Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Tarbes : Cérémonie d’hommage à la mémoire du brigadier Tojohasina Razafintsalama du 1er RHP, mort pour la France.‬

mardi 28 juillet 2020 par Rédaction

Ce mardi après midi, Florence Parly, ministre des armées, accompagnée du général d’armée Thierry Burkhard, chef d’état-major de l’armée de Terre, a présidé la cérémonie d’hommage national au brigadier Tojohasina Razafintsalama. Cette cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte du 1er régiment de hussards parachutistes à Tarbes en présence de sa famille, de ses frères d’armes, des autorités et de la musique d’infanterie de marine de Rennes.

Le brigadier Tojohasina Razafintsalama est mort pour la France le 23 juillet à l’âge de 24 ans au Mali, lors d’un accrochage avec un groupe armé terroriste. Son engin blindé a été la cible d’un véhicule suicide chargé d’explosifs.

Après avoir salué les familles, la ministre des armées a pris sa place. Au son de la marche funèbre, le corps du brigadier Tojohasina Razafintsalama recouvert du drapeau tricolore s’est avancé au centre de la place d’armes, sur le cercueil avait été placé son portrait.

« Comme le faisait votre famille, vos amis, vos proches, vos frères d’armes, brigadier Tojohasina Razafintsalama pour cet hommage je vous appellerai par votre deuxième prénom Eric  », a indiqué la ministre en débutant son hommage.

Et de poursuivre : « Brigadier Eric, le jour s’élevait à l’horizon, tout était encore baigné dans le silence de la nuit. Les premiers rayons de soleil sur le sable de Gossi donnaient le signal de la première mission du jour.
Aux cotés de vos frères d’armes vous étiez fier d’accomplir votre mission, protéger les autres et escorter un train de combat dans le désert. Vous aviez pris la route en tête du convoi affrontant le danger et l’incertitude en position de reconnaissance. Une mission emblématique pour un régiment de cavalerie léger comme le vôtre.
Votre route s’est arrêtée quelques kilomètres après le départ lors d’un accrochage soudain avec l’ennemi, une explosion dont le souffle vous emporte et blesse deux de vos camarades.
Votre peloton réagit immédiatement et engage le combat, il se bat sans hésitation avec détermination, alors que les tirs font rage, l’équipe médicale vient à vos côtés pour constater son impuissance, l’explosion a été trop violente.
Le combat se poursuit, vos frères d’armes repoussent et neutralisent les assaillants. Votre sacrifice et leur combat n’ont pas été vains, l’action de votre peloton a permis d’éviter une attaque de grande ampleur.
Vous qui avez choisi la France, ce 23 juillet vous avez rencontré le chemin de ceux qui ont choisi la mort sans courage et avec lâcheté arrachant sur leur passage vos rêves et votre avenir.
Cette mission au Mali vous l’avez préparée avec professionnalisme, avec talent, vous étiez volontaire, motivé et honoré de rejoindre l’opération Barkhane. Servir la France vous en connaissiez le sens, vous étiez habité par le désir de protéger les autres.
Para dans l’âme vous rêvez de voyages et d’actions, à 24 ans vous choisissez les hussards de Bercheny, le courage, la gloire et l’audace de trois siècles de leur histoire. Aujourd’hui vos frères d ‘armes ont perdu un camarade très apprécié, sur le sable du désert malien coulent leurs larmes et avec courage ils n’ont jamais cessé leur mission. Vos deux camarades blessés pensent à vous et dans ce moment de recueillement c’est aussi à eux que nous pensons ».

« Aujourd’hui le drapeau tricolore vous enveloppe, il vous dit toute la reconnaissance de la France, toute la fierté et la douleur du pays. Dans le rouge et le bleu de Bercheny vous avez laissé la trace d’un grand para, un camarade courageux, volontaire, un vrai hussard qui a tout donné pour les Français, tout sacrifié pour la France, jusqu’à sa propre vie  », a conclu la ministre des armées avant d’épingler l’insigne de la légion d’honneur sur le cercueil.

Nicole Lafourcade