Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Affaire TPR/Lescloupé en correctionnelle ce mardi 8 décembre à Tarbes

vendredi 4 décembre 2020 par Rédaction

Six années après les faits (octobre 2015) et presque quatre ans après l’audience du 3 janvier 2017, l’affaire Lescloupé/TPR passe en correctionnelle ce mardi 8 décembre au Tribunal de Tarbes à partir de 13h30. Au cours de cette audience, l’avocat de Pascal Lescloupé, Maître Roullier, avait obtenu un report pour « supplément d’information. » Faute de juge d’instruction, l’affaire a traîné, avant d’aboutir par l’ouverture d’un nouveau procès ce 8 décembre 2020.

Prévenu pour faux et usage de faux en 2017

Pascal Lescloupé, chef d’entreprise à Nantes, était prévenu de « faux, usage de faux et escroquerie » suite à une plainte du « Tarbes Pyrénées Rugby » qui avait été relégué administrativement de Pro D2 en Fédérale 1, « pour présentation de documents falsifiés. » Des documents présentés par Pascal Lescloupé lui-même, le 22 juin 2015 devant le Conseil Supérieur de la DNACG qui avait entériné ces partenariats du budget prévisionnel 2014-2015 et du budget 2013-2014. Or en octobre 2015, Pascal Lescloupé reconnaissait qu’il ne pouvait pas payer les échéances comme il s’y était engagé et le TPR était rétrogradé en juin 2016 en Fédérale 1, après s’être maintenu sportivement, malgré 8 points de pénalité.

Le TPR et plusieurs entreprises étaient « partie civile »

Il s’avérait, après plusieurs mois d’enquête, que Pascal Lescloupé avait présenté des faux contrats de partenariats qu’il honorait via le compte bancaire d’une riche veuve de 90 ans qui est décédée en juillet 2015, mettant une fin prématurée aux versements prévus. Plusieurs entreprises concernées par ces faux contrats, « Général Electric Power Control », « Sonepar Sud-Ouest », « IVT Sécurity », avaient également porté plainte. Lors du premier procès, Pascal Lescloupé, qui ne s’était pas présenté, avait reconnu par le biais de ses avocats, « le faux et usage de faux » mais il avait réfuté l’escroquerie, évoquant plutôt « une complicité de banqueroute ». La Présidente Elisabeth Gadoullet avait révélé lors de cette Audience que le prévenu avait déjà été condamné, « à deux ans avec sursis pour recel de biens et escroquerie ». Un jugement confirmé en Cour d’appel et de ce fait, le prévenu risquait une condamnation aggravée pour récidive.

Un préjudice, financier et moral, énorme

Le préjudice financier subi par le TPR, sur les deux saisons, est de 1,6 M€ mais le préjudice moral est énorme. Tous les week-ends, sur tous les stades de Fédérale 1, le club tarbais et les joueurs sont vilipendés par le public qui ne comprend pas que le TPR n’ait pas été rétrogradé en Fédérale 3. Cette année, beaucoup de clubs étaient opposés à la montée de Tarbes en « Nationale », en raison de ses précédents « ennuis financiers. »

Jean-Jacques Lasserre