Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

TPR : Retour sur le match de préparation à Dax

mardi 22 décembre 2020 par Rédaction

Du jeu, du rythme, de l’intensité, des essais et des tampons…

Les entraîneurs pouvaient être satisfaits de ce match de préparation après un mois et demi sans jouer. Les joueurs ont répondu présent dans le combat et le défi physique et ont respecté les consignes qui étaient d’envoyer du jeu et de courir, avec la complicité tacite de M. Caballero. Celui-ci, à la demande des entraîneurs, a laissé le jeu se dérouler au maximum en occultant les fautes qui ne nuisaient pas à l’esprit du jeu. Ce qui déboucha sur une continuité de jeu avec de longues séquences, qui se prolongeaient encore plus, en cas de récupération de balle. Les deux équipes ont mis beaucoup de vitesse dans les prises d’intervalles et d’intensité dans les contacts. Chaque équipe a eu sa mi-temps où plutôt sa demi-heure. Les Tarbais ont confisqué le ballon pendant les vingt-six premières minutes et ont inscrit quatre essais. Les Dacquois ont alors pris le jeu à leur compte jusqu’à cinquantième minute en marquant trois essais, dont deux durant le carton jaune d’Aulika. Les trente dernières minutes furent plus équilibrées et chaque équipe aurait pu marquer et réussir le ko en fin de match. Mais aussi plus heurtées, avec des fautes et des pertes de balles, liées à la fatigue et à un manque de lucidité, après cinquante minutes de jeu continu. D’autant que les défenses ne s’écartaient pas et distribuait de beaux cartons, qui ont laissé des traces.

Des absents et des retours des deux côtés

Les entraîneurs ont mixé leurs équipes avec des Espoirs et ont fait tourner une trentaine de joueurs (28 à Dax, et 29 à Tarbes). Par rapport au match de championnat, cinq joueurs (Dias, Hollet, Bidau, Faitotoa, Lespiaucq) étaient absents à Dax, qui alignait neuf nouveaux joueurs, dont leur maître à jouer Berchesi (suspendu contre Tarbes), Lomidze, l’international georgien (blessé jusqu’ici), Delaï, l’ex-international fidjien, et les habitués des feuilles de matchs, Resende, Guatuing, Dechavanne, qui étaient absents sur blessures contre Tarbes. Les Tarbais, par rapport à la dernière rencontre, étaient aussi privés de quatre joueurs (Prétorius, Méron, Ricart, Tolofua) et enregistraient les retours de Vial, Gigauri et Réal. Stanaway était absent, mais suspendu, il n’avait pas disputé le premier match. Taputaï, souffre toujours d’une aponévrose plantaire, mais il pourrait reprendre en janvier. Parrou, en pleine période de partiels et qui revient de blessure, a été ménagé. 

 

