Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Tarbes-Cognac, samedi à 17h00 à Trélut

samedi 24 octobre 2020 par Rédaction

A cause du couvre-feu décrété sur 38 départements, dont les Hautes-Pyrénées, l’horaire du match est avancé à 17h00, avec ouverture des guichets à 16h00. La Préfecture a ramené la jauge à mille personnes et les buvettes et la restauration sont interdites.

Christophe Lacombe : Cognac veut devenir un club référent

Cognac vient à Tarbes sans pression, rassuré par ses premiers résultats malgré une défaite contre Blagnac à domicile (14-22) effacée par une victoire à Dijon (12-15). Les Charentais ont battu Suresnes (34-30) et ont perdu à Narbonne (16-9). Des résultats, obtenus en l’absence de Péluchon, leur meilleur buteur, qui confortent l’ambition du club qui veut devenir une référence au niveau du rugby, en se basant sur la Formation. « Notre objectif, c’est de créer une très belle équipe de Nationale » explique Christophe Lacombe. « On veut, d’ici deux ou trois ans, faire partie du gratin de la Nationale. Et puis après, si les planètes s’alignent et que tout va bien, on mettra la Pro D2 à notre programme. D’abord, on veut être un club référent de Nationale en s’appuyant sur la Formation. » Le nouveau Manager Fabrice Landreau va apporter toute son expérience du haut niveau pour structurer le club et une de ses missions est de créer un Centre de Formation performant. L’ancien talonneur international apporte aussi toutes ses compétences au niveau des avants.

On pourrait être premier de Poule

Christophe Lacombe estime ce début de saison réussi, malgré la possibilité de faire beaucoup mieux. « On fait un bon premier bloc. On a aussi des regrets parce qu’on perd à Narbonne en prenant le bonus défensif mais on peut aussi gagner le match, sans qu’il y ait scandale. Contre Blagnac, on fait un très gros match et on se demande comment on a pu perdre. On doit louper cinq essais tout faits et neuf points au pied, face aux perches, et on perd de huit points. Après, on a eu la capacité de rebondir et d’aller gagner à Dijon. On se dit qu’on fait un bon premier bloc mais que, si on avait été un peu plus en réussite, on pourrait être premiers de Poule. » Le premier match du second bloc a dû être annulé pour cause de cas Covid à Albi et les Charentais n’ont pas joué depuis le match à Dijon, le week-end du 3 octobre. Si les joueurs n’auront pas à récupérer d’un match qui s’annonçait rude physiquement, le Coprésident craint un manque de rythme. « D’un autre côté, ça nous coupe la dynamique de la victoire à Dijon. Le staff avait fait un bon boulot pour préparer ce bloc qui était compliqué pour nous. On avait un gros bloc avec la réception d’Albi, de Chambéry et de Nice, avec deux déplacements à Tarbes et à Massy. Oui, ça nous permet de recharger quelques batteries et de récupérer quelques joueurs mais, d’un autre côté ça nous coupe la dynamique. » Le déplacement à Tarbes est pris très au sérieux au vu de ses résultats contre Massy, Nice et Bourg-en-Bresse. « On a vu que Tarbes, ce n’est pas forcément bien pour nous. A la maison, c’est très costaud et on s’attend à un match très difficile. C’est très puissant et très costaud. »

Une équipe compétitive malgré les absences

L’UCS a déjà perdu trois joueurs, l’ailier Makalea et le troisième ligne Gulizzi, pour ruptures des croisés, et le talonneur Ardiaca, pour une hernie cervicale. Vunisa, Mioche, Pages, Bidegain, Hygonnet, Dawetavanu, Prudhon, Ardiaca, Vatubua, qui ont participé aux quatre premières rencontres, sont absents, de même que Péluchon qui n’a pas repris.

Le staff aligne tout de même une belle équipe en reconduisant le Groupe qui s’est imposé à Dijon, à l’exception de Mioche et de Prudhon, remplacés par Billou et Campergue. Cognac présente un pack puissant, un demi-de-mêlée expérimenté, deux centres surpuissants et des ailiers et un arrière rapides. Le banc aussi a fière allure avec des joueurs qui étaient titulaires à Dijon, comme Mamou, Chabeaudie, Lavetanakaroï, Lefort ou Debladis qui était titulaire à l’ouverture lors des trois premiers matchs et Billou titulaire à la mêlée contre Suresnes et Blagnac… 

Compos de Cognac : 1 Aho, 2 Gau, 3 Sharashidze, 4 Praud, 5 Hay, 6 Deccuber, 8 Gateau, 7 Sordia, 9 Berger (Cap.), 10 Lalarme, 11 Duhourquet, 12 Ramoka, 13 Lotawa, 14 André, 15 Dospital

Remplaçants : 16 Mamou, 17 Campergue, 18 Lavetanakoroï, 19 Zubizarreta, 20 Billou, 21 Debladis, 22 Lefort, 23 Chabeaudie

