Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Stado : Bilan du premier bloc avec Fabien Fortassin

lundi 12 octobre 2020 par Rédaction

Satisfaisant sur le plan comptable

Au plan comptable, compte tenu que Tarbes affrontait quatre des six gros favoris, le bilan est plutôt positif, avec deux victoires sur Massy 23-13 et Bourg-en-Bresse 17-10 et un match nul contre Nice 16-16. A part le staff, les joueurs et le Président, peu d’observateurs auraient fait ces pronostics à l’intersaison. Il ne faut pas oublier que l’effectif a été chamboulé avec dix-huit départs, dont treize titulaires pour seize arrivées. De plus, les joueurs ont dû intégrer les nouveaux systèmes de jeu mis en place par le nouveau staff. Le gros point noir, c’est la faillite collective à Bourgoin avec un 52-5 qui fait tache sur l’image du club. Les Tarbais n’ont pas, comme les « gros », un effectif suffisant pour faire tourner sans nuire au rendement de l’équipe. Ce n’est toutefois pas une raison pour se coucher à l’extérieur mais les joueurs se sont bien rattrapés en dominant Bourg-en-Bresse, le leader invaincu, grand favori à la montée avec Albi. Statistiquement, hormis de rares exceptions, l’ordre du classement reflète celui du montant des budgets. « Heureusement, le budget ne fait pas toujours le classement », rigole Fabien Fortassin. « Nous, on est assez satisfait de ce premier bloc. Je pense qu’on aurait pu signer pour faire deux victoires et un nul », reconnait honnêtement l’entraîneur, même s’il a toujours cru en ses joueurs. « On aurait peut-être pu faire huit aussi ou douze points et on ne va pas faire la fine bouche », analyse l’entraîneur, en référence au match contre Nice où les Tarbais ont mené 16-3. « Le bloc était assez solide sur le papier, on n’a pas de blessés et on va entamer le deuxième bloc avec l’effectif au complet. On a une ligne directrice qui est correcte mais on peut encore faire mieux. Si je devais donner une note au bloc, ce serait un douze ou un treize sur vingt », estime Fabien Fortassin, qui rappelle que Nice a été gagner à Massy. « Nice ira gagner certainement d’autres matchs à l’extérieur et deux points contre Nice, il faut savoir s’en contenter. »

Satisfaisant au niveau du comportement

Le seul bémol, c’est la cuisante défaite à Bourgoin mais les joueurs ont répondu de la plus belle des manières contre Bourg-en-Bresse. L’entraîneur s’est largement exprimé dessus et il n’était pas nécessaire d’en rajouter une couche. Mais globalement Fabien Fortassin est satisfait du comportement de son équipe lors des matchs à Trélut. « Dans l’ensemble, je suis satisfait des comportements, de l’état d’esprit du Groupe, des qualités des joueurs. Des joueurs, qu’on est allé chercher et de ceux qui étaient déjà là, et qu’on a installé à d’autres postes. J’espère qu’on continuera dans cet esprit là, mais pour l’instant, il y a peu de points négatifs à signaler, au niveau de notre Groupe. » Un recrutement à base de joueurs confirmés, entourés de joueurs en devenir qui n’ont pas surpris l’entraîneur à ce niveau de Nationale. « Si on les a pris, c’est qu’on estimait qu’ils en étaient capables. Après, c’est toujours plus facile de hausser son niveau de jeu, quand on joue des matchs de haut niveau et quand on est entouré de joueurs de qualité. C’est plus facile de se mettre au niveau de ceux qui nous entourent. » Malgré leur jeunesse, les recrues n’étaient pas dépourvues d’expérience, signale Fabien Fortassin. « On a peu de joueurs inexpérimentés. Léo Saint-Guilhem, c’est le seul qui arrive de Fédérale 3. Mais en Fédérale 3, quand on est jeune, on joue avec des vieux briscards. La Fédérale 3, c’est de plus en plus rude et on est aguerri aux matchs âpres et au combat. » Le jeune gersois, a démontré qu’on pouvait compter sur lui dans un match très engagé. « Il l’a très bien fait contre Bourg-en-Bresse, on savait que là-dessus, il ne nous décevrait pas. Tous les autres jeunes joueurs ont plus ou moins joué à haut niveau. Ils ont côtoyé des mecs de Pro D2, ils se sont entraînés régulièrement avec des « pros ». Au niveau de l’effectif, il n’y a aucune déception. »

