Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Les élus de la majorité municipale tarbaise dénoncent les insultes et les attaques personnelles de Pierre Lagonelle et Myriam Mendez proférés en conseil municipal contre le maire Gérard Trémège

mercredi 16 décembre 2020 par Rédaction

Les termes de voyou, ordure, vendetta prononcés lundi soir lors du conseil municipal par Pierre Lagonelle et Myriam Mendez à l’encontre du maire de Tarbes Gérard Trémège passent très mal au sein de la majorité municipale. Ce matin, quelques nouveaux élus de la mandature se sont rassemblés autour du premier adjoint Pascal Claverie. Ce dernier s’est d’abord exprimé, suivi par plusieurs colistiers, lors d’une conférence de presse qui tenue en fin de matinée.

Intervention de Pascal Claverie, 1er adjoint au maire de Tarbes.

J’ai tenu à vous convier pour clarifier une situation grave et insupportable que je ne peux tolérer.

A mes cotés plusieurs nouveaux élus et tous s’associent à moi, certains ne pouvaient être présents.

Les anciens élus, je vous en donne l’assurance sont tous solidaires, ça va de soi.

Nous avons rejoint Gérard Trémège par conviction pour travailler à ses cotés pour continuer avec lui à transformer notre ville dans l’intérêt des tarbaises et des tarbais.

Gérard Trémège n’a jamais été un voyou ni une ordure mais un homme honnête, de parole, sérieux, un homme d’entreprise, un bâtisseur. Ce n’est pas pour rien que les Tarbaises et les Tarbais lui ont accordé largement leur confiance pour un 4ème mandat au mois de juin dernier.

Les tarbaises et les tarbais ont pour lui un attachement indéfectible et reconnaissent son engagement total.

Cette confiance il faut la respecter. Les élections sont terminées. Aujourd’hui nous travaillons au quotidien avec un Maire qui aime sa ville, il le prouve tous les jours. Et maintenant que nous sommes dans cette équipe, ce que nous pensions de lui se vérifie concrètement chaque jour ; nous travaillons en symbiose d’arrache pieds pour améliorer sans cesse la situation des habitants de notre ville, leur ville Tarbes.

Lundi soir deux élus de l’opposition ont dérapé gravement : Monsieur Lagonelle et Madame Mendez. Deux élus qui ne respectent pas le suffrage universel, qui ne respectent pas les Tarbaises et les Tarbais, qui ne respectent pas leur ville, qui ne respectent pas le mandat de Maire. Ça suffit, trop c’est trop ! Nous entendons nous interposer contre cette conduite ignominieuse.

Nous sommes là ce matin pour dénoncer ces attitudes graves.

Quand on en vient aux insultes : voyou ! ordure ! vendetta ! Nous ne sommes plus dans un débat démocratique.

Lundi soir, il y avait à l’ordre du jour le Débat d’Orientation Budgétaire. C’est le moment ou l’on peut critiquer, proposer, débattre... C’est ce qu’on fait les élus d’opposition de Tarbes Citoyenne. Et, je veux saluer l’attitude de Monsieur Charles et de son groupe, positifs et respectueux dans un débat digne.

Par contre où était Madame Mendez ?... Après avoir lu comme à l’accoutumée une déclaration véhémente et théâtrale à charge contre le Maire ? Elle est partie se moquant des Tarbaises et des Tarbais. Les orientations budgétaires ne l’intéressent pas, le débat démocratique ne l’intéresse pas. Ce qui l’intéresse c’est tenter de faire le buzz pour exister ! Elle n’a pas digéré ses petits 13% tout comme Monsieur Lagonelle qui en manque d’arguments à proféré des insultes diffamatoires, honteuses !

Au sujet de M. Lagonelle qui est censé représenter une famille politique modérée et qui s’obstine depuis tant d’années sans succès à parasiter le centre, il s’est montré dans une colère décontenancée inadmissible ; il se révèle dans la méchanceté la plus vile.

Il ne respecte pas ses pairs ; tous les deux, ils ne respectent pas celui qui leur avait donné leur chance de servir honorablement leur cité TARBES, notre Ville.

De toute façon, la vie municipale ne les intéresse pas, leurs absences régulières aux commissions le démontrent, je n’ai jamais vu M. Lagonelle à la commission que je préside : le développement économique, le commerce, l’emploi !

Nous dénonçons ensemble ces attitudes honteuses qui font du mal à la démocratie, à la crédibilité de l’élu. Nous les condamnons avec fermeté.

Nous avons l’intention de riposter à la même mesure désormais puisque nous y sommes contraints.

Notre équipe, oui notre équipe autour de Gérard Trémège, est soudée plus que jamais, elle fait bloc et elle travaille avec lui, prés de lui, en confiance et pour les Tarbaises et les Tarbais.

======

Ils ont pris le relais

Marion Marin  : "On ne peut pas accepter des insultes. Ces deux élus ne font aucune proposition concrète. Gérard Trémège est notre maire. Il faut le respecter"

Amaury Troussard s’est trouvé au côté de Pierre Lagonelle lors de séance publique. Il a tout entendu des commentaires de l’élu d’opposition. S’agissant de Myriam Mendez, il a déclaré qu’on ne la voyait pas.

Jean-Marc Lacabanne condamne ces attaques personnelles. "La plus grave insulte c’est celle envers les élus de la majorité et de l’opposition présents aux commissions. C’est un manque de respect pour la population tarbaise".

Anne-Marie Beltran a longtemps accompagné Pierre Lagonelle dans son parcours politique. Elle a eu des paroles sévères à son égard.

Laure Tré-Hardy s’est dite très attristée. "Nous sommes une équipe unie, au travail, derrière son maire".

Catherine Maraldi a mis l’accent sur la méchanceté gratuite.

Bruno Larroux  : "Nous ne voulons pas être procéduriers. Le maire ne souhaite pas qu’il y ait des suites judiciaires".

"La prochaine fois, on l’encouragera à le faire, rétorque Pascal Claverie. On ne veut pas aujourd’hui suralimenter une polémique. Nous laissons une chance à ces personnes. La prochaine fois, on réagira sur le champ"

Dernière minute : Un rappel à l’ordre pour insultes à été adressé à Pierre Lagonelle via un avocat

G.M.