Fabien Fortassin : Ce match me fait très peur

Cognac, c’est le match le plus compliqué à Trélut depuis le début du Championnat. Au cours du premier bloc les Tarbais, qui ont affronté trois des six plus grosses équipes, étaient loin d’être favoris. Les Charentais ne font pas spécialement peur si on ne regarde que le classement et les résultats, avec une courte victoire à domicile contre Suresnes (34-30) et une défaite contre Blagnac (14-22). Mais il ne faut pas oublier que Cognac compte un match en moins et que sur ses 9 points, il a inscrit 5 points en déplacement, avec un bonus défensif à Narbonne (16-9) et une victoire à Dijon (12-15). Selon les dirigeants charentais, leur équipe aurait dû l’emporter à Narbonne et contre Blagnac. Fabien Fortassin ne s’y est pas trompé et parle même de match piège par excellence. « Ce match me fait très peur parce que c’est une belle équipe qui a un peu des résultats en dents de scies. Elle a tendance à galérer un peu à domicile mais elle a toujours fait de bons matchs à l’extérieur. Elle a toujours ramené des points et elle a toujours été en situation de gagner. C’est une équipe qui est complètement décomplexée à l’extérieur. C’est une équipe qui est très portée sur l’offensive et si on ne la prend pas au sérieux, ça va être très compliqué. » L’entraîneur craint que ses joueurs décompressent un peu après la réception de trois grosses équipes. « Je pense que ça sera bien plus compliqué que contre Bourg-en-Bresse où on sortait d’une grosse déconvenue. On savait qu’on recevait le leader. C’était un match très facile à préparer, très facile à motiver les Garçons, à les garder concernés. »

Ils sont très forts et très dangereux

Le staff a insisté sur la motivation et a bien préparé ce match mais il n’est pas à la place des joueurs qui, inconsciemment, peuvent mésestimer leur adversaire. « Là, dans l’appréhension du match, ça va être différent. A part, si vraiment, on est de grands Garçons et qu’on est capable de faire comme si c’était Bourg-en-Bresse. » Fabien Fortassin a déjà connu comme joueur et entraîneur cette situation où malgré tous les avertissements, les joueurs se font surprendre. « C’est quand les pièges arrivent gros comme une maison, qu’on y tombe quand même les deux pieds dedans. » D’autant que cette équipe de Cognac a du répondant. « Ils ont tout. Ils sont très forts devant, ils sont très forts derrière, ils vont vite. C’est une équipe qui marque une vingtaine de points par match. Ils sont portés sur l’offensive. Il va falloir être en place, en conquête, pour les priver de ballons. Il va falloir être en place défensivement, quand on n’aura pas le ballon. Quand on l’aura, il faudra être capable de le conserver, de ne pas leur rendre trop vite. Ils sont friands de ces ballons de contre attaques dans le désordre. Ils sont très dangereux. » Les Tarbais devront donc répondre présents dans l’engagement et le combat, en touche, en mêlée et dans les rucks, du début à la fin du match, s’ils ne veulent pas subir une déconvenue face à un adversaire direct de même calibre.

Ne pas refaire les mêmes erreurs qu’à Dax

Les Tarbais ne devront pas se manquer sur l’entame de match qui leur avait coûté cher à Dax avec dix points de débours en six minutes. Fabien Fortassin en éprouve encore des regrets. « Je pense que c’était le bon moment de les prendre et qu’il y avait de la place. On avait, je pense, un banc qui était meilleur que le leur. On n’a pas su en profiter. Je pense, que si on n’avait pas eu cet handicap de dix points, on aurait eu les ressources pour gagner. » Tarbes sort d’un match où les temps de jeu se sont multipliés et où les contacts étaient rudes, alors que Cognac n’a pas joué depuis trois semaines. « Ça a couru mais les Garçons ont récupéré correctement. Du fait que Cognac n’a pas joué, peut-être qu’ils vont être un peu plus frais physiquement en début de match. Peut-être qu’après, au fur et à mesure du match, ils manqueront de rythme. » Fabien Fortassin craint, par-dessus tout, le début de la rencontre même si les Charentais, qui partent en bus le matin même du match, auront peut-être du mal à digérer l’avancement du coup d’envoi à 17h00.  

Retours de Stanaway et de Vial, entrée de Lamothe

Le staff a reconduit vingt des vingt-trois joueurs qui ont été chercher le bonus défensif à Dax. Lopez, Reynaud, Mamao, sortent du Groupe remplacés par Vial, Lamothe et Stanaway. Vial (blessure) et Stanaway (suspension) font leur retour alors que Lamothe fait ses grands débuts en match officiel. A l’exception de Taputaï (blessé) et Gigauri (toujours souffrant), le groupe est au complet et le staff a fait des choix pour maintenir les joueurs sur le qui-vive. « Ce sont des roulements pour créer une émulation. Il faut de la concurrence pour que les joueurs se rendent compte que personne n’est indispensable, que personne n’est installé. On n’a pas d’équipe type, tout le monde doit essayer de gagner sa place. On a un groupe de 37 mecs et tout le monde sera concerné. Il y a des rotations, des joueurs ont des trucs à apporter. Il y a un contexte par rapport au calendrier, à la forme des joueurs. Il y a des mecs qui sont frais et qu’il faut utiliser, il y a les mecs qui sont en confiance et il y a ceux qui ont besoin de récupérer. »

La compo de Tarbes : 1 Bessonart, 2 Prétorius, 3 Aulika, 4 Saint-Guilhem, 5 Vigne, 6 Manu, 8 Tolofua, 7 Méron (Cap.), 9 Lhusero, 10 Berbizier, 11 Dumestre, 12 Stanaway, 13 Paulet, 14 Rubio, 15 Juniver

Remplaçants : 16 Lamothe, 17 Vial, 18 Ricart, 19 Noël, 20 Millet, 21 Pees, 22 Oltmann, 23 Zabala  

Jean-Jacques Lasserre