Berbizier est et restera mon dix

L’ex-ouvreur tient à mettre les choses au point en ce qui concerne son choix de faire jouer Berbizier à l’ouverture. Un choix contesté, par certains, après la prestation contre Bourg-en-Bresse, dans des conditions difficiles pour un ouvreur, jeune de surcroit. Fabien Fortassin, rappelle que c’est quand l’ouvreur s’est retrouvé en couverture, en position d’arrière, que son jeu au pied a été critiqué, alors que l’équipe était sous pression. Mais il persiste et signe : « Pour moi, c’est clair. Mathieu Berbizier est, et restera mon dix. S’il peut jouer 26 matchs à l’ouverture, il jouera 26 matchs à l’ouverture. » Même si Juniver a manqué une pénaltouche et une touche indirecte, même si Lhusero a manqué un dégagement, le jeu au pied tarbais n’a pas été catastrophique, confirme l’ex-ouvreur de haut niveau. « Je sais qu’on aurait pu faire mieux, mais le jeu au pied ne m’a pas dérangé. Quand les conditions sont mauvaises, les équipes densifient le fond du terrain parce qu’elles savent qu’il va y avoir du jeu au pied. C’est très difficile de trouver des espaces libres, en plus, quand il y a du vent. » L’important, c’est surtout la pression mise sur les coups de pieds et à ce niveau là, les Tarbais ont été meilleurs que les Bressans. « Même si le jeu au pied aurait pu être mieux, ce qui était intéressant, c’est la réaction collective de toujours refaire une ligne. Du coup, comme on était en place, on a réussi à les prendre chez eux. » Fabien Fortassin ne changera pas d’avis et sauf blessure ou roulement, Berbizier est le titulaire incontestable à l’ouverture, peu importe les conditions et les circonstances de jeu. Pees et Juniver, ne seront pas des concurrents pour Berbizier. « Ce sont des joueurs capables de dépanner à l’ouverture mais je ne les considère pas comme des ouvreurs. Dans ma tête, Tom Juniver est un arrière et William Pees est un centre. Ce sont des joueurs polyvalents qui peuvent dépanner à l’ouverture. » Des solutions importantes, en cours de match en cas d’exclusion ou de blessure, mais aussi pour faire tourner, sur un match, au poste d’ouvreur si besoin était.

Ça ressemble plus à la Pro D2 qu’à la Fédérale 1 

Sportivement, cette Nationale tient toutes ses promesses avec des matchs serrés (neuf bonus défensifs, pour trois offensifs) et des surprises à tous les niveaux. « Les quatre matchs qu’on a joué, ça ressemblent plus à de la Pro D2 qu’à de la Fédérale 1. Le niveau s’est nettement élevé. Ce sont des matchs de haute intensité, où il y a de l’impact, où il y a du volume de jeu, où il y a de la qualité technique. Contre Bourg-en-Bresse, même s’il y a des conditions où c’est compliqué de jouer, on a quand même vu du volume de jeu. On ne s’est pas ennuyé et c’était un match plaisant. Le niveau sportif de cette Poule est hyper intéressant. Ce n’est que du positif, pour les joueurs, pour le public, pour le championnat, lui-même, qui permet de préparer les clubs qui monteront en Pro D2. » Le technicien tarbais fait justement remarquer que les quatre premiers (Bourg-en-Bresse, Nice, Aubenas, Bourgoin) sont issus de la même Poule de Fédérale 1, alors que Massy et Dijon qui étaient dans une Poule plus facile, ont plus de mal.Fabien Fortassin a toujours pensé que cette Poule serait équilibrée et que toutes les équipes s’étaient mises à niveau. « Tout le monde s’est renforcé, tout le monde a de bons joueurs et de belles équipes. Tout le monde est capable de gagner partout. Il n’y a pas de petites équipes et personne n’est capable de dire qui va monter et qui va descendre. »

Un second bloc plus compliqué que le premier

Si le premier bloc, avec quatre des six « Gros » à affronter, semblait très compliqué sportivement, le second bloc, avec un seul « gros » au programme, semble un peu plus facile, contre des adversaires directs. Mais attention aux excès de confiance qui pourraient coûter cher contre des équipes qui viendront en Bigorre sans pression. Un bloc plus difficile à gérer avec cinq matchs de rang et trois déplacements à Dax (5ème journée), à Suresnes (7ème) et à Blagnac (9ème), pour deux réceptions contre Cognac (6ème) et Narbonne (8ème). « Ce ne sera pas facile et ce bloc est plus compliqué que le premier. Il n’y aura pas de match facile », avertit l’entraîneur.D’autant que Blagnac et Narbonne, qui ont raté le premier bloc, feront tout pour rattraper les points perdus et que Dax, Cognac et Suresnes, voudront confirmer leurs bons résultats. Un deuxième bloc où le staff risque de perdre ses internationaux (Gigauri, Lopez et Zabala), s’ils sont retenus pour les tests de novembre. 

Jean-Jacques Lasserre