Stéphane Barberena : C’est tout bénéfice pour eux et pour nous

L’entraîneur dacquois est déçu, car en plus de la défaite, il regrettait l’entame complètement ratée de ses joueurs. « On râle toujours un petit peu de perdre à la maison de deux points mais on les avait battus en championnat de deux points où ils auraient pu faire un nul. Mais on râle surtout des deux visages qu’on a montrés aujourd’hui. Quand je vois les trente premières minutes où on est à 26-3, je me dis ce n’est pas possible, on va en prendre cinquante ! On n’a pas mis les ingrédients ! « La réaction de ses joueurs et le fait de pouvoir rejouer un match de rugby rendaient le sourire à l’ancien pilier. « Après, je suis très satisfait de ce qu’on a vu. On a deux ou trois occasions franches en deuxième mi-temps pour marquer et repasser devant pour remporter le match. On ne le fait pas mais ceci n’est pas grave parce qu’on va se servir de ça. Mais on est surtout content, je pense Tarbais et Dacquois, d’avoir pu tous rejouer au rugby. Je crois que c’est essentiel et on est vraiment content de ça. On va aussi se servir de ces cinquante dernières minutes positives pour préparer, début janvier, la venue de Bourgoin. En corrigeant ce qui n’a pas été en début de match, là où on a pris, des rafales de Tarbais pendant une demi-heure. » Mais comme l’avait souhaité Stéphane Barberena les joueurs ont beaucoup couru. « Je pense que nous, culturellement, on a une équipe qui joue un peu plus peut-être que celle de Tarbes, qui est plus dense que la nôtre et qui est un peu plus portée su le jeu d’avants. Mais pour eux, comme pour nous, c’est le type de match qui va nous faire extrêmement de bien. Nous, ça nous permet de pouvoir les défier sur les extérieurs, puisqu’ils sont plus denses que nous. Et eux, pour améliorer leur rugby, ils ont encore plus joué au ballon, ce qu’ils font d’ailleurs très bien. C’est pour ça que c’est tout bénéfice pour eux et pour nous. Je suis très content et surtout, on a vu des intentions. On a râlé trois minutes d’avoir perdu mais maintenant, on ne râle plus, c’est fini. »

Les Tarbais plus motivés et mieux préparés

Pour les Tarbais, ce match était plus qu’un simple match de préparation, c’était aussi une revanche par rapport au match de championnat qu’ils ont perdu sur des décisions contestées et contestables. Les Tarbais, qui ont commencé les entrainements plus tôt que leurs adversaires, étaient aussi mieux préparés physiquement pour disputer ce match de reprise. Contrairement à leurs précédentes prestations, les Tarbais sont entrés de plain- pied dans la rencontre. Pris à la gorge, les Dacquois ont perdu des ballons et concédé des pénalités dont se sont nourris les Tarbais pour inscrire quatre essais construits, dont un au large. A 3-26, les Landais se sont rebellés et ont réduit le score par un premier essai, suivi de deux autres en supériorité numérique. Si les deux premiers résultaient d’actions construites, le troisième est venu d’un dégagement contré. Fabien Fortassin et Stéphane Ducos, ont fait tourner rapidement et ont effectué des rotations de postes. Pees a débuté au centre avant de passer à l’arrière, Juniver est rentré à l’ouverture puis a glissé à l’arrière, quand Dulucq a pris le poste d’ouvreur, Saint-Guilhem a joué en troisième et en seconde ligne et Lamothe talonneur et flanker. Même s’ils étaient revanchards, les Tarbais n’ont pas cherché la gagne à tout prix en fin de match. Ils ont négligé cinq pénalités bien placées pour jouer des pénaltouches, puis des mêlées à 30 mètres, mais ils ont mis un point d’honneur à sauvegarder leur ligne pour l’emporter.

Fabien Fortassin :

On a vu des choses intéressantes pour un match de reprise

Au-delà du résultat, l’entraîneur tarbais était globalement satisfait du contenu du match. « On ne va se focaliser que sur le résultat mais on a vu des choses intéressantes pour un match de reprise après deux mois. On avait pour objectif de prendre du plaisir à jouer ensemble, à combattre ensemble, à défendre ensemble, à s’envoyer, à jouer les uns pour les autres. Quand on l’a bien fait, ça a porté ses fruits, on a été récompensé. » L’entraîneur retient aussi, une deuxième partie de match plus compliquée, où les Tarbais ont beaucoup subi. « On a fait de très bonnes choses mais à côté de ça, on en fait de pas bonnes qui ne pardonnent pas. On est capable de faire des trucs qui ressemblent à de la Pro D2 mais à côté de ça, on est capable de faire des trucs qui ressemblent à de la Fédérale 3. Si on veut progresser et être efficace, il faut installer cette régularité. Ce n’est pas normal, à 26-3, de lâcher autant et de perdre un peu le fil ». Mais dans ces moments plus difficiles, les Tarbais ont su se montrer solidaires en défense. « J’ai aimé aussi, quand il n’a pas fallu encaisser d’essai, à cinq mètres de notre ligne, qu’on a été solidaire, qu’on a défendu. C’était très bien et ça nous a permis de travailler aussi là-dessus. C’est un match de préparation, où on a vu beaucoup de choses, où on peut s’appuyer dessus. »

