Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Conférence de presse de l’opposition municipale tarbaise

samedi 22 mai 2010 par Rédaction

Au cours de sa conférence de presse post-conseil municipal, l’opposition représentée par Jean Glavany et Marie-Laure Eydeli-Buffat, est revenue ce vendredi soir sur quatre points de l’ordre du jour :

-La halle Brauhauban : Jean Glavany a rappelé qu’on avait appris au cours de ce conseil qu’une enquête publique allait avoir lieu du 1er au 15 juin pour redéfinir les espaces publics autour de cette halle. Et de s’interroger : « Avec l’histoire du garage Renault, la Cour de cassation a retiré au maire tout fondement à agir…et voilà qu’il s’enferme à nouveau dans une impasse juridique puisqu’il n’a plus le droit de faire enquêter ; son incompétence juridique et son inconséquence vont encore retarder ce projet dont d’ailleurs l’affiche est un double mensonge... ».

-GIAT : Jean Glavany s’est dit « étonné d’apprendre en conseil qu’une SCI 117 avait été créée autour de l’architecte Joris Ducastaing, décidément en situation de monopole avérée…Il va s’agir d’un espace ludique, d’une brasserie, d’une boutique de téléphonie… : on découvre tout cela au jour le jour sans information préalable. De plus, nous continuons à émettre des réserves sur la dépollution du site qui n’a pas été faite dans les règles : c’est une véritable bombe à retardement ! »

-L’eau : Jean Glavany a souligné que la gestion des eaux avait amené un différend durant le conseil, la majorité étant pour une gestion privée et l’opposition pour une mise en régie. Il précise : « Pour nous, l’eau est un bien public rare et cher et sa gestion doit rester publique …De plus, au point de vue économique, les marges de manœuvres financières doivent être conquises par la ville et les citoyens tarbais…Le maire dit qu’une gestion privée lui évitera des investissements : mais ce sera le citoyen tarbais qui paiera la facture ! »

-Le COS : Marie-Laure Eydeli-Buffat a pris la parole pour traiter de ce sujet récurrent : « Certes, Monsieur le maire prône l’apaisement, une convention a même été signée pour un an, mais il reste des sous-entendus inadmissibles : d’abord il laisse entendre que la gestion n’est pas correcte alors qu’elle est particulièrement transparente d’autant plus que depuis 1995, c’est sa société qui en assure l’expertise comptable ! De plus, il laisse entendre que tout le monde ne bénéficierait pas du COS et que seule la CGT en profiterait…Or, le COS fonctionne, par exemple pour les demandes de location, avec des points et cela pour tout le monde. Le maire voudrait lui, entrer dans un système privé géré par la CNAS, c’est-à-dire les élus, et donner un petit peu à tout le monde avec une sorte de système de chèques vacances : cela ne suffira pas pour partir en vacances car l’agent ne pourra pas payer le reste de sa location. Actuellement, avec le système mis en place par le COS, tout le monde peut partir chaque été avec un faible résiduel à payer… ».
Et Jean Glavany d’ajouter : « C’est un système qui marche bien, le personnel considère que les vacances choisies par chacun d’entre eux est une conquête sociale alors que la solution du maire verrait les élus en assurer la gestion et les accorder à leur gré : il y a là bien deux philosophies qui s’opposent … »

Josiane Perez