Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Tarbes Industry : « Supplisson nous mène dans le mur, il doit partir ! ».

vendredi 4 septembre 2020 par Rédaction


Après avoir rencontré la sénatrice Maryse Carrère le 31 août, Jeannine Dubié, députée des Hautes-Pyrénées le 1er septembre, Jean Bernard Sempastous, député des Hautes-Pyrénées jusqu’alors défenseur du projet de M. Supplisson et que nous avons eu à plusieurs reprises au téléphone, qui estime désormais que ce monsieur n’est plus digne de confiance, il convient de tout mettre en œuvre pour qu’un véritable industriel dirige cette entreprise. Des initiatives vont être prises en conséquence auprès de la Ministre des Armées et de la Ministre de l’Industrie. L’objectif est la pérennité du site et de l’emploi et cela passe par la venue d’un industriel digne de ce nom », ainsi se sont exprimés les représentants de Tarbes Industry, accompagnés de José Navarro, UD CGT 65, à l’issue de leur rencontre avec Rodrigue Furcy, Préfet des Hautes Pyrénées, ce jeudi 3 septembre en fin d’après midi.

Benjamin Duez (CGT Tarbes Industry) a indiqué : «  Nous avons exposé la situation au préfet, l’Etat a joué le jeu, nous avons des commandes. Mais stop ! Maintenant ça suffit nous avons besoin d’un vrai industriel. Aujourd’hui nous avons un outil qui se dégrade et un savoir faire qui disparaît.
Les engagements pris au tribunal par M. Supplisson ne sont pas tenus, comme l’actionnaire M. Samson qu’il avait ramené et qui se retire. Pour nous cela prouve qu’il a utilisé une image pour décrocher l’offre au tribunal. Non respect de la procédure et là dans l’urgence il recherche un actionnaire pour aller chercher le million qui était promis. Supplisson nous mène dans le mur il doit partir !
 ».

José Navarro rajoute : « Il faut un industriel qui prenne les commandes de l’entreprise car pour nous Supplisson doit partir. Il a mis 2500€ sur la table, l’outil industriel se dégrade, les investissements ne se font pas, des productions ont du mal à sortir ! Donc quand on ne sort rien, on perd de l’argent. A la fin de l’année l’entreprise ne sera pas loin du million d’euro de pertes.
Nous disons au préfet, il y a un problème de fonctionnement dans cette entreprise. Il y a des commandes et pas l’investisseur qu’il faut. Les parlementaires reconnaissent que Supplisson n’est pas à la hauteur. L’Etat doit agir car Supplisson est le cauchemar de l’entreprise, il n’est pas digne de confiance, il a menti à tout le monde, au tribunal, à l’Etat, aux employés
 ».

Un audit a été demandé au préfet, qui a priori en a pris note.

La table ronde devrait se tenir la 25 septembre à 11h à la préfecture.

Dans les jours qui viennent le préfet doit visiter l‘entreprise et rencontrer M. Supplisson.

Le responsable de la CGT a glissé qu’il semblerait qu’il y ait des contacts avec un investisseur sérieux et qu’il fallait faire vite.

Nicole Lafourcade