Ce n’est que collectivement qu’on s’en sortira

Du côté des points négatifs, on peut noter la perte de nombreux ballons en touche en fin de seconde mi-temps, des fautes techniques et des mauvais choix. Mais l’ancien ouvreur est plutôt indulgent. « Comme je le dis toujours aux joueurs, les erreurs techniques c’est rageant mais on ne les fait pas exprès. Ce qui est plus grave, c’est quand on sort du contexte collectif. Quand chacun sort du cadre on n’a pas marge, parce qu’on n’a pas de joueurs assez forts pour, individuellement, sortir les autres du pétrin. Nous, notre salut, notre avenir et nos résultats, dépendent de notre collectif. On a perdu le fil, parce qu’à un moment donné, on n’a plus travaillé collectivement. C’était brouillon, chacun essayait individuellement et c’est là qu’on se met en danger. Ce n’est que collectivement qu’on s’en sortira, que ce soit offensivement ou défensivement. On a perdu le fil quand il n’y a plus eu de cohésion et que chacun jouait sa partition. Ce qui me dérange plus que les erreurs individuelles, c’est quand les mecs sortent du collectif et nous pénalisent. »

La touche déficitaire en fin de match

En fin de match les Tarbais, sur pénalité, ont choisi de jouer des mêlées à trente mètres au lieu de pénaltouches. Un choix des entraîneurs après plusieurs touches consécutives perdues mais aussi pour travailler des combinaisons après mêlées. « On était bien contré en touche, on avait nos ballons en mêlée et c’étaient pour travailler nos lancements en mêlée. » Le jeune talonneur Espoirs Clément Cha, dont c’était le premier match, n’est pas responsable des ballons perdus sur ses lancers. La touche, c’est avant tout un mécanisme de précision et de timing, entre le lanceur, les soutiens et le sauteur, qui se travaille à longueur d’entraînements. Or Cha, formé à Argelès-Gazost, passé par Lourdes et Bagnères, qui est habituellement un bon lanceur, n’avait eu que quelques heures d’entraînement collectif. Auparavant la touche avait plutôt bien fonctionné, avec deux essais sur mauls, malgré les absences de Prétorius et de Méron le capitaine de touche.

Lionel Terré : Très heureux de cette reprise

Le Président qui n’a jamais manqué un déplacement était plutôt satisfait du résultat et de la manière. « Je suis très heureux de cette reprise et de revoir les joueurs reprendre du plaisir sur un terrain, avec un bon niveau rugbystique, peu de fautes de mains (La première mêlée a eu lieu à la 26ème minute), de l’engagement, je suis vraiment très satisfait. » Si Lionel Terré regrettait l’absence de public pour un match de cette qualité, il se réjouissait de la prestation des nombreux Espoirs. « Ça fait plaisir de voir que les jeunes ont été au niveau dans un match comme ça. » Les Tarbais avaient aligné onze Espoirs (Cha, Lamothe, Réal, Hourclé, Noël, Saint-Guilhem, Millet, Dulucq, Cantan, Duffau, Croquet), dont cinq dans le quinze de départ.

Thomas Lhusero : On s’est rassuré sur l’intensité

Le demi-de-mêlée n’a pas participé à la débauche de jeu qui a amené quatre essais mais il a apprécié du bord du terrain. « On fait du bon jeu en première mi-temps. On a joué comme lors de la mise en place. Après, en seconde mi-temps, c’était plus compliqué mais défensivement on a été solidaire. On voulait se rassurer sur l’intensité et ça a marché.. » 

Propos recueillis par Jean-Jacques Lasserre