Pour Guy Dufaure, « il y a eu un débat au Conseil Général, sur les transferts. Ça ne marche pas. Ce sont des solutions totalement abandonnées ». Les Lourdais peuvent donc être rassurés. Il confirme « la nécessité de créer des réserves d’eau en amont ». Pas très original et manifestement la solution de facilité.

La solution viendra de Jean-Claude Piron qui réunira prochainement la commission environnement sur le sujet « pour donner nos solutions » tout en estimant qu’il faudra certainement réfléchir aux modes d’utilisation de l’eau en aval et pourquoi pas aux modes de cultures.

La motion est finalement adoptée à l’unanimité avec un additif proposé par Gérard Trémège concernant les observations de Jean-Claude Piron.

La motion

-Dans une communication, Guy Poeydomenge présente le choix du traitement des déchets. Pour lequel le Conseil Général a pris de nouvelles orientations. Ce sera un traitement mécano-biologique qui aura la faveur de l’assemblée départementale au détriment de l’incinération. C’est au Conseil Général de donner l’orientation et d’établir un plan départemental pour les environs de 2013.

- La subvention à l’association CRESCENDO, pépinière d’entreprises, avait été l’objet de quelques oppositions lors du vote du budget. Pour le vote de la subvention, Emmanuel Dubié, directeur de l’association, est venu présenter le projet et expliquer les raisons qui ont conduit la pépinière à choisir l’acquisition de locaux sur le site de l’Arsenal plutôt que la ZAC. Des problèmes de coût et de facilité technique (un laboratoire est déjà aménagé ainsi que des moyens de traitement des eaux opérationnel). Actuellement la pépinière ne peut recevoir que 10 entreprises alors qu’il y a une demande forte mais aussi une concurrence des autres départements. La capacité pourra être portée à 32 entreprises. Nous apprenons que Nantes tentait de « débaucher des jeunes entreprises tarbaises ». La concurrence est rude pour maintenir dans le département des jeunes entreprises. Finalement la subvention est votée à l’unanimité (voir ci-dessous dossier pdf)

La TPU (traduisez par Taxe Professionnelle Unique) a fait l’objet d’une légère hausse à la demande de Guy Dufaure pour ne pas faire porter aux seuls ménages l’effort financier en temps de crise. « Que les entreprises y participent » précise-t-il. D’autres élus font remarquer, comme Laloubère, que le taux d’augmentation pour les ménages est de 0%. Ou encore, que « les entreprises subissent la crise » (F.X. Brunet). Après discussion, le taux passera de 18,87 % à 19.04 % ce qui fera un produit supplémentaire de 120 384 Euros.

Une trentaine d’autres points ont été abordés faisant tous l’unanimité. Une interrogation existe quant à la convention d’affaire DECIELEC qui fait l’objet d’une subvention. Des problèmes d’accueil des gens du voyage ont été abordés notamment pour les « grands passages » sur la gravière d’ASF qui a coûté à l’agglomération 14 000 Euros de dégâts. Il a été noté que la Préfecture devait faire des propositions de terrain.

Texte et photos Louis Dollo

_[bleu]Mis en ligne samedi 28 mars 2009[/bleu]